Amours

AmoursC’est grâce à Philisine que j’ai reçu ce livre, qui a d’abord voyagé chez Une Comète et qui continuera son chemin après moi. Je l’ai lu d’une traite, envoûtée par cette histoire et la belle écriture qui la porte.

L’histoire se déroule en 1908, dans une demeure bourgeoise, cossue, dans laquelle l’apparence est reine. Pourtant c’est sur une scène violente que s’ouvre le roman, le viol de la jeune bonne Céleste par son maître Anselme. Ce n’est pas que par ce viol que le titre est démenti : Céleste, née dans une famille nombreuse de paysans, a toujours su que sa vie serait difficile et sans tendresse ; le mariage d’Anselme et Victoire est un mariage arrangé, source de désillusion pour Victoire qui déteste cet « enchevêtrement immonde » auquel elle doit régulièrement se plier. Huguette, la gouvernante, est la seule à aimer profondément son homme Pierre, revenu de la guerre sourd et muet. Autant dire que la découverte de la grossesse de Céleste va bouleverser cet univers rigide et triste. Victoire l’a décidé : cet enfant sera le leur, à Anselme et elle, l’héritier qui ne venait pas malgré leur union de cinq ans déjà. Mais rien ne se passera comme prévu et l’amour surgira là où on ne l’attendait pas…

C’est magnifique : une langue sensuelle, sobre et puissante à la fois, qui dit de façon très belle le corps, la force de la vie, le pouvoir et le poids des convenances et la soif de liberté.

Le récit de l’accouchement est superbe : « Céleste pousse de toutes ses forces la vie hors d’elle. Point de rideaux, point d’enfants curieux. Un silence qui se fraie dans son âme. Le silence qui précède la vie, le même, exactement le même que celui qui précède la mort, celui de l’être, de la pleine conscience. Céleste, accompagnée de sa force insoupçonnée et du silence originel donne la vie. Et le cri qui la déchire n’est pas le sien, mais celui de son enfant. A peine né. »

« Sous les tuiles en ardoise de la maison bourgeoise, quatre personnes sont couchées, seul l’enfant dort. Les autres gardent les yeux grand ouverts. Chacun dans sa pièce, chacun dans sa solitude profonde, hanté par des rêves, des désirs, des espoirs qui ne se rencontrent pas, qui se cognent aux murs tapissés, aux taffetas noués d’embrasses – métrages de tissu qui absorbent les soupirs pour n’en restituer qu’un écho ouaté. »

Quelques avis : Cathulu Cuné. Dites-moi en commentaire si vous l’avez lu que je puisse ajouter les liens ! Et merci à toi Phili d’avoir fait voyager ton exemplaire !

Publicités
Cet article, publié dans littérature française, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

8 commentaires pour Amours

  1. Philisine Cave dit :

    Je suis ravie de savoir que tu l’as aimé. Je t’embrasse.

  2. Aifelle1 dit :

    Je ne l’ai pas encore lu, mais c’est prévu.

  3. Jerome dit :

    Tout le monde semble sous le charme de ce roman, je crois que je vais le lire un jour ou l’autre, pas possible autrement.

  4. noukette dit :

    Un auteur qui semble incontournable et qui fait l’unanimité ! A découvrir pour moi…

  5. sous les galets dit :

    rho la la, je suis une des seuls à n’avoir pas été emballée par Pietra Viva, du coup, j’hésite à tenter celui-là, je crains vraiment de rester à distance, bien que ton billet soit vraiment enthousiaste (vous êtes unanimes mine de rien autour de ce titre), et que l’histoire promette une certaine originalité, mais j’étais restée en dehors de cette langue très travaillée, qui m’avait paru froide….Je ne sais pas si je dois faire une deuxième essai avec Recondo.

  6. Louise dit :

    Et bien celui-ci je le note, l’histoire me plait.Pour l’écriture je ne sais pas,je la trouve un peu complexe (pour ne pas dire lourde); bon à voir.

  7. grigrigredin dit :

    Encore un roman que j’avais repéré à « La Grande Librairie »… Je n’arriverai jamais à tout lire !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s