Les juins ont tous la même peau et autres bouquins de Chloé Delaume

Les juins ont tous la même peauPour préparer la venue de Chloé Delaume cette année dans mon lycée, j’ai été amenée à lire le plus possible de bouquins d’elle : Le cri du sablier, texte autobiographique étonnant et dérangeant, au style acéré et cru, racontant son parcours complètement atypique puisque, après avoir été maltraitant, son père a tué sa mère devant elle, qui avait 10 ans, avant de retourner le fusil contre lui et de se tuer à son tour ; deux pièces de théâtre Au commencement était l’adverbe, qui joue avec beaucoup d’humour avec les codes de fabrication du théâtre, et Transhumance qui explore le monde de la téléréalité ; J’habite la télévision, un essai suite à l’expérience assez dingue de passer plusieurs mois à regarder la télévision pour voir comment le cerveau se rend disponible à la publicité comme l’avait dit cyniquement P. Le Lay. C’est vraiment un auteur (une auteure) étonnant(e), dont les œuvres dérangent, questionnent et ne laissent pas indifférent.

Les juins ont tous la même peau est un titre clin d’oeil au roman de Boris Vian Les morts ont tous la même peau et un hommage vibrant à cet auteur qui a, au sens littéral du terme, changé sa vie.

« J’ai rencontré un homme dit Boris Vian Boris. Et il m’a révélé en quoi ça consistait, ça consistait en vrai, le mot littérature. Celle qui peut sans abus s’emmitoufler première de pleins et de déliés dès l’amorce majuscule. Cette qui ne parle pas mais dit. […] Les livres étaient vivants, parce que habités en soi. Habités par une langue, un dialecte singulier, les personnages au fond et l’intrigue en surface n’étaient donc qu’un prétexte pour qu’elle puisse se lover. […] J’étais à l’âge où on attend, voire on exige, qu’il se passe quelque chose. Peut-être pas n’importe quoi parce que j’avais déjà donné, mais quelque chose quand même, j’attendais quelque chose. Et c’était arrivé. »

La lecture de L’écume des jours constitue le point de départ d’un changement essentiel puisque le choix de son prénom vient de celle qui, dans ce roman, meurt d’un cancer du nénuphar : « Je ne m’appelle pas encore Chloé Delaume. […] Désormais pas tout de suite, dès que je le pourrai, je le dois au plus tôt mais je serai patiente. Ça arrivera un jour. Je m’appellerai Chloé. J’ignore Chloé comment ni  même Chloé où ça mais ce qui est certain : je serai une métaphore. Il n’était pas question d’en faire mais d’en être une. »

J’ai été très touchée par ce livre qui montre à quel point un auteur, une lecture peut bouleverser une vie, infléchir des décisions, ouvrir des portes.

Cet article, publié dans littérature française, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

6 commentaires pour Les juins ont tous la même peau et autres bouquins de Chloé Delaume

  1. sous les galets dit :

    Le pitch me tente vraiment beaucoup mais en revanche, je trouve les extraits très ampoulés et peu fluides, j’ai du mal à me dire que je pourrais lire un roman entier écrit comme ça. Ceci dit, tout ce que tu dis d’elle est absolument passionnant, elle m’intrigue ta romancière, j’espère que tu nous feras le compte-rendu de son séjour dans ton lycée.

  2. Touloulou dit :

    Oh je ne connaissais pas, mais j’ai très très envie de le lire maintenant ! J’ai aussi été bouleversée par ma première lecture de Vian, et ce qu’elle dit me parle.
    « J’étais à l’âge où on attend, voire on exige, qu’il se passe quelque chose. » cette phrase est très forte, c’est exactement ce que j’ai ressenti quand j’ai lu l’Ecume des jours.

  3. Ariane L dit :

    J’avais adoré Le Cri du Sablier, qui est sans doute un des textes les plus forts que j’aie pu lire. Ce titre m’attire beaucoup, c’est toujours agréable d’entendre (bien) parler de littérature…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s