L’été contraire

L'été contraireUn bouquin très sympathique et tout à fait raccord avec la chaleur de ces journées puisque l’histoire se déroule durant la canicule d’un été et débute dans une maison de retraite où Clémence l’infirmière au corps de gazelle, s’occupe avec bienveillance de ses pensionnaires jusqu’à accepter de les laisser passer la soirée au casino, sur la plage. Mais lorsque la directrice s’en rend compte, tout dérape : Clémence va être virée, Douss Blida l’interim ne supporte pas de voir son désarroi, bref, ces deux-là, deux vieux, Clovis ancien militaire et Vignaud en fauteuil roulant ainsi que la douce dingue Gigi Louvain et sa poupée Germaine se retrouvent par un concours de circonstance un peu abracadabrant dans une camionnette, faisant la maison de retraite buissonnière, et bien décidés à profiter de la vie et à voyager un peu…

« Clovis s’occupe du pare-brise, Douss change la roue. Gigi, de nouveau guillerette, sort le réchaud à gaz et envoie Clémence chercher de l’eau au fond du vallon. L’infirmière elle aussi a l’impression que quelque chose d’essentiel est sur le point de se jouer sur cette route de montagne, quelque chose d’impossible à évaluer, qui va les modifier en profondeur. Ils prennent la route. Ils s’en vont tous les quatre, peut-être tous les six, chacun continuant à gambader dans ses propres rêves. Jusqu’où iront-ils ? À qui et à quoi tournent-ils le dos ? Sont-ils en train d’imaginer un monde nouveau ? »

Un monde nouveau, car c’est finalement de cela qu’il s’agit : leur road-movie, leur équipée toujours entre le drame et le burlesque n’est pas qu’une revanche sur la morosité ambiante mais une envie d’en faire profiter les autres.

Un livre rafraîchissant et déjanté, dont je vous recommande chaudement (le tout sans mauvais jeu de mots :)) la lecture !

 

Publicités
Cet article, publié dans littérature française, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

4 commentaires pour L’été contraire

  1. aifelle dit :

    Pourquoi pas, même si les virées de vieux deviennent un phénomène de mode en littérature !

  2. keisha41 dit :

    Comme Aifelle : à voir, éventuellement.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s