Le meurtre du Commandeur

Quel bonheur de se plonger dans un long roman d’Haruki Murakami ! Les deux derniers que j’ai lus (ici et ) ne m’avaient pas autant convaincue que Chroniques de l’oiseau à ressort, La ballade de l’impossible, Kafka sur le rivage (A ce jour mes préférés), ou même IQ84 que j’avais un peu moins aimé mais dont je garde vivaces dans mon esprit certaines scènes.

J’ai mis quelques pages à entrer dans Le meurtre du Commandeur mais une fois l’ambiance installée, comme toujours avec Murakami, plus moyen d’en sortir. Evidemment le fantastique s’en mêle, mais à pas de velours, peu à peu, de telle sorte qu’on est comme le narrateur, on se frotte les yeux tout en acceptant l’incroyable, que le personnage du Commandeur sorte du tableau et intervienne dans l’histoire en parlant d’une drôle de façon, qu’on puisse féconder une femme par la force de la pensée ou qu’on puisse croiser une métaphore parlante, par exemple…

Le narrateur est peintre, et à la suite d’une rupture amoureuse, emménage dans la maison du père de son ami, peintre lui aussi mais en maison de retraite. Dans le grenier de cette maison isolée dans la montagne, le narrateur (dont on ne connaîtra pas le nom) trouve un tableau fascinant intitulé « le meurtre du Commandeur », inspiré bien sûr de l’histoire de Don Giovanni. Il fait également la rencontre de son voisin, Wataru Menshiki, un riche homme d’affaires qui lui demande de faire son portrait. Toutes les nuits il est réveillé par le bruit d’une clochette qui semble parvenir d’un lieu étrange, une sorte de mausolée auquel Menshiki et lui enlèvent les pierres pour mettre à jour une fosse. Les trois événements, en eux-mêmes, ne semblent rien avoir de particulier et pourtant, on sent que quelque chose est en marche… positif ou négatif ?

Malgré quelques longueurs mais qui font partie intégrante du charme du roman, c’est un ouvrage fascinant qui entraîne son lecteur dans un labyrinthe étrange, au cœur de cette montagne solitaire, c’est aussi une réflexion sur l’Art, la création, la liberté, la paternité, une flânerie au rythme parfois contemplatif et parfois haletant, comme des variations autour de thématiques chères à l’auteur.

« Aussi exigu et obscur que soit le lieu où je dois m’enfoncer, aussi sauvage que soit la lande désertique qu’il me faut traverser, je suis capable de croire sincèrement qu’il y a des êtres qui, quelque part, m’offrent leur assistance pour me guider. »

 

Publicités
Cet article, publié dans littérature étrangère, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

11 commentaires pour Le meurtre du Commandeur

  1. Mind The Gap dit :

    J’ai lu une fois cet auteur, je ne me souviens ni du titre ni de l’histoire et je n’ai pas eu envie de réessayer. Mais oui je crois bien me souvenir que c’était loooooooongggggggg !

  2. kathel dit :

    Hé hé je pense le lire dans l’année qui vient… (je ne peux dire mieux avec toutes les tentations !)

  3. lewerentz dit :

    J’aime beaucoup Murakami mais j’attendais un peu les premières critiques blog avant de me décider, vu les deux tomes. Je note que tu recommandes.

    • sandrion dit :

      Le rythme est un peu lent au début mais moi j’ai adoré vivre durant quelques heures avec ce peintre dans cette maison sur la montagne au charme à la fois mystérieux et légèrement inquiétant…

    • sandrion dit :

      Le rythme est un peu lent au début mais moi j’ai adoré vivre durant quelques heures avec ce peintre dans cette maison sur la montagne au charme à la fois mystérieux et légèrement inquiétant…

  4. saxaoul dit :

    Je n’ai jamais lu l’auteur. Il faudrait que j’essaie quand même…

  5. krolfranca dit :

    J’ai bien aimé 1Q84. Depuis je n’ai rien lu de cet auteur. Là, j’ai bien envie de découvrir ce titre.

  6. mrspepys dit :

    Chez Murakami, tout ne m’a pas toujours plu, mais celui-ci fait bien envie…

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s