Le livre de ma mère

Je vais travailler avec mes élèves sur le lien à la mère et son impact en littérature… vaste sujet n’est-ce pas ? Dans ce cadre, ils rencontreront Sophie Carquain, qui a écrit Manger dans ta main et surtout Trois filles et leurs mères la biographie romancée de Duras, Colette et Beauvoir. Du coup, j’essaie de lire pas mal de bouquins sur ce thème ; celui de Cohen était incontournable et je ne l’avais jamais lu.

Tout le long de ma lecture, j’étais partagée entre admiration et agacement : admiration et attendrissement face à l’amour inconditionnel de cette mère juive qui ne vit qu’à travers son fils et agacement face à la manière dont ce fils parle de sa mère, avec une adoration qui en devient presque gênante… Par exemple le passage suivant m’a mise mal à l’aise : « Toutes les autres femmes ont leur cher petit moi autonome, leur vie, leur soif de bonheur personnel, leur sommeil qu’elles protègent et gare à qui y touche. Ma mère n’avait pas de moi, mais un fils. Peu lui importait de ne pas dormir ou d’être lasse si j’avais besoin d’elle. Que me reste-t-il à aimer maintenant, de ce même amour sûr de n’être jamais déçu? Un stylo, un briquet, ma chatte. » Sa mère morte, l’auteur croule sous le poids de la culpabilité de ne pas avoir mieux aimé sa mère et dénigre les femmes vers lesquelles il courait au lieu d’accueillir sa mère, voilà aussi qui m’a énervée : la place d’un jeune adulte est bien auprès des personnes de son âge, pas de ses parents ! Il va jusqu’à fantasmer et rêver (c’est magnifique et monstrueux à la fois…) : « Tout éveillé, je rêve et je me raconte comment ce serait si elle était en vie. Je vivrais avec elle, petitement, dans la solitude. Une petite maison, au bord de la mer, loin des hommes. Nous deux, elle et moi, une petite maison un peu tordue, et personne d’autre » et il s’imagine lui-même en petite vieille, près de sa mère dans un quotidien sublime…

L’écriture est magnifique, riche, luxueuse presque, fluide, n’hésitant à amplifier le lyrisme au risque du ridicule.

« Elle restait là, assise et toute amour familial, à leur énumérer déjà en pensée tout ce qu’elle avait cuisiné et lavé et rangé. De temps à autre, elle allait à la cuisine faire, de ses petites mains où brillait une auguste alliance, d’inutiles et gracieux tapotements artistes avec la cuiller de bois sur les boulettes de viande qui mijotaient dans le coulis grenat des tomates. Ses petites mains potelées et de peau si fine, dont je la complimentais avec un peu d’hypocrisie et beaucoup d’amour, car son naïf contentement me ravissait. Elle était si adroite pour la cuisine, si maladroite pour tout le reste. Mais dans sa cuisine, où elle gardait son pimpant de vieille dame, quel fameux capitaine résolu elle était. Naïfs tapotements de ma mère en sa cuisine, tapotements de la cuiller sur les boulettes, ô rites, sages tapotements tendres et mignons, absurdes et inefficaces, si aimants et satisfaits, et qui disiez son âme rassérénée de voir que tout allait bien, que les boulettes étaient parfaites et seraient approuvées par ses deux difficiles, ô très avisés et nigauds tapotements à jamais disparus, tapotements de ma mère qui toute seule imperceptiblement souriait en sa cuisine, grâce gauche et majestueuse, majesté de ma mère. »

Dans le challenge Petit Bac 2018, ce livre entre dans la catégorie « objet »

Cet article, publié dans classiques français, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

5 commentaires pour Le livre de ma mère

  1. aifelle dit :

    Je ne l’ai jamais lu et franchement, il ne me fait pas très envie.

    • sandrion dit :

      Je comprends tout à fait ! suis en train de lire « la promesse de l’aube », plein de points communs entre ces mères possessives mais je préfère largement !!

  2. l'or rouge dit :

    Comme Aifelle je ne l’ai jamais lu. En effet ça semble être un amour un peu exclusif et sans doute étouffant et qui lui a peut être empêché, au final, de vivre sa propre vie ?!!!

  3. mrspepys dit :

    C’est un roman lu il y a de de nombreuses années, mais qui m’a laissé un beau souvenir.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s