La servante écarlate

La servante écarlateEntre le titre un peu racoleur et la couverture, jamais je n’aurais choisi ce roman si un collègue ne m’en avait chaudement vanté les mérites et conseillé la lecture. Finalement, il avait raison car ce roman de science-fiction, à proprement parler une dystopie, s’est révélé très intéressant.

Dans un futur qu’on devine pas très éloigné de notre époque (le roman a été écrit en 1985), le pays (mais pas le monde entier), après multiples catastrophes nucléaires qui ont tellement pollué que la fécondité est devenue rare, s’est transformé en la république de Giléad, une société totalitaire et répressive. Ce nouvel ordre social attribue à chacun un rôle très précis : Commandants, Épouses, Gardiens, Yeux, Servantes, Marthas, Anges, etc. Chacun a une fonction et une couleur et toute transgression est interdite, traquée et impitoyablement châtiée.

Parmi ces rôles, il en est un privilégié, celui de « Servante » : les servantes sont vêtues de rouge et attribuées à un couple, le Commandant et son Epouse, qui n’ont pu avoir d’enfants. La « servante écarlate » est un femme dont la fertilité a été reconnue par des examens et qui a deux ans pour faire ses preuves : porter l’enfant du Commandant et le lui donner ensuite. Elle est strictement surveillée, nourrie de façon rationnelle et interdite de tout excès, pour donner toutes ses chances à la maternité, qui se passe rarement bien à cause des conséquences de la pollution.

On suit le récit d’une de ces servantes, appelée « Defred », son entrée dans la maison du commandant, et à travers ses souvenirs empreints d’une grande nostalgie pour une époque où on pouvait encore être en lien avec les autres, se sentir libre et éprouver du désir, on comprend peu à peu les tenants et les aboutissants de cette situation terrible d’oppression et d’absence totale de liberté.

Même si j’ai eu un peu de mal à entrer dans l’histoire, j’ai été peu à peu captivée par ce piège qui se referme peu à peu sur l’humanité… évidemment, la lecture d’un tel roman incite à réfléchir sur ce qui nous entoure et à profiter mieux !

Des critiques très intéressantes sur Babelio.

Publicités
Cet article, publié dans littérature étrangère, est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

7 commentaires pour La servante écarlate

  1. aifelle dit :

    Je veux le lire depuis longtemps, je finirai par y arriver 🙂

  2. jerome dit :

    Pareil qu’Aifelle. Je finirai par le lire un jour ou l’autre, pas possible autrement.

    • sandrion dit :

      Jérôme et Aifelle, même si le début est un peu déroutant (et le fait qu’il ait été écrit il y a 30 ans y est pour beaucoup à mon avis), c’est vraiment un roman à lire !

  3. lorouge dit :

    J’ai la version moderne qui m’attend sur ma PAL. Le titre est « Ecarlate » il me semble, je lirais d’abord celui qui m’attend sur ma PAL avant de lire la première version qui me semble très très bien aussi… Bonne journée Sandrion

    • sandrion dit :

      Je viens d’aller voir sur internet, il y a bien un livre « Ecarlate » mais qui ne correspond pas à l’histoire de la servante écarlate. En revanche, je sais qu’un film a été tiré de cette histoire écrite par M. Atwood. Tu me diras !

  4. lorouge dit :

    ça ne correspond pas tout à fait mais j’avais lu que l’auteur c’était inspiré de ce livre là… Tu parles bien de celui d’Hillary Jordan ?

  5. Louise dit :

    Là avec la science fiction j’ai du mal, je ne pense pas faire l’effort. C’est marrant en te lisant je pense au monde des fourmis.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s