Les disparus du Clairdelune

Il m’a fallu quelques pages pour me rappeler du premier tome, lu il y a quand même plus d’un an mais j’ai très vite retrouvé avec bonheur cet univers incroyablement riche, qui s’étoffe encore dans ce second tome. Ophélie, la passe-miroir capable de lire les objets (entendez connaître les pensées des gens qui les ont tenus entre leurs mains), est toujours sur l’arche de Pôle, ce monde construit sur les illusions, les conflits d’intérêts entre plusieurs « familles », les complots et les coups montés… Autant dire qu’Ophélie risque souvent sa vie, surtout qu’elle a une fâcheuse tendance à la maladresse, aux catastrophes ou à la timidité qui l’handicapent souvent. Ceux qui l’entourent sont-ils ses alliés ou peuvent-ils se retourner contre elle ? Thorn, son fiancé au caractère rigide et ombrageux, capable de violence comme de sens moral, Archibald le séducteur et manipulateur qui sait aussi aider de manière efficace, les personnages sont souvent dotés d’une personnalité riche et complexe.

Dans ce tome, des gens de la cour disparaissent et Ophélie, nommée tout dernièrement vice-conteuse par Farouk (un « esprit de famille » particulièrement fascinant…), a vingt-quatre pour mener l’enquête.

Je ne vous en dis pas plus mais je vous conseille vivement de vous plonger sans hésitation dans ce monde fabuleux inventé par Christelle Dabos, dont le site est vraiment bien fait.

Publicités
Cet article a été publié dans littérature française, littérature jeunesse. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s