Buvard

BuvardCoup de cœur pour ce premier roman d’une jeune auteure de 27 ans, que j’ai lu d’une traite! Un roman qui traite du processus de l’écriture, sous forme de fausse biographie d’un auteur imaginaire (sous-titré « Une biographie de Caroline N. Spacek »). Le narrateur, Lou, jeune homosexuel de 24 ans fasciné par les romans de Caroline Spacek, réussit à se rendre chez cette auteure recluse dans sa campagne anglaise, et la rencontre qui devait durer le temps de l’interview se prolonge sur tout un été. Entre la romancière et l’intervieweur se nouent des liens forts, Lou devenant en quelque sorte le « buvard » de Caroline, femme étonnante dont on découvre peu à peu l’histoire et les secrets, et pour laquelle l’écriture passe avant tout.

L’écriture est forte, dense, extrêmement maîtrisée et laissant en même temps passer l’émotion et l’humanité des personnages.

« […] mon style, c’était d’avoir envie de tequila au réveil, c’était prétendre qu’il n’y avait aucun problème, c’était le silence, l’exil et la ruse, c’était les livres de Jude paraissant les uns après les autres sans que jamais je ne parvienne à en ouvrir un, c’était mon coeur qui me faisait mal le matin, c’était dormir dans un lit plein de papier imprimé, c’était signer des contrats, c’était mes crises d’hystérie, mes règles disparues, mon style, c’était de devoir être enfermée dans un compartiment séparé sur la ligne de Budapest-Venise parce que mes sanglots troublaient le sommeil des autres voyageurs, c’était l’autorité du succès et de la chute, les moyens du bord, la permanence des cicatrices, mon style, c’était la solitude, l’échec. »

« Je cherchais mon chemin dans la neige et le silence et je tapais avec une seule main parce que l’autre tenait la cigarette. J’avançais dans mes propres livres comme avec une lampe torche dans le noir, éclairant l’espace petit à petit, devinant lentement ce dans quoi je m’engageais. »

 Keisha, très difficile en matières de romans français contemporains, a été bluffée et Telerama a rédigé un article élogieux !

Publicités
Cet article, publié dans littérature française, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

7 commentaires pour Buvard

  1. keisha41 dit :

    Ben oui, parfois les romans français passent la rampe!^_^

  2. Mayura Kl dit :

    Personnellement les extraits me donnent énormément de mal, mais ton commentaire me donne envie de tenter quand même…

  3. sous les galets dit :

    Il a tellement envahi la blogosphère en Service de Presse ce roman, que je pensais vraiment que les avis étaient très exagérés, d’autant que d’autres ont acheté le livre et ont été déçus.
    Et là, avec un billet pareil, tu me fais vraiment douter, et vu que tu es la deuxième cette semaine, je crois que je vais le remettre sur ma Lal (c’est tellement tentant l’histoire d’une romancière)

  4. cathulu1 dit :

    Il m’a fallu le temps de me décider mais je ne regrette pas ! 🙂

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s