Charlotte

CharlotteAttrapé au dernier moment à la médiathèque, ce roman qui a eu le Renaudot et le Goncourt des Lycéens, et qui était au coude à coude avec Lydie Salvayre et d’autres pour le Goncourt en me disant « je vais me faire mon opinion ». Mon opinion est faite : Charlotte Salomon a eu une vie incroyable, dont on pourrait faire un roman mais le roman fait par Foenkinos ne me semble pas à la hauteur. Donc oui, j’ai lu avec plaisir les étapes de ce destin singulier : née en 1917, Charlotte porte le prénom de sa tante qui s’est suicidée. Peu à peu on apprend que la lignée entière est suicidaire mais elle, malgré le suicide de sa mère lorsqu’elle a 8 ans, elle se bat, forte d’une grande vitalité, d’un don pour la peinture, et de d’un grand amour. Elle devient une artiste mais, juive en Allemagne, ne peut pas exposer. Elle rejoint ses grands-parents dans le Sud de la France et avant d’être arrêter, confiera une valise avec son œuvre intitulée Vie ? ou Théâtre ? à un ami et mourra enceinte à Auschwitz en 1943.

Charlotte autoportrait(ci-contre, un autoportrait de Charlotte Salomon peint en 1940)

Foenkinos est fasciné apparemment ; au fur et à mesure du roman, il nous explique qu’il a suivi pas à pas Charlotte dans les différents lieux où il a vécu, mais sans aller plus loin non plus, du coup, l’information ne nous passionne pas. Et puis cette écriture bizarre où il décide de revenir à la ligne à chaque phrase, ce qui fait penser à de la poésie en prose sauf que le texte est tout sauf poétique et que l’écriture est plutôt plate et factuelle.

D’accord il explique :

« J’ai tenté d’écrire ce livre tant de fois.

Mais comment ?

Devais-je être présent ?

Devais-je romancer son histoire ?

Quelle forme mon obsession devait-elle prendre?

Je commençais, j’essayais, puis j’abandonnais.

Je n’arrivais pas à écrire deux phrases de suite.

Je me sentais à l’arrêt à chaque point.

Impossible d’avancer.

C’était une sensation physique, une oppression.

J’éprouvais la nécessité d’aller à la ligne pour respirer.

Alors, j’ai compris qu’il fallait l’écrire ainsi. »

Ok mais moi, ça ne m’a pas convaincue… Et vous ?

Publicités
Cet article, publié dans littérature française, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

16 commentaires pour Charlotte

  1. profplatypus dit :

    Moi non plus, loin de là !
    Je suis tout à fait d’accord avec toi : être fasciné ne suffit pas, c’est peut-être même un handicap dans le sens où Foenkinos reste à une certaine distance révérencieuse de son sujet, sans trop savoir quoi en faire. Le succès de ce texte me laisse encore perplexe…

  2. Aifelle dit :

    Je ne l’ai pas lu, à cause de ce que tu évoques, c’est dommage, le sujet m’attire beaucoup. Je finirai peut-être par le prendre à la bibliothèque un jour.

  3. worldcinecat dit :

    J’ai aimé ce livre, la lecture est facile et le sujet très touchant ; le style est en effet faussement travaillé, mais pour de nombreux livres lus récemment dont j’aurai au moins enlevé deux cents pages (Lucy in the sky ; Sacré Bleu) celui-là au moins se lit en un souffle. Le prix Renaudot ? à voir, pour moi, le roman primé qui surpasse les autres, c’est Bain de Lune de Yanick Lahens.

  4. worldcinecat dit :

    dont j’aurais … désolée, je n’ai pas bien relu mon texte 🙂

  5. mrspepys dit :

    Ce texte ne me tentait pas vraiment, et ton billet renforce mes réticences.

  6. Mior dit :

    Pas la moindre envie d’ y aller ( depuis le début) ….

  7. sous les galets dit :

    Beaucoup ont été convaincu par ce livre, mais absolument tout ce que tu dis dans ta chronique conforte mon a priori de départ (je ne suis pas du tout touchée par la forme stylistique qu’il a choisie, il faut une écriture très forte et un sens inné de la formule pour tenter cela).
    En revanche, je reste passionnée par le personnage de Charlotte qui est sublimement tragique.

  8. jerome dit :

    Je n’ai pas aimé du tout. Tellement facile ce roman qui veut se donner des airs de grande littérature alors que franchement, on en est loin !

  9. saxaoul dit :

    Je suis en train de le lire en version audio et du coup, je n’ai pas du tout remarqué cette façon d’écrire un peu surprenante. Pour l’instant, je trouve l’histoire intéressante mais ce ne sera pas un coup de cœur.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s