Le colonel Chabert

Mon fils (en 4e) a ce court roman de Balzac à lire pour les vacances de Toussaint, du coup je l’ai relu et… c’est hyper bien !! Au delà des descriptions (longues mais pas tant qu’on ne le pense), Balzac brosse surtout le portrait d’une époque dominée par l’argent, la Restauration, sous Louis Philippe, et d’un militaire napoléonien très émouvant.

Le colonel Chabert est mort à la bataille d’Eylau, en Russie, en 1807 : c’est ce qui a été établi officiellement… sauf qu’il n’est pas mort en réalité : laissé pour tel au milieu de cadavres, à moitié étouffé sous son cheval mais aussi sauvé par lui, il en a réchappé, avec une grosse plaie à la tête. Mais surtout, lorsqu’il affirme être le colonel Chabert, personne ne le croit. Après bien des péripéties, il parvient à regagner Paris mais sa femme entre temps s’est remariée et n’a aucun intérêt à ce que ce revenant réapparaisse…

C’est le récit que fait Chabert, vieilli, presque méconnaissable au jeune avoué Derville (le dictionnaire m’informe : Officier ministériel qui était seul compétent pour représenter les parties devant les cours d’appel. Les professions d’avoué et d’avocat ont fusionné en 2012 sous l’appellation commune d’avocat.), saisi en voyant pour la première fois cette figure singulière, trouvant « en cet homme foudroyé les signes d’une douleur profonde, les indices d’une misère qui avait dégradé ce visage, comme les gouttes d’eau tombées du ciel sur un beau marbre l’ont à la longue défiguré. »

On s’attache vraiment à cet homme digne d’une autre époque qui revient dans sa patrie au bout de dix ans et ne reconnaît plus rien, qui ne trouve que mépris et trahison. Non, vraiment j’aime ces courts romans de Balzac, son humour caustique, sa vision sombre mais juste de l’âme humaine…

Et je peux cocher la case « métier » pour le challenge Petit bac 2019 ! Il me manque « végétal », « livres et lecture » et « couleur » : des idées de bonnes lectures avec un titre où figurerait une de ces trois catégories ??

Cet article a été publié dans classiques français. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

4 commentaires pour Le colonel Chabert

  1. Tant d’enseignants hésitent à faire lire Balzac et pourtant c’est passionnant ! Des nouvelles pleines d’aventures , de mystères . Et au lycée des romans qui sont encore d’actualité . Merci pour ce partage !

  2. saxaoul dit :

    Encore un classique que je n’ai jamais lu !

  3. Mind The Gap dit :

    Misère….mais au moins tu as aimé ! 😀

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s