La supplication

Je ferme la dernière page de ce livre qui est une véritable claque, un coup de poing, qui résonne évidemment étrangement aujourd’hui…

Le 26 avril 1986, à 1h 23, une série d’explosions détruisit le réacteur et le bâtiment de la quatrième tranche de la centrale nucléaire de Tchernobyl. Cet accident est devenu la plus grande catastrophe technologique du xxe siècle et l’autrice, une journaliste biélorusse qui a obtenu le prix Nobel de littérature en 2015, a interrogé, durant les dix années qui ont suivi la catastrophe, plus de cinq cents témoins de l’accident dont des liquidateurs, des politiciens, des médecins, des physiciens, des citoyens ordinaires. L’ouvrage décrit la tragédie psychologique et personnelle qui s’en est suivie en interrogeant les survivants sur les conséquences de cet accident dans leur vie.

Et c’est poignant d’entendre tous ces témoignages, à la fois très différents et très semblables : ce père qui a voulu aller rechercher dans son village la porte de sa maison, cette femme restée dans le village et sauvée par son chat qui tuait des rats devenus menaçants, et qui parle avec les morts, cette femme exposée aux radiations enfant et qui, dix ans plus tard, a peur d’aimer, ce bébé né sans sexe, sans fesses et avec un seul rein… Et ces liquidateurs qui ont nettoyé le toit, pratiquement sans protection avec des bottes ordinaires…, ceux qui ont plongé dans l’eau lourde, sous le réacteur, pour la vidanger et éviter ainsi une explosion qui aurait été catastrophique pour la moitié de l’Europe… Les héros mais aussi ceux qui ont menti pour conserver leur emploi, ceux qui ont détourné l’aide envoyée dans la zone…

Et pour encadrer ce témoignage choral, l’auteur a choisi d’ouvrir et de fermer ce livre par deux histoires d’amour tragiques, de femmes racontant leur amour éperdu pour leur mari hautement irradié…

Le programme de travail des élèves avec lesquels je travaille et qui change chaque année porte à partir de septembre sur le thème « la force de vivre » et c’est dans ce cadre-là que figure ce livre… troublant, non, dans la période actuelle ?!

“Nous sommes retournés chez nous. J’ai enlevé tous les vêtements que je portais et les ai jetés dans le vide-ordures. Mais j’ai donné mon calot à mon fils. Il me l’a tellement demandé. Il le portait continuellement. Deux ans plus tard, on a établi qu’il souffrait d’une tumeur au cerveau… Vous pouvez deviner la suite vous-même. Je ne veux plus en parler.”

“Aujourd’hui lorsque je me remémore ces journées, je me dis que j’ai éprouvé un sentiment… fantastique. Je ne réussis pas à l’exprimer. Les mots “grandiose” ou “fantastique” ne parviennent pas à tout retranscrire. Je n’ai jamais éprouvé un tel sentiment, même pendant l’amour.”

“Trois années durant, j’ai voyagé et questionné : des travailleurs de la centrale, des anciens fonctionnaires du parti, des médecins, des soldats, des émigrants, des personnes qui se sont installées dans la zone interdite… […] Tchernobyl est le contenu principal de leur monde. Autour d’eux et dans leur for intérieur, il empoisonne tout. Pas seulement la terre et l’eau. Tout leur temps. Un événement raconté par une seule personne est son destin. Raconté par plusieurs, il devient l’Histoire. […] Plus d’une fois, j’ai eu l’impression de noter le futur.

Cet article a été publié dans littérature étrangère. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

7 commentaires pour La supplication

  1. aifelle dit :

    Ça résonne d’autant plus fort qu’un incendie de forêt se rapproche de la centrale ces jours-ci .. je me promets toujours de le lire, mais ce ne sera pas en ce moment.

  2. Un livre pour lequel il faut être préparé et trouvé le bon moment 🙂

  3. mrspepys dit :

    Cela fait plusieurs fois que cet ouvrage me fait de l’oeil. Tu as fini de me convaincre.

  4. pralineries dit :

    Un ouvrage marquant en effet ! Certainement le plus touchant aussi de S. Alexievitch, même si je ne peux que te conseiller tous ses ouvrages : c’est passionnant à chaque fois.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s