Au coeur de l’orchestre

C’est finalement assez rare que je lise autre chose que de la fiction mais une de mes amies m’a prêté et chanté les louanges de ce gros pavé sur la vie intime des orchestres et en tant que chanteuse et flûtiste amatrice je ne pouvais pas résister…

C’est un bouquin passionnant, très document, vivant qui permet d’entrer dans les coulisses de cet univers en soi que constitue l’orchestre. On y apprend l’état d’esprit bien différent des pupitres (les cordes, plutôt sages ou les cuivres souvent plus fêtards), le statut des musiciens d’orchestre dans toutes ses dimensions bien concrètes et l’histoire de leur arrivée dans l’orchestre, le lien des musiciens entre eux, l’arrivée des femmes, les rituels et le vocabulaire spécifique à ce groupe humain particulier, le lien complexe et ambigu qui lie l’orchestre à son chef. C’est bourré d’anecdotes souvent très drôles : un musicien retrouvant dans sa partition celle d’un collègue en plein concert et la lui envoyant sous forme d’avion en papier sous les yeux éberlués du chef, un chef qui se dispute avec un musicien et plante là l’orchestre deux minutes avant le début du concert, l’hauboïste qui dit aux cordes « taisez-vous les anonymes » et bien d’autres.

Et le mot de la fin, malgré les tensions, les incompréhensions et tous les dessous des coulisses, quand le miracle de la musique agit, ces mots d’un chef d’orchestre : « il y a parfois un moment où l’orchestre devient une immense vague sur laquelle vous surfez. Il n’est plus alors question de savoir qui fait quoi : le chef et l’orchestre décollent ensemble, et c’est grisant. »

Et pour finir, une blague : « Quelle est la différence entre un chef d’orchestre et un préservatif ? – C’est la même chose : c’est beaucoup plus agréable sans mais c’est beaucoup plus sûr avec. » 🙂

Cet article a été publié dans littérature française. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

4 commentaires pour Au coeur de l’orchestre

  1. keisha41 dit :

    Je suis fan de son émission sur France musique!

  2. Mind The Gap dit :

    La blague de fin est un peu décalée, ça fait du bien dans cet univers qui me semble très hermétique. Il doit s’en passer dans ces grands orchestres nationaux…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s