Au coeur des ténèbres

Je prépare le programme de l’année prochaine de mes étudiants qui porte sur le thème de « l’aventure » ! Vaste question ! Et l’une des trois œuvres est celle de Joseph Conrad, Au cœur des ténèbres, que je viens de terminer… Whaouh : c’est puissant, terrifiant et envoûtant !

Sur l’estuaire de la Tamise, des marins attendent le départ de leur bateau et l’un d’eux, Marlow, prend la parole pour raconter son histoire, ce qui lui arriva sur un autre fleuve, le Congo, « fascinant, mortel, tel un serpent ». Le bateau longe la côte congolaise : « Elle était là sous vos yeux, souriante, sévère, accueillante, grandiose, laide, insipide ou sauvage, toujours muette avec l’air de chuchoter : « Viens, et découvre la clé. » » Alors commence le voyage de Marlow « au cœur des ténèbres », au centre de la jungle, sur un bateau vapeur de fortune sur le point de s’écrouler plusieurs fois, à la recherche du mystérieux Kurtz, un homme remarquable selon tous ceux qui l’ont croisé, qui fait du trafic d’ivoire au fin fond du pays, et qui, semble-t-il, est malade et doit être ramené en ville.

Tout le roman (en 3 parties – Kurtz n’apparaissant que dans la dernière) se déroule dans une atmosphère fiévreuse, lourde et menaçante, plus le bateau avance – péniblement – sur le fleuve Congo, plus la jungle semble entourer Marlow et ses acolytes de ses sombres secrets : « des arbres, des arbres, des millions d’arbres, massifs, énormes, géants ; et, à leurs pieds, frôlant la rive pour éviter le courant, rampait le petit vapeur crasseux semblable à un insecte gluant sur le sol d’un haut portique. » Marlow décrit tout ce qu’il voit, les Noirs sur la rive criant des choses incompréhensibles, les bruits angoissants dans le noir absolu de la nuit, et jusqu’à l’arrivée de l’endroit où se trouve l’énigmatique Kurtz, dont les paroles terribles auront un impact définitif sur Marlow.

Je comprends mieux pourquoi ce roman a eu autant de succès et a autant fasciné : les descriptions sont hypnotisantes et on est plongé dans ce voyage sur le fleuve au cœur des ténèbres humaines. Apparemment, F. Coppola s’est largement inspiré de ce roman pour son film Apocalypse Now, transposant le Vietnam en guerre des années 1968 à la jungle coloniale des années 1890.

A découvrir, vraiment !

Publicités
Cet article, publié dans classiques étrangers, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

5 commentaires pour Au coeur des ténèbres

  1. Pr. Platypus dit :

    Incroyable ambiance en effet, et quel personnage que ce Kurtz une fois qu’il apparaît (et même avant…) !
    J’ai d’autres romans de Conrad en stock, dont Lord Jim dont on m’a dit beaucoup de bien également !

  2. kathel dit :

    Une lecture marquante, oui !

  3. aifelle dit :

    Je crois n’avoir jamais lu cet auteur. Il faudrait que je lui trouve une place à un moment ou à un autre.

  4. mrspepys dit :

    Le thème du programme est sympa, mais les oeuvres proposées sont assez difficiles d’accès pour les étudiants il me semble.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s