L’autre moitié de moi-même

Ce livre a une histoire particulière… J’aime ce qu’écrit Anne-Laure Bondoux, écrivain pour la jeunesse, j’ai lu Les larmes de l’assassin, Le destin de Linus Hoppe, Pépites, Le temps des miracles. Chaque fois, elle nous plonge dans un univers singulier et ses histoires ont des atmosphères à chaque fois différentes tout en ayant en commun l’humanité, la vitalité et la découverte.

Alors quand au salon du livre jeunesse d’Albi, j’ai vu qu’elle était là, mon cœur a fait un bond et je suis allée la voir : une femme adorable, gentille et accessible avec laquelle nous avons discuté un bon quart d’heure et qui a accepté de bonne grâce de se faire photographier en ma compagnie (voilà, au bout d’un an de blog, c’est l’occasion pour celles et ceux qui ne me connaissent pas, de voir ma bouille :)). Elle m’a parlé de ce livre, L’autre moitié de moi-même, fruit d’une longue traversée de l’abîme, des cauchemars et de l’inconscient.

SAM_2680dédicace AL BondouxEvidemment, je l’ai dévoré. En une soirée… Elle y raconte son parcours avec honnêteté, simplicité, courage mais aussi humour, l’incapacité dans laquelle elle s’est trouvée, après plusieurs années passées à écrire des livres dans le plaisir et le succès, à écrire la moindre ligne d’un roman. L’histoire qu’il lui fallait raconter, c’était la sienne, surtout après le choc d’octobre 2010 où elle croit avoir percuté un enfant à vélo…

L'autre moitié de moi-même J’ai été touchée parce que j’ai retrouvé de nombreux points communs avec mon histoire : même âge à deux ans près, une rupture douloureuse, la traversée du tunnel, l’adolescence difficile de la grande fille, les bienfaits de la thérapie (d’ailleurs la citation en exergue, de J. Lacan, est évocatrice « Le réel, c’est quand on se cogne« ). Mais j’ai été bouleversée aussi par sa trajectoire de petite fille « sans histoire », qui va se heurter, de plein fouet, aux secrets de l’histoire familiale qui n’est lisse qu’en apparence (j’ai été frappée de cette anecdote qu’elle raconte où elle entre dans la chambre familiale pour scruter les visages de ses parents, car « lorsque ma sœur et moi sommes couchées, mes parents enlèvent leurs masques. Je vous jure : ils arrachent leurs visages, et ils apparaissent tels qu’ils sont en réalité, c’est-à-dire des monstres extraterrestres. […] Moi, je cherche obstinément la couture du masque.« ), et qui va devoir retrouver cette « autre moitié » d’elle-même. « J’ignore ce qui me terrifie à ce point. Ce que je vois, c’est que mon cœur d’enfant est enroulé autour de moi comme le lierre sur le tronc d’un arbre. Il me dicte sa loi, il m’étouffe, il m’asservit, mais si je l’arrache, je crains de tuer l’arbre tout entier. » Et l’enfant au vélo qu’elle percute en début de récit resurgit de façon étonnante et très émouvante à la fin…

Cet article, publié dans littérature française, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

15 commentaires pour L’autre moitié de moi-même

  1. Merci pour ta gentille visite et tes bons mots. Je vois que nous avons des affinités de lectures!
    D’Autres vies que la mienne, j’ai eu peur de le lire, pour des raisons personnelles. J’ai pourtant apprécié l’adaptation cinématographique.
    A tantôt.

  2. grigrigredin dit :

    J’ai beaucoup aimé « Les larmes de l’assassin », un livre très dur et marquant. Avec « Pépites » j’ai eu le sentiment de faire la connaissance d’une protagoniste forte parce que fragilisée par la vie… Anne-Laure Bondoux est une grande auteure pour la jeunesse qui devrait être lue par plus d’adultes… Je crois que je vais m’acheter « L’autre moitié de moi-même » car tu connais mon goût pour les textes qui bousculent leur lecteur.

  3. jerome dit :

    Je ne connais pas Anne-Laure Bondoux mais je suis toujours partant pour découvrir un auteur jeunesse de qualité.

  4. lorouge dit :

    Je suis ravie que tu parles de ce livre et avec des termes fort élogieux parce qu’il est dans ma PAL. J’avais lu un billet magnifique (d’un blog qui n’existe plus) et le sujet m’avait tant touchée que j’avais été immédiatement l’acheter… Du coup il est là, il m’attend, mais je sais qu’il va me remuer au delà de ce que j’imagine encore… alors j’hésite un peu… Mais je crois qu’il n’attendra plus longtemps ;0)

  5. noukette dit :

    J’adore cette auteure, j’ai d’ailleurs ce livre qui attend patiemment sur mes étagères…! Qu’est-ce que j’attends ? 😉

  6. cathulu dit :

    Merci pour ce joli billet et pour ta photo ! 🙂

  7. Louise dit :

    Je note ce titre et le nom de l’auteur que je ne connais pas. Mais ton billet est plus qu’intéressant. C’est émouvant et sincère.
    Purée t’as quel âge, t’en fait vingt!!!!!

    • sandrion dit :

      ça c’est gentil !! J’en ai largement le double (45 dans 2 semaines pour être exacte…) mais je fais jeune quand je suis heureuse paraît-il !

  8. Louise dit :

    oups « fais »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s