Un livre, un lieu

Associer une lecture à un lieu qui l’a abritée, tel est le défi que me lance l’amie Syl… allons-y !

autant en emporte le vent1. Le premier qui me vient : j’ai environ 12 ans, nous sommes partis, mes frères et moi, avec mon père, dans un petit chalet faire du ski. Une violente tempête de neige nous bloque dans ce chalet trois jours durant et je passe trois jours, au coin du feu, à lire Autant en emporte le vent, en entier. Souvenir merveilleux d’avoir vécu avec Scarlett O’Hara sous le soleil de Géorgie, alors que dehors, ce n’était que neige et froid.

Le petit copain2. Je suis enceinte de mon deuxième et je lis, dans le lit chez ma mère, le gros roman de Donna Tartt, Le petit copain. Mes souvenirs de cette lecture mêlent le lieu, la douceur du lit et je peux encore aujourd’hui me rappeler la légère nausée constante que j’éprouvais, due à la fois à la grossesse et à l’ambiance très spéciale du roman.

 

Sans famille3. J’ai 8 ou 9 ans, assise à une petite table ronde, blanche, sur une petite chaise de la même couleur, dans ma chambre, et je passe des heures à lire Sans famille. Je vibre d’émotions à toutes les aventures du petit Rémi et le souvenir le plus vif que je garde est celui où le petit Rémi revient chez sa mère adoptive (?) et qu’il mange des crêpes brûlantes.

 

Rouge Brésil4. Il y a une dizaine d’années, avec mon compagnon, nous avons passé un moment délicieux allongés sur l’herbe au bord de la rivière (la Dourbie), et j’ai lu tout l’après-midi Rouge Brésil de Jean-Christophe Ruffin. L’exotisme de ce roman se confond dans mon souvenir avec la chaleur du soleil, le bruit de l’eau, l’herbe sous mon ventre et une impression forte de temps libre, de vacance.

 

Le lion5. Je pense que j’étais en 5e, quand j’ai lu Le lion, de Joseph Kessel, dans mon lit le soir, et je n’arrivais pas à m’arrêter. Quand j’ai fini, j’ai sangloté tout ce que j’ai pu. La couverture est celle que j’avais, dans la collection 1000 soleils.

 

Louise aussi a joué le jeu ! Et c’est drôle : j’avais l’impression de ne plus me souvenir de rien, mais une fois que la mémoire a commencé à chercher, elle ne s’arrête plus… En même temps, je me dis que ce ne sont pas forcément les lectures qui m’ont le plus marquée, ce sont juste celles qui sont venues en premier. Je me suis également fait la remarque que les livres lus enfant s’ancrent de façon dix fois plus durable que ceux lus adulte. Je pourrais en ajouter au moins le double !

Et à mon tour, je tague Galéa, Grigrigredin et Noukette. Si elles veulent !

Publicités
Cet article, publié dans à sauts et à gambades, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

12 commentaires pour Un livre, un lieu

  1. Syl. dit :

    « Rouge Brésil » ! c’était l’hiver, juste avant Noël, je l’ai lu d’une seule traite, dans ma chambre. Superbe roman !
    Sandrion, tu nous confesses de belles choses !

  2. sous les galets dit :

    Rho il est trop chouette ton tag ! Je n’ai lu aucun de tes titres 😉
    C’est vrai que ce ne sont pas les livres qui nous ont le plus marqués dont on se souvient le mieux du décor !
    J’adore ce que tu dis de ta grossesse , ça me rappelle aussi des souvenirs.
    Je me demande si les souvenirs d’enfance avec les premiers émois litteraires ne s’encrent pas plus profondément que les autres !
    Merci infiniment de m’avoir taguée , je l’attendais avec impatience !
    Tres belle soirée a toi 😉

  3. grigrigredin dit :

    Merci pour ce tag ! Je réfléchis et m’y mets demain… ! Je ne sais pas si j’aurais d’aussi belles impressions à partager que les tiennes…

  4. Louise dit :

    C’est beau ce que tu écris sur tes lectures, ou sur tes moments de lecture. En fait tu montres bien que c’est un mélange de tout, le lieu, les gens avec qui on est , le livre, les émotions. J’aime bien quand tu fais référence aux couleurs, à la sensation de l’herbe…Moi aussi qu’est-ce que j’ai pleuré à la mort du lion!!! je note du même coup le titre de Tartt, et Rufin que je ne connais pas. Bises et bon dimanche.

  5. jerome dit :

    C’est un très beau tag et tes souvenirs de lecture sont touchants. Je pensais aussi avoir du mal faire travailler ma mémoire mais finalement ça revient assez vite.

  6. grigrigredin dit :

    Je viens de reprendre le défi sur mon blog… Je suis sûre que d’autres souvenirs font refaire surface dans les temps à venir !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s