Ma mère du Nord

Un joli bouquin vite lu mais apprécié sur la mère de Jean-Louis Fournier (après avoir écrit sur son père, sa sœur, sa femme et ses enfants !!), tonalité douce-amère, grave-humoristique, comme celui que j’ai lu sur ses fils handicapés, Où on va, papa ?

« Je pense à ma mère, à ses longues soirées d’hiver, à ses longues années de solitude. Dans le tourbillon de la jeunesse, on ne sait pas que ça existe, on comprend plus tard. Maintenant, je sais ce que veut dire le mot solitude. J’ai de plus en plus besoin de mon chat. » C’est tendrement qu’il raconte la jeunesse de sa mère, sa rencontre à 20 ans, avec le père de l’auteur et son calvaire à vivre aux côtés d’un alcoolique impénitent qui la laissera veuve à 38 ans, son insatiable curiosité, sa naïveté, sa pudeur et sa froideur aussi. Un joli hommage à sa mère.

Publicités
Cet article, publié dans littérature française, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s