Leurs enfants après eux

Ce roman me faisait de l’œil depuis un moment avec sa couverture magnifique et ce beau titre, et j’ai eu la curiosité de découvrir ce prix Goncourt.

On est à Heillange une petite ville de banlieue semblable à bien d’autres, dans l’Est de la France, avec ses usines en train de fermer et la détresse sociale, et on apprend à connaître plusieurs personnages, Anthony, un ado obsédé par le sexe et la moto, son père alcoolique et sa mère un peu soumise et effrayée, Hacine, de la cité un peu plus loin, qui gère plus ou moins le trafic de drogue, Steph, d’un milieu plus bourgeois. Des adolescents qui s’ennuient, boivent des bières et rêvent d’un avenir meilleur loin d’Heillange, loin de la routine et des compromissions. L’histoire se déroule entre 1992 et 1998, sur 4 étés, ce qui donne l’impression à la fois que le temps passe vite et qu’en même temps rien ne change : mêmes lieux, même météo, mêmes personnages, même impossibilité à s’échapper, à s’enfuir.

C’est magnifiquement écrit, une langue acérée, originale, qui épouse tellement bien le langage des jeunes, saisit leurs états d’âme, leurs aspirations, leurs angoisses. Alors bien sûr j’ai aimé. Mais j’ai trouvé que c’était vraiment désespérant ces jeunes qui tournent en rond, ces adultes dont les ailes se sont trouvées rognées par le réel, les rêves mis à mal… Une menace sombre et lourde pèse sur le roman et je crois que je n’avais pas envie d’être confrontée à cette noirceur ni d’avoir ainsi le cœur serré tout le long de ma lecture…

Dans les remerciements, il adresse un clin d’oeil à deux amis écrivains, Benoît Minville (j’ai lu l’an dernier Nos belles vies, un roman ado très sympathique) et Marion Brunet et j’ai justement pensé, en lisant, à L’été circulaire d’elle, un peu sur le même thème. Je me rends compte d’ailleurs que je n’ai pas rédigé de billet sur cette lecture.

D’autres avis : Kathel – sur Babelio, plusieurs avis, le premier est particulièrement intéressant ! – Sur Telerama un article très chouette à partir d’interviews de l’auteur.

Cet article, publié dans littérature française, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

11 commentaires pour Leurs enfants après eux

  1. aifelle dit :

    Je n’ai pas envie de le lire pour les raisons que tu évoques, il me paraît particulièrement déprimant. Et peut-être aussi que ces années-là, ne me parlent pas. Ma jeunesse à moi était déjà loin ..

  2. keisha dit :

    Comme Aifelle, veux-je vraiment me plomber le moral? je pourrai essayer si le roman revient à la bibli

  3. kathel dit :

    Je ne suis pas étonnée que tu aies apprécié cette lecture. Ce n’est pas parce qu’il a le Goncourt qu’il faudrait lui tourner le dos !

  4. saxaoul dit :

    C’est ma génération qui est décrite dans ce roman. Je finirai certainement par le lire mais pas envie de me plomber le moral en ce moment. Et puis, je suis souvent fâchée avec le Goncourt…

  5. krolfranca dit :

    Je l’ai lu sans rien en connaitre de l’histoire et j’ai beaucoup aimé, l’écriture surtout !

  6. Mind The Gap dit :

    Trop noir justement, je ne lis presque plus mais quand ça repartira , pourquoi pas après tout !

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s