Le livre que je ne voulais pas écrire

Erwan Larher, c’est le chouchou de pas mal de blogueuses, il paraît qu’il est, en plus, beau et gentil et d’ailleurs, un jour, je lirai Marguerite n’aime pas ses fesses (je suis allée voir sur Google : effectivement, il est craquant – et sa nouvelle compagne est une vraie beauté aussi !!)

Erwan Larher était au Bataclan, ce vendredi 13 novembre, il y a presque pile 2 ans et même s’il ne voulait pas l’écrire, son témoignage, il a fini par le faire, en écrivain. Et c’est vraiment réussi, écrit sur le fil du rasoir, il trouve le ton juste sans jamais tomber dans le pathos. C’est émouvant, drôle, authentique. Il évoque ce qu’il a vécu : son lien au rock, son arrivée au Bataclan, sa blessure d’une balle dans les fesses, son calvaire de plusieurs heures, au sol dans le sang avant qu’on le rapatrie à l’hôpital, le long séjour là-bas, le vrai héroïsme des soignants et la solidarité de ses proches. Pour ce récit, il utilise le « tu » (et il s’en explique à la fin de son livre : « tu patauges donc à la première personne du singulier dans ton médiocre objet pas du tout littéraire quand tu décides d’essayer de le passer à la deuxième, comme on ripoline un vieux mur salpêtré. »). Ceux qui disent « je » sont 15 personnes (amis, parents, proches – écrivains ou non ; Sigolène Vinson en est une) qui racontent, « vu du dehors », le 13 novembre de leur point de vue, et ce contraste est tout à fait efficace.

J’ai apprécié l’authenticité du propos, le souci de se montrer dans toute son humanité, sans omettre les aspects honteux (se soucier de ses santiags perdues, par exemple, à l’hôpital, plus que tout autre chose !) ou ridicules. On sourit, on rit parfois et par moments, on a le coeur plus que serré : comme dans la vie quoi !

« Le ciel noir, le froid, ton Ange, l’évidence soudain que nous sommes bien une âme dans un corps, âme quiète qui se déprend de ton corps gourd, de ton corps inutile, et une autre évidence soudain superposée : il ne faut pas mourir seul mais la main dans une autre main. »

L’avis de Keisha et Saxaoul

Publicités
Cet article, publié dans littérature française, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

9 commentaires pour Le livre que je ne voulais pas écrire

  1. keisha41 dit :

    Comment ça le chouchou? ^_^ On a raison, non?

  2. Mind The Gap dit :

    Encore ! Il est sur tous les blogs et donc je redis qu’au départ je boycotte ce genre de livre et de sujet, pour moi c’est le silence la bonne réponse. Mais devant l’enthousiasme général, l’avis de Blondel qui a adoré le livre et la personnalité de l’auteur, je vais me laisser tenter…je ne sais pas quand, probablement quand l’euphorie autour sera retombée !

  3. saxaoul dit :

    Il vient dans ma librairie le 9 décembre. J’ai hâte de le rencontrer.

  4. aifelle dit :

    Je compte le lire aussi, mais sans doute pas tout de suite. J’ai lu un de ses romans, que j’ai aimé.

  5. keisha41 dit :

    On peut toujours lire ses autres livres, les sujets sont variés. ^_^

  6. kathel dit :

    Je l’ai lu, j’ai beaucoup aimé le côté « objet littéraire », la recherche d’écriture autour du sujet.
    J’ai été parfois un peu gênée aux entournures (par la personnalisation du terroriste, par la « disparition » de l’amie qui l’avait soutenu après l’attentat…) et surtout, ce genre de roman n’étant vraiment pas ce que j’aime lire, j’ai préféré ne rien en dire.

  7. Syl. dit :

    Mon amie Dominique a beaucoup aimé. Du coup, je lui ai passé Marguerite !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s