Le héron de Guernica

Le héron de Guernica Guernica, avril 1937, peu avant la destruction de la ville. Un jeune peintre autodidacte, Basilio, passe son temps dans les marais à guetter les hérons cendrés. Malgré le calme, la poésie et la sérénité des lieux, la menace gronde, les avions sillonnent le ciel. Un matin, Basilio croise un soldat déserteur :

C’est drôle quand même. Moi je parle de gars qui se font tuer pendant que toi, tu t’emmerdes à peindre le plumage d’un héron.

Je m’emmerde pas.

Un temps.

Quand même, il doit falloir une sacrée patience, dit le soldat.

Faut surtout avoir très envie de regarder, dit Basilio. De bien regarder les choses. Le héron, ce qu’on peut en voir, et ce qu’on ne peut pas. Aussi, tout ce qui l’entoure. Tout ce qu’il y a dans l’air qu’on respire, le héron, toi et moi. C’est surtout cette envie-là qu’il faut.

Le prêtre de la ville, Eusebio, pousse Basilio à partir à Paris rencontrer le célèbre Picasso qui a pour projet de réaliser un tableau sur ce qui s’est passé à Guernica. Que les deux peintres se rencontrent ou non, l’un comme l’autre, à sa façon, rendra compte par son art de la tragédie de la guerre.

Antoine Choplin, dans ce court roman, utilise une langue simple, fine, expressive et poétique pour rendre le contraste entre cette attention fine portée à la beauté du héron et la violence brute qui s’abat sur Guernica et n’en est que plus prenante.

Cet article, publié dans littérature française, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Le héron de Guernica

  1. Fransoaz dit :

    J’ai été séduite par la simplicité et le coup de pinceau de Basilio. Un très beau roman servi par une écriture poétique.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s