Purity

purityFin septembre, Jérôme nous a proposé sur son blog de gagner, via la Fnac, trois exemples de Purity et… la chance est tombée sur moi car j’avais beaucoup aimé, du même auteur, Freedom. Et même s’il m’a fallu trois mois pour le faire remonter sur le dessus de ma PAL, je viens de refermer ce gros pavé de plus de 600 pages avec une pointe de regret d’avoir quitté la jeune Purity, alias Pip. Bien difficile à résumer d’ailleurs, tant Jonathan Franzen tresse habilement les destins des personnages, jouant avec les retours en arrière, les différents lieux géographiques et les relations souvent tordues entre les différents protagonistes.

Essayons : Pip tente de mettre de la distance avec une mère qui lui voue un amour immense mais étouffant, elle vit en colocation, de petits boulots, cherche à rembourser son prêt étudiant et son plus cher désir est de connaître l’identité de son père, que sa mère lui a toujours refusé. Après avoir rempli un questionnaire pour le Sunlight Project, une drôle d’association qui semble proche d’une texte et chapeautée par le charismatique Andreas Wolf, elle part pour la Bolivie rejoindre le groupe. En parallèle, on suit le parcours d’Andreas, depuis l’atmosphère étouffante de l’ex-RDA jusqu’à sa réussite aux Etats-Unis. Une relation ambigüe se crée entre Andreas et Pip entourée de secrets et de non-dits. Le troisième personnage important : Tom Aberant, dont l’auteur montre avec beaucoup de justesse je trouve le fonctionnement toxique de sa relation de couple avec Anabel, fille d’un milliardaire belle et torturée. Les liens entre tous ses personnages se révèleront peu à peu, et en même temps, toute une réflexion sur le mensonge et la vérité, la folie, le rôle des medias, la difficulté d’être parent et celle d’accéder à l’âge adulte. Entre autres !

Un très bon moment de lecture mais j’y mettrai un bémol : il m’a manqué quelque chose pour être tout à fait embarquée, peut-être parce que j’ai eu du mal à voir et à comprendre où l’auteur voulait en venir. Pr Platypus, lui, a trouvé tellement de bémols que la musique n’était plus belle du tout… D’autres comme Clara sont davantage séduits.

Merci encore, Jérôme !

Cet article, publié dans littérature étrangère, est tagué , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

7 commentaires pour Purity

  1. aifelle dit :

    Un auteur que je n’ai pas encore lu. J’espère le faire un jour.

  2. Asphodèle dit :

    J’ai abandonné Freedom à mi-livre tellement je l’ai trouvé indigeste, alors je ne me sens pas du tout prête à remettre le couvert avec Franzen, surtout sur un pavé ! 😉

  3. C’est toujours sympa de gagner un petit cadeau 🙂 Ce livre a l’air intéressant!

  4. keisha41 dit :

    Je n’accrochais pas vraiment, alors comme c’était un pavé, j’ai arrêté!

  5. Touloulou dit :

    Il faut que je me lance dans Franzen un jour ! As-tu préféré Freedom à celui-ci ?
    ps : j’adore la photo sur la couverture 🙂

  6. kathel2 dit :

    Je n’ai lu que Les corrections, et n’ai pas été trop emballée, aussi ne suis pas trop pressée d’en lire un autre de l’auteur…

  7. Jerome dit :

    Malgré les bémols tu y as trouvé ton compte j’ai l’impression, c’est le principal. Et je suis ravi d’avoir pu te l’offrir 😉

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s