Yoga

J’ai suivi d’un peu loin les discussions sur FB au sujet de ce dernier livre d’Emmanuel Carrère, si personnel. Je sais que certains sont franchement allergiques aux autofictions, autobiographiques et autres récits trop autocentrés… Mais c’est Emmanuel Carrère, celui dont j’ai tant aimé presque tous les bouquins et qui est à l’origine du nom de mon blog, alors j’avais forcément envie de lire Yoga. J’ai acheté le roman (fait très rare chez moi, qui lis maintenant à 95% sur ma liseuse) et après avoir vu l’auteur à la Grande Librairie (que je loupe la plupart du temps mais là : Emmanuel Carrère et Pascal Quignard !! et j’ai découvert la présence lumineuse de Barbara Cassin, en plus…) j’ai ouvert le soir même le bouquin paru chez P.O.L. dont j’aime la couverture blanche rayée extrêmement agréable au toucher…

Que dire après tout ce préambule ? Que j’ai adoré ce bouquin, tout simplement, qui est d’une sincérité rare (la littérature « le lieu où l’on ne ment pas« ), d’un humour décapant, d’une autodérision bienvenue, poignant et hilarant mais surtout… profondément sincère et c’est ce qui fait qu’on (en tout cas je) le suit sans sourciller.

Ce livre devait être un « livre souriant et subtil » sur le yoga et c’est bien ce qu’il semble être durant toute la première partie qui raconte ce stage (qui devait durer 10 jours et n’en a duré que 3) de méditation un peu radical, un « truc hard » où on s’assoit huit heures par jour sur un zafu pour méditer en silence avec une centaines d’autres personnes. Le récit de ce stage est génial : il arrive en même temps à donner une idée très juste de la méditation, en 14 définitions (dont les dernières arrivent au milieu du chaos qu’il traverse en seconde partie du livre – et il redonne la liste totale + d’autres, à la page 350 ! j’ai failli la retaper mais mon billet serait trop long…), du yoga et du tai-chi (personnellement, ce sont des choses qui m’intéressent beaucoup ayant pratiqué longtemps le tai-chi), et à porter un regard plein d’humour dessus, mais aussi très émouvant, par exemple lorsqu’il évoque ces moments de grâce où on est bien (« on est bien » c’est le titre de ce chapitre – tout le livre est construit en 5 grandes parties avec de nombreux courts chapitres au titre évocateur, comme des fragments) : « on se dit que c’est tellement simple, tellement normal, qu’on devrait pouvoir y accéder à tout moment. C’est là tout le temps, il suffit d’y être aussi. C’est une chambre à l’intérieur de soi, il suffit de pousser la porte pour y entrer. On connaît le chemin, on a la clé, on doit pouvoir revenir quand on veut. Erreur, illusion de propriétaire. La chambre est toujours là, c’est vrai, rien de plus simple que d’y entrer mais on n’y entre pas quand on veut parce que c’est simple, oui, mais nous ne le sommes pas. »

Et puis : la déflagration, dont il ne dit pas grand-chose, parce qu’il a déjà suffisamment fait de torts aux autres en dévoilant trop leur vie privée, dans des romans précédents. Mais peu importe, ce qui compte c’est que tout ce bien-être qu’il croyait tenir fermement depuis dix ans vole en éclats. Il se retrouve, bipolaire de type 2, à l’hôpital Sainte-Anne, dans un état très critique, à demander qu’on l’euthanasie, à lutter contre « les chiens noirs« , terribles, la dépression et l’envie d’en finir. Pourtant, dix ans plus tôt et déjà terrassé par une dépression sévère, il s’était rendu, raconte-t-il, chez le philosophe et psychanalyste François Roustang qui lui avait dit : « Vous avez raison. Le suicide n’a pas très bonne presse mais quelquefois c’est la bonne solution » et avait ajouté, près un silence : « Sinon, vous pouvez vivre. » (j’adore 🙂 vive la psychanalyse !) C’est ce que l’auteur nous raconte finalement dans ce livre (bien meilleur que ce qu’aurait été un simple « livre souriant et subtil » sur le yoga !!), son combat pour vivre malgré tout, entre la joie pure et l’Ombre, entre le yin et le yang.

Cet article a été publié dans littérature française. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

19 commentaires pour Yoga

  1. krolfranca dit :

    Je n’aime pas l’autofiction mais j’aime les écrits d’Emmanuel Carrère, c’est paradoxal et en même temps c’est normal, j’aime les auteurs qui ont une plume. Et il manie tellement bien l’autodérision que je ne peux qu’être séduite. Et puis, surtout, on sait qu’il parle de lui, il n’écrit pas des romans, il le dit. Ce qui n’est pas le cas de certains auteurs français qui cachent derrière le terme roman une autobiographie, ceux qui mentent.

  2. Dans ma liste d’envies, l’auteur, son écriture mais aussi sa personnalité m’intéressent et j’ai hâte de lire celui-ci 😉

  3. keisha41 dit :

    Je n’avais pas compris pourquoi la dépression lui est tombée dessus, puisque ce n’était pas la première fois? mais ça ne m’a pas gênée qu’il garde ça pour lui

  4. kathel dit :

    Je pourrais recopier mot pour mot le commentaire de Krol… et donc, je lirai ce livre, c’est certain !

  5. Brize dit :

    Un livre qui ne m’attirait pas, mais à lire ce que tu en dis (très beau billet au demeurant), je me rends compte qu’il pourrait me plaire.

  6. Claudine Cavalier dit :

    Tu as le chic pour donner envie de te suivre : je n’aime pas beaucoup ce que j’ai lu de Carrère (La classe de neige, L’adversaire et Le royaume) mais je vais donner une chance à ce dernier titre. Merci de ton billet!

    • sandrion dit :

      Merci !! j’espère que tu ne seras pas déçue…

      • Claudine Cavalier dit :

        Eh bien, j’ai lu les trois quarts du livre (pour le moment) et j’y ai pris plaisir. Je reste toujours un peu dubitative face au style de Carrère -son immense nombrilisme étant par ailleurs assez amusant. La fin me paraît meilleure que le début, en tout cas plus intéressante.

  7. Lorouge dit :

    C’est le livre que j’ai choisi vendredi à ma librairie 😍😊 à te lire j ai toute les chances qu’il me plaise 👍😏

  8. aifelle dit :

    Je ne suis pas tentée du tout, même si j’aime bien écouter l’auteur. J’ai lu « la classe de neige » de lui et je n’avais pas aimé. C’était l’époque où il écrivait encore des romans.

  9. Mind The Gap dit :

    Je tenterais bien la découverte de cet auteur avec ce livre là, qui est si j’ai tout suivi 3 textes regroupés en un seul. Tu donnes envie de le lire, si c’est drôle et parfois désespéré ça devrait me plaire !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s