Cris

Cris Voilà bien longtemps que je n’avais pas lu de roman de Laurent Gaudé. J’avais été subjuguée par Le soleil des Scorta, j’avais aimé La mort du roi Tsongor. J’ai lu Cris suite à une discussion avec mes collègues du lycée et c’est un livre coup de poing. Une suite de monologues intérieurs de poilus, écrits dans une langue âpre, humaine et bouleversante vous fait pénétrer à l’intérieur de ce monde terrible des tranchées. Les « cris » sont partout, ceux qu’on entend, ceux qu’on n’entend plus parce qu’on est devenu sourd suite aux tirs d’obus, ceux poussés par une sorte de soldat fantôme tout au long du livre. Et les prénoms des soldats se succèdent, remplacés par d’autres suite à leur mort qui nous est livré « en direct ».

Loin de Marius, Boris, Ripoll, Rénier, Barboni ou M’Bossolo, Jules, parti en permission muni du précieux papier bleu, emporte les voix des disparus avec lui et trouvera une manière très particulière de faire en sorte qu’on ne les oublie pas…

Publicités
Cet article, publié dans littérature française, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s