D’après une histoire vraie

D'après une histoire vraieLa narratrice ressemble à s’y méprendre à l’auteur : elle s’appelle Delphine, l’homme qu’elle aime François, elle vient de publier un livre sur sa mère. Le récit s’ouvre sur une période de vide créatif durant laquelle elle rencontre une femme de son âge, L. (on ne connaîtra jamais son prénom). Une amitié fusionnelle s’installe entre elles deux, mais peu à peu L. prend une emprise inquiétante sur la narratrice…

Quand j’ai commencé ce roman, moi qui avais beaucoup aimé Rien ne s’oppose à la nuit, j’ai eu un peu peur : ça démarre doucement, de manière un peu banale. Mais c’est une fausse banalité qui cache un jeu et une réflexion extrêmement subtils autour de la vérité et du vrai en littérature, de l’autofiction, de l’autobiographie… c’en est presque vertigineux et on referme le roman en se demandant ce qui s’est « réellement » passé !

Une lecture passionnante ; d’autres avis chez Leiloona, Cuné ou Cathulu.

Publicités
Cet article, publié dans littérature française, est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

13 commentaires pour D’après une histoire vraie

  1. kathel2 dit :

    Je tourne autour de ce roman, moi qui n’ai pas voulu lire « Rien ne s’oppose à la nuit » et les billets qui restent mystérieux, comme le tien, sont ceux qui me donnent le plus envie de le lire !

  2. noukette dit :

    Toujours pas lu Rien ne s’oppose à la nuit, du coup il attendra son tour…

  3. mrspepys dit :

    Christine D. a su éveiller ma curiosité à propos de ce roman. Mais il faudra encore attendre un peu car les lectures ELLE monopolisent un peu mon temps…

    • sandrion dit :

      Ah, ah ! Je serais curieuse de savoir ce que Christine en a pensé…

      • Christine Dupuy dit :

        J’ai beaucoup aimé cet ovni littéraire qui laisse très perplexe. Delphine la malicieuse s’amuse bien avec son lecteur, je crois… On a envie de lui arracher la « vérité », mais laquelle?

      • sandrion dit :

        Merci pour ton commentaire Christine !! J’ai aussi bcp aimé qu’elle s’amuse autant avec son lecteur et qu’ainsi elle désacralise l’autofiction. Oui, quelle vérité ?? Je dois dire que je reste songeuse… tu me diras, à l’occasion, vers laquelle tu tendrais. Bises !

  4. aifelle dit :

    Je n’ai pas lu le précédent et celui-ci me tente encore moins ..

  5. Louise dit :

    Comme toi j’ai beaucoup aimé Rien ne s’oppose à la nuit. Et de tous les billets lus c’est le tien qui me donne le plus envie de lire celui ci. Avec tes mystères! Si je le trouve à la bibliotthèque ou j’attendrai sa sortie en poche.

  6. sous les galets dit :

    J’ai très peur d’être déçue…certaines blogueuses ont crié à l’imposture du coup je me tâte un peu au final. Tu sais partie des enthousiastes en tous les cas.

    • sandrion dit :

      Ce n’est pas non plus un très grand bouquin, mais c’est bien fait je trouve et ça fait bien réfléchir sur la fiction, l’autofiction, l’importance des histoires pour les lecteurs etc.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s