L’ombre de nos nuits

lombre-de-nos-nuitsLes heures silencieuses, le premier roman que j’ai lu – et aimé – de l’auteur était déjà largement inspiré par une peinture : elle imaginait la vie de celle qui figurait dans ce tableau.

L’ombre de nos nuits a pour personnage central Georges de la Tour au moment où il peint son Saint-Sébastien. On suit le processus de son travail, les séances de pose de sa fille Claude qui prête ses traits à Irène, celle qui cherche à retirer la flèche fichée dans la cuisse de Sébastien, ses réflexions, et la décision d’apporter cette toile depuis chez lui, en Lorraine, jusqu’à Paris, au roi Louis XIII. En parallèle, cette histoire autour du tableau est aussi racontée par Laurent, l’apprenti doué du peintre. Et enfin, une troisième histoire se superpose, celle d’une jeune femme découvrant ce tableau au musée de Rouen : elle se reconnaît en Irène et raconte l’amour qu’elle a vécu pour un homme pour lequel elle s’est perdue.

J’ai beaucoup aimé l’histoire du peintre en 1639, un peu moins celle de la femme en 2014, mais cela m’a permis de renouer avec cet auteur dont j’avais moins apprécié les précédents romans.

« Je peins le ravissement, l’oubli du monde, dans un bras tendu, une main posée. Je peins l’être qui se laisse atteindre dans des régions de lui-même ignorées. Sa meilleure part. »

« Je m’aperçois que la lueur peinte sur mes tableaux est toujours protégée. En partie dérobée au regard par l’écran de la main ou l’armature de la lanterne. Peut-être est-ce la seule façon d’approcher la lumière de cette flamme qui nous appelle, sans crainte d’en être aveuglés.« 

Cet article, publié dans littérature française, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

10 commentaires pour L’ombre de nos nuits

  1. keisha41 dit :

    Bon, on va dire que les romans français, là je pause un peu (à part Proust m ais ça…)
    Oh mais je commente avec mon compte wordpress, tiens!

  2. Jerome dit :

    Toujours pas franchi le pas avec cette auteure mais ça viendra un jour (et je note que tu as préféré celui-ci à ses précédents).

  3. saxaoul dit :

    Je n’ai encore jamais lu cette auteure. La quatrième de couverture de celui-ci m’attire beaucoup.

  4. Edyta dit :

    J’espère le lire un jour.

  5. valmleslivres dit :

    C’est intéressant ce que tu écrit car je n’ai lu que Le dernier gardien d’Ellis Island et j’avais trouvé ça creux. Il faut peut-être que je retente alors.

  6. mrspepys dit :

    C’est vrai qu’il est question d’un tableau comme dans le premier roman de l’auteur, mais le sujet est exploité différemment. Tableau que j’ai eu le plaisir d’admirer au musée de Rouen cet été : c’était un peu comme entrer dans le roman…

  7. aifelle dit :

    Il est dans ma PAL 🙂

  8. Mind The Gap dit :

    Mis à aprt son premier roman  » les heures silencieuses « que je n’ai pas aimé, j’apprécie beaucoup Gaëlle Josse et ce roman là.

  9. Syl. dit :

    J’ai celui-ci ! Je repasserai plus tard te lire et prendre le lien de ce billet.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s