Une si jolie petite fille

Une si jolie petite filleAttention : contrairement à ce que dit le macaron « Prix du meilleur Polar – sélection 2016 » sur la 1ère de couverture, ceci n’est PAS un polar. C’est un documentaire extrêmement fouillé et passionnant, construit un peu comme un polar puisque l’auteur creuse et dévoile peu à peu, comme on enlève les peaux d’un oignon, la personnalité complexe et troublante de Mary Bell.

Mary Bell existe vraiment, l’auteur Gitta Sereny l’a rencontrée pour la première fois lors de son procès, en 1968 : Mary Bell était jugée pour le meurtre de deux petits garçons de 3 et 4 ans. Durant deux ans, fascinée par cette histoire, elle a interviewé Mary dans sa prison mais aussi les amis, les professeurs et la famille de la fillette. En 1972 elle a publié le livre Meurtrière à 11 ans.  Vingt-six ans plus tard, elle a repris contact avec Mary Bell qui a accepté de parler à nouveau de ce qui s’était passé mais aussi de son lien ambigu à cette mère alcoolique, prostituée et dépressive. Durant plusieurs mois, dans ce qui s’apparente à une psychanalyse sauvage, Mary a tenté de, selon ses propres mots, « rétablir la vérité ».

En cherchant à être au plus près de la pensée chaotique et torturée de Mary Bell, l’auteur, dans une profonde empathie, prend son lecteur par la main et lui fait vivre, dans un va-et-vient régulier entre le passé et le présent, le procès en 1968, les événements qui ont conduit aux meurtres, le passé plus lointain de l’enfance de Mary, les années de prison.

Ce livre un peu atypique est extrêmement intéressant, jamais voyeur ou malsain, profondément humain ; il met clairement en évidence les faiblesses et les insuffisances du système judiciaire de l’époque : le procureur la décrivit comme « vicieuse », « cruelle », « monstre de la nature » et personne n’eut l’idée d’aller rechercher les causes dans son enfance. Gitta Sereny cherche donc à comprendre et grâce à sa détermination c’est Mary Bell elle-même qui a enfin pu comprendre un peu mieux ce qui l’a conduite à de tels actes. Quant au lecteur, il ne peut que s’interroger, comme l’auteur, sur la notion du « mal », la culpabilité, le droit à la rédemption…

A lire, sans se faire avoir par la mention « polar » – le titre anglais « cries unheard » est bien plus parlant !

« Je pense que la plupart d’entre nous sommes dorénavant d’accord pour affirmer que Mary Bell n’était pas un assassin. Elle fut une enfant maltraitée à qui personne ne porta secours ; elle n’incarnait pas le mal, elle ne cherchait pas à faire le mal. Elle était désespérée, et c’est ce désespoir qui a conduit à la tragédie »

D’autres avis chez Keisha et Antigone.

Publicités
Cet article, publié dans littérature étrangère, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

9 commentaires pour Une si jolie petite fille

  1. keisha41 dit :

    Exact, c’est tout sauf un polar, en fait un (excellent) document, il faut le lire sans s’occuper du contenu imaginé avant lecture!

  2. J’ai adoré cette lecture car il n’y a pas de jugement moral et l’enquête est extrêmement fouillée. Amuse toi bien avec le prix des lecteurs de points. J’adore cette maison d’édition de poche. 😉

    • sandrion dit :

      Oui, l’absence de jugement et cette posture de bienveillance et d’ouverture apporte beaucoup à l’enquête.
      Merci pour ton commentaire, je suis ravie de participer à ce prix des lecteurs, c’est une première pour moi !

  3. Syl. dit :

    Chère Sandrion… je passerai sur cette lecture…

    • sandrion dit :

      Ah c’est sûr ce n’est pas ce que j’aurais lu s’il n’était arrivé dans ma boîte aux lettres ! Mais finalement je n’ai pas regretté ma lecture.

  4. lewerentz dit :

    Je l’ai vu en librairie (et avais compris qu’il s’agit d’un documentaire). Ton avis positif me donne envie.

  5. Brize dit :

    Un livre que j’ai moi aussi lu avec beaucoup d’intérêt.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s