Pourquoi être heureux quand on peut être normal ?

Pourquoi... Encore un titre étonnant que celui de ce roman autobiographique, cette question qu’a posé à l’auteur sa mère adoptive au moment où Jeanette Winterson a décidé de quitter le domicile familial prématurément. Et pour cause : cette mère obèse, maniaco-dépressive, obsédée par l’Apocalypse qui met des mots partout dans la maison jusqu’aux toilettes du style « Il fera fondre tes entrailles telles de la cire » se révèle une mère maltraitante, n’hésitant pas à enfermer sa fille dans le placard à charbon ou la laisser dehors toute la nuit. Alors quand elle apprend que Jeanette aime les filles, elle n’hésite pas à demander au curé de la paroisse de pratiquer un exorcisme…

On lit le cœur serré ce récit de cette enfance tellement difficile que l’auteur tourne autour d’elle en l’approchant peu à peu, avançant par bonds ou faisant des retours en arrière, suivant ainsi le mouvement de ses pensées, de ses souvenirs, de ses associations d’idées.

On pourrait penser qu’on sort d’une telle jeunesse complètement brisé car « il faut beaucoup plus de temps pour s’extirper du lieu psychique que du lieu physique« . Jeanette côtoie des états à la limite de la folie mais une furieuse envie de vivre et d’aimer la poussera tant bien que mal vers une vie où la littérature occupera une place dominante. Les mots la sauvent, elle qui avait interdiction de lire et qui lisait en cachette, à la bibliothèque de la ville, en prenant les auteurs de A à Z… Par la lecture et l’écriture, elle pourra donner du sens à son existence, et même, peut-être, retrouver sa mère biologique.

Comme moi, Cathulu a mis des post-its un peu partout et Aifelle est ressortie sonnée de sa lecture…

Publicités
Cet article, publié dans littérature étrangère, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

10 commentaires pour Pourquoi être heureux quand on peut être normal ?

  1. aifelle dit :

    J’ai beaucoup aimé cette lecture et j’ai l’intention de lire aussi « les oranges ne sont pas les seuls fruits » qui était une première version romancée.

  2. grigrigredin dit :

    Voilà un livre très fort, qui m’a beaucoup marquée. Je suis du coup allée voir les avis de Cathulu et Aifelle… On ressort toutes touchées par l’écriture de J. Winterson. Je n’ai pas encore lu « Les oranges ne sont pas les seuls fruits » mais je pense que j’y viendrai… « Pourquoi être heureux… » est un livre dont on ne parle pas énormément sur la blogosphère alors que c’est pour moi un grand livre. En revanche, je crois qu’il faut être prêt à s’y frotter pour l’apprécier.

  3. lorouge dit :

    Cette petite merveille est aussi sur ma PAL :0) Comme l’auteure je pense que la lecture sauve de tout, ou presque…

  4. Et encore un ! je n’aurai pas assez d’une vie pour tout lire!!!
    toutes tes lectures me tentent!!!

  5. Mior dit :

    un bouquin bouleversant sur le pouvoir des livres et de la culture en général , et de notre capacité à résister (en général…)
    Tu as une bien belle liste de coups de coeur 2013/14 , dis moi 😉

    • sandrion dit :

      n’est-ce pas ?! J’avais remarqué qu’on avait globalement pas mal de goûts en commun… et grâce à l’interview de toi chez Galéa j’ai pu te connaître un peu mieux !

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s