L’impasse

L'impasseEncore un Antoine Choplin, magistral… Un titre à prendre dans les deux sens évidemment. L’histoire a lieu durant une guerre, qui pourrait se dérouler dans un bon nombre d’endroits car la ville n’a pas de nom. Ceux qui ont un nom sont les bourreaux et les victimes.

Les bourreaux s’appellent Kalinski, un fou furieux qui vit au cœur de ses pulsions sadiques et guerrières, Romanov et Vologuine, des suiveurs lâches et veules, et puis Oleg Youssov. C’est lui le personnage central, il fait partie de cette bande de soldats sanguinaires, ceux qui doivent, au début de l’histoire, « nettoyer » l’impasse.

Les victimes sont les membres de la famille d’artistes qui vit dans l’impasse : la grand-mère folle, Aïchat, le danseur Mogamed, sa femme Zenara et leurs enfants, Louisa, qui danse aussi, Moumadi et son tambour et Timour, l’autre héros de l’histoire.

Avant le nettoyage de la rue par les soldats, on découvre la rencontre improbable de Timour et d’Oleg, l’un enseigne à l’autre le lancer du poids, l’autre les échecs. Qu’arrivera-t-il lorsque se rencontreront ces deux-là, au bout de l’impasse ?

Un roman nerveux, dense, profond et sombre. Les personnages sont magnifiques, surtout Oleg Youssov, ce géant chauve aux yeux doux qui se trouve embarqué malgré lui dans la guerre, ou cette famille de danseurs si digne. Voilà ce que le père dit à sa fille : « Je ne crois pas qu’il faille oublier tout ça. Faire comme si ça n’existait pas. Nous devons faire face, nous souvenir de la fragilité des choses, de nos souffles. Et aussi voir combien ils sont précieux. Bien palper tout ça. Nous sommes assez forts, tu sais.  Notre facture d’homme est magnifique. Dans la pénombre, les yeux s’agrandissent. Et si les yeux nous brûlent, il y a le secours des larmes. » Et quand Louisa danse, au milieu du chaos, de la haine et de la violence, on a le souffle coupé et les larmes aux yeux, nous aussi…

Magnifique !

Publicités
Cet article, publié dans littérature française, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

8 commentaires pour L’impasse

  1. grigrigredin dit :

    Je crois qu’il va vraiment falloir que je lise cet auteur, tes 2 billets m’ont convaincue…
    J’en profite aussi pour te féliciter pour ton nouvel avatar qui est très beau.

  2. aifelle dit :

    Je note ce titre d’Antoine Choplin, j’ai beaucoup aimé « la nuit tombée ».

  3. aifelle dit :

    PS. Je confirme, l’avatar est splendide 🙂

  4. sous les galets dit :

    J’ai vraiment peur que ce soit trop dur pour moi, on sent dans ton billet une vraie violence sous)-jacente, j’ai comme envie de quelque chose de plus doux en ce moment. Mais je me suis promise de découvrir Choplin en 2015

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s