Les Suprêmes

Les suprêmesA Plainview, petite ville des Etats-Unis, lorsqu’elles étaient adolescentes à la fin des années 60, on les a surnommées « les Suprêmes », en référence au groupe de chanteuses de ces années-là. Elles ont maintenant la cinquantaine mais sont toujours « les Suprêmes » : Odette, toute ronde et gourmande, intrépide et têtue, visitée régulièrement par sa mère décédée et d’autres morts, Clarice qui supporte depuis 25 ans les infidélités d’un mari volage mais tellement craquant et Barbara Jean, alcoolique depuis la mort de son petit garçon. On suit une année de leur vie, avec de fréquents retours en arrière à l’époque de leur adolescence. Elles se retrouvent au restaurant chez Big Earl, où elles ont leurs places attitrées, et entre commérages et fous rires retrouvent dans leur amitié le courage d’affronter la vie, les deuils, la maladie ou les fantômes.

J’ai passé un délicieux moment en compagnie de ces trois femmes afro-américaines, drôles, battantes, pleines de vie et d’humour. J’avais envie de me glisser à leur côté dans ce restaurant chaleureux où l’on croise aussi pas mal d’autres personnages crispants ou attachants, et quand j’ai lu les avis de Cathulu ou de Keisha, je me suis rendue compte que ce sentiment de bien-être et de chaleur, elles l’ont éprouvé aussi.

Ces trois copines ne se font parfois pas de cadeau mais leur amitié est inébranlable : « Clarice ne ferait jamais la moindre réflexion à Barbara Jean sur ses habitudes vestimentaires, et nous le savions toutes deux. De la même manière, Clarice et Barbara Jean ne me diraient jamais en face que j’étais grosse, et nous ne rappellerions jamais à Clarice que son mari se tapait tout ce qui bougeait. Entre Suprêmes, nous nous traitions avec beaucoup de délicatesse. Nous fermions les yeux sur les défauts des autres et faisions preuve de prévenance, même quand cela n’était pas mérité. »

Certains passages (le mariage de Sharon, inoubliable mais pas comme la mariée l’aurait souhaité !!) sont vraiment hilarants et ce roman, entre humour et humanité, m’a fait un bien fou !

« Après avoir rallumé la bouilloire et mis le pain à griller, Clarice relut la lettre que Richmond lui avait apportée. Si c’était ça, avoir une maîtresse – profiter de cadeaux attentionnés et de sexe torride, pour ensuite se retrouver au petit matin sans personne dans les pattes -, Clarice comprenait beaucoup mieux la conduite de Richmond pendant toutes ces années.« 

Publicités
Cet article, publié dans littérature étrangère, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

28 commentaires pour Les Suprêmes

  1. Hélène dit :

    J’en garde aussi un tendre souvenir !

  2. Aifelle dit :

    Maintenant qu’il est sorti en poche, je pense que je vais le lire aussi.

  3. keisha dit :

    Il parait qu’il y a une suite, alors je la veux!!!

  4. Jerome dit :

    Je l’ai offert à ma femme, aucun risque qu’elle ne tombe pas à son tour sous le charme des Suprêmes 😉

  5. saxaoul dit :

    Les romans doudou ça fait du bien de temps en temps. En tous cas, la première de couverture est superbe et donne envie de le découvrir !

  6. templeuve dit :

    Et voilà ! Il est réservé à la médiathèque !

  7. Ariane dit :

    Je pense que ce sera l’une de mes prochaines lectures !

  8. noukette dit :

    Chouette ! Je me garde l’idée pour les jours sans alors ! 😉

  9. Louise dit :

    Pas encore lu, mais c’est exactement ce qu’il me faut 🙂

  10. Manio dit :

    Sandrion l’avait offert à sa mère,pour la requinquer! Elle a fort réussi! merci encore!

  11. lorouge dit :

    Il est dans ma LAL mais comme il n’y est pas tout seul il attendra encore un peu (ma priorité dans les sorties poche : L’homme montagne de Joyce Maynard et La couleur du lait, oh et aussi Le village qui semble excellent. Bonne fin de dimanche Sandrion, bisous

  12. grigrigredin dit :

    Il me tente depuis un moment… je vais peut-être le demander pour mon anniversaire.

  13. sous les galets dit :

    Tu es la deuxième à me le rappeler à mon bon souvenir, ce que tu en dis de la chaleur et de l’humanité qui s’en dégage me tente énormément, j’ai besoin de cela en ce moment. Alors que pourtant je fuis les histoires de femmes et encore plus de copines 😉

  14. worldcinecat dit :

    livre tout simplement formidable, excellent souvenir !!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s