Le vieux qui ne voulait pas fêter son anniversaire

Le vieux qui ne voulait pas fêter son anniversaire La première page pourrait être la suite du titre : « … et sauta par la fenêtre de la maison de retraite en ce matin de l’année 2005. » Et voilà le centenaire Allan Karlsson parti pour le plus déjanté des road-movies. Dès les premières heures de sa cavale, il emporte, presque par mégarde, une valise bourrée de billets de banque et rencontre des personnages tout aussi loufoques que lui : un vendeur de hot-dogs surdiplômé, une rousse flamboyante qui jure comme un charretier et son éléphante domestique, un voleur plus tout jeune lui non plus. L’inspecteur qui enquête sur cette disparition en perd son latin.

En parallèle, on découvre l’incroyable vie d’Allan Karlsson, durant tout le XXe siècle, qui a trinqué avec Churchill, Franco, Mao Tsé Toung ou Staline et s’est retrouvé dans des situations plus que rocambolesques.

J’ai rarement lu un bouquin aussi dingue et hilarant, à part peut-être chez Paasilina comme l’auteur le signale lui-même (« Cette rousse à forte poitrine qui jurait en permanence aurait pu sortir tout droit d’un roman de Paasilinna ! Il est vrai que l’auteur finlandais n’avait jamais écrit d’histoire incluant un éléphant, mais, selon Benny, ce n’était qu’une question de temps. »). Parfois c’en était même trop, pour moi, mais j’ai quand même beaucoup ri, et par les temps qui courent, ça ne fait pas de mal !

Cet article, publié dans littérature étrangère, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

3 commentaires pour Le vieux qui ne voulait pas fêter son anniversaire

  1. Rocca Jacqueline dit :

    C’est rigolo : j’ai lu aussi il y a peu ce livre complétement délirant et je m’y suis bien amusée ! Ces gens du nord sont un peu givrés et ne reculent devant aucune extravagance : cela fait du bien ! et quelle vision réjouissante de la vieillesse !

  2. Yamina LE ROUX dit :

    Bonjour à vous,

    Reine-Marie m’a fait parvenir votre lien car elle me sait grande lectrice devant l’éternel.
    J’ai également eu l’occasion et le plaisir de lire ce roman si déjanté ! Je partage l’impression d’amusement léger, le bonheur de toute cette extravagance qui fait du bien par ces temps de morosité sociale. Les auteurs du Nord sont en effet sans limites et ont souvent une écriture qui ne se prend pas au sérieux, tout en étant très efficace.
    Et j’apprécie également cette vision de la vieillesse !
    C’est pour toutes ces raisons que j’ai également fait, comme vous, la promotion de ce roman autour de moi;

  3. sandrion dit :

    Tout d’abord, bienvenue sur ce blog, votre commentaire me fait très plaisir ! C’est tout à fait vrai que les auteurs du Nord semblent moins se censurer dans leur écriture, voir les romans – dans un tout autre genre – d’Audur Ava Olafsdottir, que j’aime beaucoup.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s