La main coupée

La main coupéeJ’ai peu lu de choses de Blaise Cendrars, quelques poèmes c’est tout et j’ai été vraiment séduite par son écriture, très libre, mêlant les registres et les langages.

Dans La main coupée, livre autobiographique, il raconte des épisodes de son expérience dans les tranchées durant la guerre de 14-18, et ce qui frappe c’est la façon dont il a vécu cela, car il met l’accent (comme Barbusse d’ailleurs, dans Le Feu) sur l’amitié, la solidarité entre les soldats qui passent toutes leurs journées ensemble et à quel point les liens sont forts, mais aussi sur l’incapacité et la lâcheté des officiers (« Dans l’ensemble, ils nous méprisaient. Ils n’avaient aucun contact avec nous. Dans la vie des tranchées, ils étaient inexistants. Au feu, ils brillèrent par leur absence ou se distinguèrent par leur incapacité.« ), la rigueur absurde des règlements militaires. Dans un des chapitres, il raconte comment ils faisaient leurs patrouilles dans les marais, sur une barque, il décrit la beauté improbable de ces moments nocturnes dans la nature, malgré la guerre… En même temps, son jugement est sans appel : « Je m’empresse de dire que la guerre ça n’est pas beau et que, surtout ce qu’on en voit quand on y est mêlé comme exécutant, un homme perdu dans le rang, un matricule parmi des millions d’autres, est trop bête et ne semble obéir à aucun plan d’ensemble mais au hasard.[…] De tous les tableaux des batailles auxquelles j’ai assisté je n’ai rapporté qu’une image de pagaïe. »

« Mais pourquoi faisais-tu tout cela, Blaise, par dégueulasserie ?… Hé ! parce que je découvrais tout cela pour la première fois et qu’il faut aller jusqu’au bout pour savoir ce dont les hommes sont capables, en bien, en mal, en intelligence, en connerie, et que de toutes façons la mort est au bout, que l’on triomphe ou que l’on succombe. C’est absurde. C’est moche. Mais c’est ainsi. Et il n’y a pas à tortiller. »

Un livre étrange et beau, qui n’évoque cette « main coupée » que par métaphores puisque l’auteur préfère manifestement parler de ses copains, pour la plupart tués au combat, que de l’épisode qui lui a coûté sa main droite. Ce n’est d’ailleurs qu’en pleine période d’occupation, vers 1944, 30 ans plus tard, que Cendrars a écrit ce livre.

Encore un extrait : « J’ai connu plus d’un type qui finissait par chérir son créneau, même s’il y était planté tout l’hiver dans l’eau et jusqu’au ventre, car c’était là le seul coin de cette terre aimée de France qu’il possèderait jamais en propre, et qu’il était venu défendre, ce trou d’homme qui le moulait, […] et où, à chaque relève, l’un ou l’autre restait enseveli comme dans une chiotte sans issue, doulce France, ô mon beau tombeau ! »

 

Publicités
Cet article, publié dans classiques français, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

10 commentaires pour La main coupée

  1. c’est un livre que j’ai beaucoup aimé aussi – Cendrars est un écrivain très libre, je suis contente que tu le découvres 🙂

  2. aifelle dit :

    Je n’ai pas lu ce livre, il me semble que c’est une lacune à réparer ..

  3. jerome dit :

    De Cendrars je n’ai lu que « L’or ». J’aimerais bien continuer à découvrir cet auteur.

  4. C’est une belle découverte que tu m’offres, je n’ai jamais eu l’occasion de découvrir ses écrits et je compte bien me rattraper après avoir lu l’éloge que tu en as fait! 🙂

  5. lorouge dit :

    J’aime beaucoup, beaucoup cet extrait que tu cites ; « Je m’empresse de dire que la guerre ça n’est pas beau et que, surtout ce qu’on en voit quand on y est mêlé comme exécutant, un homme perdu dans le rang, un matricule parmi des millions d’autres, est trop bête et ne semble obéir à aucun plan d’ensemble mais au hasard.[…] » C’est tellement juste. Je dois avouer que je n’ai jamais lu l’auteur et que je ne me sens pas du tout attiré par un livre traitant de la guerre en ce moment… Mais les extraits me touchent comme je te le disais… Bonne semaine Sandrion

  6. Louise dit :

    Et bien tu vois je n’aurais jamais cru qu’il soit aussi « accessible ». Je me fais à tord une montagne de Cendras. Je le note, c’est une belle découverte!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s