Fabienne Verdier, l’esprit de la peinture

En 2003 j’ai découvert cette femme extraordinaire qu’est Fabienne Verdier, à travers son autobiographie, Passagère du silence, dans lequel elle raconte son austère initiation, durant dix ans, auprès des maîtres de la calligraphie, en Chine. J’ai ensuite, de loin, suivi son travail, admiré ses œuvres. Et en octobre, j’ai eu l’occasion de visiter, à Anderlecht, près de Bruxelles, la maison d’Erasme. On pouvait y admirer une exposition reprenant, en toute petite partie seulement, une grande exposition de début 2013 à Bruges, dans laquelle Fabienne Verdier revisitait à sa manière quelques grands peintres flamands. Magnifique lieu, d’abord, que cette maison d’Erasme, et magnifiques œuvres de Fabienne Verdier.

SAM_1371(on croirait une fenêtre de peinture flamande, non ?!)

Fabienne Verdier, l'esprit de la peinture Et que vois-je l’autre jour à la médiathèque ? Le catalogue de cette exposition à Bruges ! Ce livre est passionnant, on y trouve une longue interview de Fabienne Verdier dans laquelle elle expose les détails de la naissance de ce travail qu’elle a entrepris, durant quatre ans, autour de six tableaux célèbres des peintres flamands dont elle a tenté de rendre l’essence même, à sa manière, en cherchant l’épure, la quintessence de l’œuvre. Par exemple, du tableau de Van Eyck, Portrait de Margareta, en 1439, elle retient les motifs de l’étrange coiffe, dans lequel elle voit une pensée labyrinthique, titre des nombreux tableaux que lui inspireront cet ouvrage de Van Eyck. Ci-dessous, une photo que j’ai prise à l’exposition d’Anderlecht.

SAM_1374

Dans le tableau du même peintre, La Vierge au chanoine Van der Paele (1434-36), elle se penche sur les lunettes tenues par le chanoine.

SAM_1377A la question : « imaginez-vous ce qu’aurait été pour vous une vie sans la peinture ? », elle répond : « Cela m’est impossible, peindre pour moi est tout simplement une façon de respirer. Et après avoir souffert, enfant, d’un quotidien éclaté, fragmenté, j’ai redécouvert, grâce à l’art, un monde unifié. » (interview entier )

Ici, un très bel article sur la façon de peindre très particulière de Fabienne Verdier.

Cet article, publié dans essais, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Fabienne Verdier, l’esprit de la peinture

  1. Aifelle dit :

    Je la connaissais avant sa biographie, mais après je l’ai suivie d’autant plus près. J’ai eu la chance de voir plusieurs expos à Paris. Je m’étais offert son gros livre « entre ciel et terre » il y a quelques années : http://legoutdeslivres.canalblog.com/archives/2008/10/31/11174389.html

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s