Vivement l’avenir

Vivement l'avenirFaut dire que l’avenir n’est pas franchement dégagé pour les personnages de cette histoire. Alex, petite nana de 30 ans qui se donne des airs de garçon, débarque chez Marlène et Bertrand pour le temps d’un CDD dans une usine à poulets. De son côté, Cédric, trentenaire aussi, vient de se faire larguer par sa copine, est retourné vivre chez ses parents et cherche très mollement du travail (« Ça fait 28 ans que je rêve jour après jour de me tirer d’ici mais c’est comme pour la cigarette : c’est toujours demain que j’arrête, c’est toujours demain que je pars. C’est toujours demain que je vis. »). Son copain Olivier, surnommé le Mérou, semble n’avoir pas d’autre objectif que d’enchaîner bière sur bière et de les jeter ensuite dans le canal. Et surtout il y a Gérard, handicapé lourd, frère de Bertrand qui vit chez eux depuis la mort de leur mère et qui pourrit la vie de Marlène parce que « la première fois qu’on voit Roswell, il fout la trouille. Ça cause un choc, ses grosses dents jaunies en bazar dans sa bouche, et son corps mal foutu, tout caricaturé. On a le sentiment que c’est une grave erreur, une gaffe de la nature, un vrai n’importe quoi. »

Bref, tout ça pourrait être glauque à souhait sans l’écriture de Marie-Sabine Roger, que j’aime beaucoup (Aviez-vous lu La tête en friche ?), fluide, tendre mais pas mièvre, brossant un portrait mine de rien pas très marrant de notre société de manière pourtant toujours très drôle. Exemple d’un dialogue entre Marlène et Alex : « – Le gényco nous l’a bien dit pourtant, qu’il y avait des solutions ! Et à l’époque on était jeunes. Mais Bertrand, il a pas voulu en entendre parler, il a tout refusé en bloc. Pourtant moi j’étais prête à tout, s’il fallait. Même l’incinération artificielle, j’aurais pas été contre ! – L’insémination. – J’étais pas contre ça non plus. » Alex, pourtant pas expansive de nature, se prend d’affection pour Gérard, qu’elle surnomme Roswell, et va même jusqu’à le balader sur une sorte de chariot qu’elle a fabriqué exprès. Et c’est durant ces balades qu’elle rencontrera Cédric et le Mérou.

C’est le genre de lecture qui fait un bien fou, dont on sort avec un grand sourire et le sentiment que décidément, tout n’est pas perdu.

Publicités
Cet article, publié dans littérature française, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

10 commentaires pour Vivement l’avenir

  1. keisha41 dit :

    100 % d’accord avec ta conclusion! Il me reste à lire La tête en friche, d’ailleurs.

  2. Jerome dit :

    Et dire que je n’ai toujours pas lu cette auteure dont tout le monde dit le plus grand bien.

  3. aifelle dit :

    Je veux à tout prix le lire et il est en poche je crois, alors …

  4. templeuve dit :

    Difficile de dire mieux ! Marie-Sabine Roger est depuis longtemps dans la liste de mes auteurs préférés. Je n’ai pas encore lu Vivement dimanche. Une gourmandise à déguster donc, sans tarder !

  5. templeuve dit :

    Oups ! Je voulais parler de Vivement l’avenir, bien sûr !

  6. Saxaoul dit :

    Je n’ai lu que très peu de romans de cette auteure. Pourtant, c’est vrai qu’ils font vraiment du bien au moral.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s