Des larmes sous la pluie

Des larmes sous la pluieEmballée par L’idée ridicule de ne plus jamais te revoir, j’ai emprunté deux romans de Rosa Montero à la médiathèque et… j’ai adoré les deux !

Celui-ci nous embarque en 2109, dans un futur sombre et terrible. Les humains ont appris à créer des androïdes, des « réplicants » ou familièrement « reps ». Bruna Husky, l’héroïne, est une de ces androïdes, à la mémoire fabriquée par un « mémoriste » et qui, comme tous les autres reps, n’a droit qu’à une dizaine d’années à vivre, terrassée ensuite par une maladie foudroyante. Mais ce roman de SF est aussi un thriller haletant car Bruna, détective privée, se lance dans une enquête dangereuse autour d’une série d’étranges morts de replicants. En parallèle, l’archiviste Yannis Liberopoulos remarque qu’une main anonyme est en train de falsifier les textes historiques pour faire croire à un complot des replicants.

L’enquête est secondaire car c’est surtout la plongée dans cet univers froid et terrifiant qui est réussie ainsi que l’aspect terriblement humain de tous ces personnages, y compris ceux qui ne sont pas tout à fait humains au départ.

Voici ce que dit le mémoriste Nopal à Bruna : « Tu possèdes trois fois plus de scènes que les autres technos. Tu es beaucoup plus complexe. Tu connais la mélancolie et la nostalgie. Et l’émotion d’une belle musique, d’un mot ou d’un tableau. Je veux dire que je t’ai aussi donné la beauté, Bruna. Et la beauté est la seule éternité possible. »

« Comme des larmes sous la pluie. Tout passerait et tout serait rapidement oublié. Même la souffrance. »

D’autres avis chez Brizé ou Keisha (Keisha, je me suis posée la même question ! Le personnage nommé Myriam Chi est-il un clin d’oeil à la traductrice de tous les romans de R. Montero, Myriam Chirousse ? A mon avis oui !)

Publicités
Cet article, publié dans littérature étrangère, est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

11 commentaires pour Des larmes sous la pluie

  1. Ces répliquants à mémoire ajoutée et durée de vie limitée me font fichtrement penser à leurs confrères cyborgs de Blade runner – si je ne trompe pas tiré d’un roman de Philip K. DIck.
    Mais l’idée appartient à tous, seul compte ce qu’on en raconte, et ce que vous en dites donne envie d’en lire quelques pages 🙂

    • sandrion dit :

      oui ! L’auteur en joue puisque le personnage évoque un « vieux film culte du XXe siècle où l’on parlait pour la première fois des réplicants. Il s’appelait Blade Runner. » Et l’auteur cite les fameuses paroles du héros à la fin. Le titre est une référence explicite à cette phrase du film : « tous ces moments se perdront dans l’oubli comme des larmes sous la pluie ».

  2. aifelle dit :

    Je l’ai noté ces jours-ci, avec la suite qui vient de sortir. J’en ai encore d’autres à lire de l’auteure.

  3. Louise dit :

    Je n’aime pas la SF, je pense que j’aurais du mal à entrer dans l’histoire (peut-être que je me trompe), mais je ne suis pas en manque de livres à lire.

  4. templeuve dit :

    Diablement tentant !

  5. Jerome dit :

    Je suis un peu comme Louise, je préférerais découvrir Rosa Montero avec un autre titre.

  6. keisha41 dit :

    Oui, la suite est encore meilleurs, et il y a encore le clin d’oeil à sa traductrice!!!!

  7. lorouge dit :

    J’étais sûre que tu l’aimerais, il ne pouvait pas en être autrement ;0) Je suis d’accord avec toi ; l’enquête est tout à fait secondaire, je l’ai trouvé très humaine cette non-humaine ;0) J’espère que je ne serais pas déçue par la suite (c’est dur de venir après un coup de coeur :0)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s