La politesse

La politesseDe François Bégaudeau, j’avais apprécié le livre Entre les murs et cordialement détesté le film. Une amie m’a gentiment offert La politesse et j’ai pu redécouvrir cet auteur. Durant les premières pages j’ai oscillé entre amusement et agacement : on a l’impression que François Bégaudeau lui-même a pris des notes durant les différents Salons auxquels il a assistés et qu’il nous livre, direct, brut de décoffrage, ses notes. C’est évidemment faux : la langue est finement travaillée, c’est plutôt drôle, souvent cynique et pas tendre avec les autres, en particulier les gens de l’édition et du livre. Il épingle tout le monde, dont lui-même et parvient de façon très juste à rendre les discussions entre auteurs. Les deux premières parties se répondent et représentent en quelque sorte des variations autour du quotidien des écrivains, de leurs manies, de leur caractère : dans la première, Bégaudeau encaisse, avec une politesse de surface, les revers et les aspects pénibles du métier (les visiteurs du salon qui passent leur temps à demander si David Foenkinos est là, l’hypocrisie, l’ennui), dans la seconde, il se montre particulièrement bougon et désagréable. J’ai apprécié le petit clin d’oeil sur la couleur bleue qu’il utilise avec des qualificatifs tous plus absurdes les uns que les autres, bleu moquette, bleu girafe, bleu crabe, etc.

C’est la troisième partie qui ne m’a pas convaincue du tout… Il annonce une 3e variation, cette fois-ci en 2023, dans un monde où l’écologie et le fonctionnement communautaire dominent. C’est complètement loufoque et je n’ai vraiment pas accroché.

Quelques exemples du style : « Je vais me lire, tiens. Personne ne le fera à ma place. Les premières lignes de Jouer juste m’écorchent les oreilles . Verbes pronominaux à proscrire. Surtout avec nous qui donne nous nous ou vous qui donne vous vous. Meilleure euphonie à la première personne. Je me promène. Je me noie. Je me fais un peu chier. » (au Salon du Livre)

(regard sur lui-même, autodérision) « En poussant un peu, nous pourrions démontrer qu’écrire la vie est un pléonasme. – Mais est-ce que ce n’est pas voué à l’échec ? Nous pensons que si. Nous persistons néanmoins dans cette gageure. »

(des auteurs entre eux) « – A St-Malo au moins les débats sont bien. – Mais faut se taper les scolaires l’après-midi. – Parle pas de malheur. – Les interventions en collège-lycée c’est l’horreur. – Quand t’es une fille, ils te regardent avec la langue pendue. – Une fois y en a un qui m’a demandé mon mail, j’ai dit hé ho. -La plupart du temps ils ont rien lu de toi. – Et leur prof non plus. – Du coup ils te posent des questions sur la thune. » (argh, toutes mes illusions sur les rencontres avec des écrivains se fracassent !)

Une analyse intéressante sur Zone Critique.

Publicités
Cet article, publié dans littérature française, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

5 commentaires pour La politesse

  1. Aifelle dit :

    Je n’ai jamais lu Bégaudeau et je ne suis pas très attirée par ce qu’il écrit. On verra …

  2. sous les galets dit :

    J’étais assez tentée par ce livre (même si je me préparais à ce que la troisième partie me déçoive), mais alors les extraits que tu viens de me mettre me font reculer des 4 fers. Je déteste ce style, ce vocabulaire et le propos général…du coup j’hésite. Parce que j’aimais vraiment le côté incisif sur le milieu du livre, mais franchement, je trouve qu’il devient de plus en plus amer Bégaudeau…

    • sandrion dit :

      ah ça pour être amer, il l’est ! En tout cas ce n’est pas la meilleure lecture pour toi qui détestes l’autofiction et les auteurs qui se regardent un peu le nombril !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s