Il reste la poussière

Amateurs de sensations fortes, lisez les romans de Sandrine Collette ! C’est le troisième que je découvre, après Un vent de cendres et Des noeuds d’acier.  Avec Il reste la poussière, j’ai retrouvé cette écriture dense et nerveuse, âpre et violente, mais ce que j’apprécie c’est que  les romans, même s’ils sont portés par un style que l’on peut reconnaître, plongent le lecteur dans un univers particulier et à chaque fois bien différent des autres.

Ici, c’est dans la pampa en Patagonie, au début du XXe siècle, dans une ferme plus qu’austère, que nous convie Sandrine Collette. Le premier chapitre donne le ton et j’avais le cœur serré dès les premières pages à voir Rafael, le petit de quatre ans, maltraité par ses trois frères aînés (les deux jumeaux, Mauro et Joaquin, et Steban considéré comme demeuré parce qu’il ne peut articuler une phrase entière) qui jouent à se le balancer d’un cheval à un autre jusqu’à ce qu’il revienne griffé de ronces et de cailloux, sous les yeux indifférents d’une mère qui préfère son bétail à ses fils depuis que le père a disparu. Le roman se déroule huit ans après cette terrible scène : la violence brutale reste le quotidien de Rafael, qui ne trouve refuge qu’auprès de son cheval et de ses chiens, et le jour où la mère perd Joaquin au poker, les relations familiales se tendent encore davantage…

J’ai vraiment été happée par l’atmosphère rugueuse et fiévreuse de ces terres arides et immenses, par la tension qui règne sur ces personnages rudes et par la description de la relation à l’animal. Un roman d’un noir presque absolu, fascinant qui m’a un peu fait penser aux livres de Ron Rash.

« Il suffirait qu’il ferme les yeux pour oublier le troupeau, ne garder que la cadence, cette curieuse partition monotone et infinie. Un rythme impossible, et lui, extatique et effrayé, une main posée sur le cou du cheval pour rester au monde. »

L’avis d’Aifelle, tout aussi fascinée !

Advertisements
Cet article, publié dans littérature française, est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

7 commentaires pour Il reste la poussière

  1. aifelle dit :

    Je prendrai le dernier dès que possible à la bibliothèque ! Je les trouve trop durs ses romans, mais je ne peux pas m’empêcher de les lire 😉

    • sandrion dit :

      🙂 Aifelle, j’avais celui-ci sur ma liseuse depuis plusieurs semaines et j’ai hésité un moment aussi ! Mais celui-ci est mon préféré je crois.

  2. keisha41 dit :

    Pour les sensations fortes, j’ai ma lecture actuelle, avec le quotidien des fermes d’élevage (et c’est pas de la fiction! )

  3. Violette dit :

    je pense vraiment les lire tous de l’auteur, ahhh, elle est douée !

  4. l'or rouge dit :

    ça semble très très sombre… De toute façon j’ai encore Un vent de cendres, je commencerais par celui là pour voir si j’accroche :0) Gros bisous, et bon dimanche, et je te remercie toi aussi pour tous tes commentaires chaleureux chez moi :0)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s