instant poésie # 9

Poésie du jeudiJ’ai eu envie d’aller lire ce que le poète Joë Bousquet, magnifiquement raconté par Guillaume de Fonclare dans Joë, avait écrit, et je suis tombée sur ce poème, dont la sombre musique m’évoque à la fois Villon et Apollinaire.

Quand l’âme eut froid

Mon cœur ouvert de toutes parts
Et l’effroi du jour qui pleure
D’un mal sans fin mourant trop tard
Je ne fus rien que par hasard
Priez qu’on m’enterre sur l’heure

On reverra dans le brouillard
Avec ses maux et ses années
Le roi qu’il fut dans la fumée
D’un feu qui n’était nulle part
Sa mère avait des yeux d’eau vive
Il reviendra dans le brouillard
Le cœur ouvert par trois poignards
Vidé par les lunes oisives

Mais les ans passent sans nous voir
L’aube naît d’une ombre où l’on pleure
De quoi voulez-vous que l’on meure
La nuit ne sait pas qu’il fait noir
Tout est passé pour nous revoir
Nos pas reviennent nous attendre
On rouvre la classe du soir
Où l’on attend le roi des cendres

J’ai cru le voir dans un miroir
Qui m’est resté de mon enfance
Un chant de source était devant
Qui m’a bercé jusqu’au silence
Et je le suis jusqu’à l’absence
Mon corps s’ouvrant à tous les vents
A bu le froid dans l’eau d’argent
D’un cœur noir qu’il est las d’entendre

Tout est trop beau pour être vu
Un amour plus grand que l’espace
Ferme les yeux qui ne voient plus
Et l’ombre que sa forme efface
Mendiant son pas mendiant sa place
Au jour mort d’un rêve pareil
Dira des ombres qui la suivent
Ma vie avait des yeux d’eau vive
Passé prête-moi ton sommeil

In La Connaissance du soir, 2008

Et c’est chez Asphodèle que ça se passe !

Publicités
Cet article, publié dans poésie, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

8 commentaires pour instant poésie # 9

  1. Asphodèle dit :

    Qu’il est beau ce poème Sandrion, déchirant aussi ! J’ai « Dans ma peau » de Guillaume de Fonclare dans ma PAL , je l’ai commencé (un tout petit peu) mais je n’avais pas le courage de continuer, ça me rappelle trop de choses, je le rependrai plus tard ! Bousquet est une belle découverte… 😉
    Bises 🙂

  2. modrone dit :

    Bousquet et Fonclare partagent une si douloureuse voie commune. Ce texte est terrible de glace et de beauté.

  3. soene dit :

    Sandrion, c’est l’heure de dîner. J’y vais, je repasserai dans le we. Les temps de conjugaison vont me couper l’appétit 😆
    Bises de Lyon

  4. Valentyne dit :

    Très bien écrit … Et si triste ….

  5. monesille dit :

    J’ajoute Guillaume de Fontclare à ma PAL et Bousquet , illico, quels bienfaits que nous amène ce jeudi poésie., Ce poème est déchirant et touche au fond du sens ou non de la vie. J’aime beaucoup.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s