Avenue des Géants

J’aime bien les romans de Marc Dugain et celui-ci m’a bien plu aussi. Sacré personnage que ce Al Kenner, inspiré par un tueur en série américain connu, Edmund Kemper (j’ai lu son histoire sur internet et effectivement, de très nombreux détails sont exploités… et ce type est toujours incarcéré à ce jour !) dont l’auteur a tenté de cerner le caractère complexe.

Le roman commence à la 3e personne : Al est en prison à perpétuité et il reçoit la visite d’une ancienne hippie d’une soixantaine d’années. En parallèle, on lit le récit à la 1ere personne de la série d’événements qui l’a amené là. Ça commence fort avec le double meurtre de ses deux grands-parents alors qu’il a à peine 15 ans. A l’hôpital psychiatrique, il rencontre un psy, M Leitner, une des premières personnes à faire preuve d’attention et de bienveillance… car de ce côté là sa famille a plutôt été défaillante, c’est le moins qu’on puisse dire… Et il est libéré cinq ans plus tard. Il se lie d’amitié (si on peut dire tant Al Kenner manque d’empathie pour ses semblables…) avec Duigan, un policier, et sa fille Wendy, et tout semble prendre une meilleure tournure quand un accident de moto, au lieu dit de l’Avenue des Géants, l’oblige à retourner vivre chez sa mère toxique.

L’auteur nous invite à pénétrer dans le cerveau de cet homme hors norme (2,20 mètres, QI de 145, aux fantasmes nécrophiles et incapable d’empathie) pour le rendre presque sympathique au lecteur (je dis bien « presque » seulement !). En même temps, il fait revivre l’époque d’une société américaine en plein bouleversements entre le mouvement hippie et la guerre du Vietnam. Un roman brillamment construit et écrit. Un conseil : ne surtout pas aller regarder l’histoire d’E. Kemper sur internet avant la lecture car l’auteur a aussi construit ce roman comme une sorte de thriller et ce serait dommage de ce priver de la chute !!

« La société a normalement un représentant dans le cerveau de chaque être humain qui donne les limites de ce qui est admissible. Son représentant n’a pas fait son boulot dans le tien. »

L’avis de Mrs PepysKeisha (qui a finement observé que le policier fictif du roman, Duigan, est évidemment l’anagramme de Dugain !! bien vu !)

Cet article a été publié dans littérature étrangère. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

5 commentaires pour Avenue des Géants

  1. keisha dit :

    Une lecture inattendue, car les killers, je n’aime pas trop. Mais là j’ai été embarquée!

  2. krolfranca dit :

    Je crois que c’est le roman que je préfère de cet auteur.

  3. Jerome dit :

    Pénétrer dans le cerveau d’un tueur en série, très peu pour. Je n’ai jamais lu Dugain mais je ne pense pas que je commencerai avec celui-ci.

  4. Enna dit :

    J’ai beaucoup aimé et je suis d’accord avec toi, il faut se laisser porter pour être surpris et ne surtout pas lire la vie du vrai homme derrière cette histoire!

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s