My absolute darling

J’ai beaucoup hésité à ouvrir ce roman portant sur un sujet très dur mais les avis étaient tellement élogieux que j’ai fini par le faire… whaouh. Quel roman terrible et magnifique !!

Julia, alias Turtle, ou Croquette, 14 ans, vit seule avec son père Martin dans une maison un peu déglinguée dans une région sauvage du nord de la Californie. On perçoit très vite ce que l’amour de ce père pour sa fille a de monstrueux, elle est à lui, c’est son « amour absolu », il peut en faire ce qu’il veut… être tendre et sadique, la manipuler, la rabaisser plus bas que terre et l’encenser ensuite, abuser d’elle physiquement et psychologiquement ou lui apprendre à utiliser des armes à feu et à se sortir de toutes les situations. Comment se construire dans ces conditions ? Turtle oscille entre un amour fou et une haine puissante pour ce père terrible, à la fois fascinant et terrifiant.

L’écriture de Gabriel Tallent, qui signe ici son premier roman, est extraordinaire : si certaines scènes sont crues et difficiles à supporter, ce n’est jamais du voyeurisme et l’essentiel est ailleurs : dans les descriptions somptueuses d’un paysage sauvage et dangereux, à l’image des personnages, dans l’ambiguïté et les non-dits de la relation entre Turtle et son père, dans la manière dont il saisit toute la douloureuse prise de conscience de la jeune adolescente.

C’est un livre coup de poing, que j’ai lu quasiment d’une traite (ce matin je n’étais d’ailleurs pas très fraîche en allant travailler car je n’ai pas pu le lâcher hier avant la fin…) et qui vous remue jusqu’aux tripes. A lire… absolument !

Un excellent article sur Telerama ; celui de A l’horizon des mots qui m’a donné envie en premier de lire ce roman, et celui de Kathel.

Cet article, publié dans littérature étrangère, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

26 commentaires pour My absolute darling

  1. kathel dit :

    Tu as raison, il ne s’agit absolument pas de voyeurisme. Je ne sais pas ce qui a poussé l’auteur a écrire cette histoire, mais on y sent une sincérité réelle (qui permet de dépasser les scènes difficiles)

  2. Le Joli dit :

    Totalement d’accord avec toi, une de mes meilleures lectures de cette année !

  3. Christine Dupuy dit :

    Ça fait envie 😋 .. une pensée affectueuse d’une vieille copine pour ces moments « rudes » évoqués .. et la lecture pour oublier un peu. Je t’embrasse.

    • sandrion dit :

      Oui !! lis-le ce bouquin, j’aimerais bien avoir ton avis, ça me rappellera nos discussions littéraires dont je me souviens avec toujours un brin de nostalgie… et je sais que tu compatis aux moments rudes dont je parle 🙂

  4. Mind The Gap dit :

    Cela me fait penser à David Vann et donc j’ai envie de fuir…pas pour moi !
    Bisous !

  5. saxaoul dit :

    Ce n’est pas un livre pour moi malgré tout le bien que tu en dis !

  6. keisha dit :

    Commentaire pas passé?

    • sandrion dit :

      Si, si je vois tes commentaires, Keisha ! J’ai lu effectivement des commentaires plutôt négatifs comme le tien et peux comprendre ce qui gêne. De mon côté j’ai été vraiment fasciné !

  7. keisha dit :

    Ben non : bref, abandon page 100, zieuter la fin, fatiguée des descriptions d’armes (pourtant peu nombreuses)

  8. krolfranca dit :

    Moi, je n’ai pas ressenti l’admiration que beaucoup ont éprouvé pour ce livre, je n’aurais jamais pu le lire d’une traite, j’avais besoin de respirer, de faire des pauses.

  9. valmleslivres dit :

    Moi aussi j’hésite et je n’ai pas encore passé le cap.

  10. Hélène dit :

    Je viens de finir ‘la vraie vie » assez glauque, et je me dis de plus en plus que ce genre de lecture sous tension n’est pas pour moi !

  11. Touloulou dit :

    Roman coup de poing pour moi aussi ! Comme tu dis, l’écriture extraordinaire pour parler de la nature sauvage qui entoure leur maison, la façon dont l’auteur réussit à rendre réelle cette relation père-fille, toujours dans la subtilité et jamais dans la facilité. J’ai hâte de le voir à America !

  12. Edyta dit :

    Comme toi, j’ai lu tellement d’avis élogieux sur ce roman que j’ai envie d’affronter son côté « terrible » pour son côté « magnifique et poignant ».

  13. l'or rouge dit :

    Dans ma pal, j’avoue appréhender un peu 😐

  14. Christine Dupuy dit :

    J’ai laissé passer quelque temps afin que se décantent mes impressions mitigées mais mon sentiment final reste agité et trouble..à l’image du roman sans doute. De l’admiration certes pour une oeuvre singulière, l’audace du sujet, l’écriture flamboyante ( beau travail de traduction!), des scènes incroyables ( la presque noyade par exemple) très cinématographiques, l analyse subtile de personnages complexes ..et je passe sur l’observation si pointue de la nature..un travail exceptionnel (8ans quand même !). L’histoire de Tortle aurait dû me tordre le coeur. Elle m’a surtout terrifiée. J’y ai vu d’abord une histoire de sociopathes dans un univers sauvage et brutal puis une métaphore de notre monde en devenir quand on aura tourné le dos à la civilisation comme cette famille haineuse et désespérée. Je ne suis pas sûre que Tortle soit sauvée finalement. Et puis je m’interroge sur la fascination que la violence semble exercer sur l’auteur, élevé dans un milieu féminin et intellectuel: reflet sociétal, exorcisme, message politique…? Roman dérangeant qui soulève des questions passionnantes et suscite des émotions diverses donc.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s