Le silence d’Isra

Première lecture de l’année et premier coup de cœur… Une collègue m’a chaudement recommandé ce roman et elle a bien fait. Issue d’une famille d’immigrés palestiniens, Etaf Rum est née à Brooklyn, elle dédie son livre à ses deux enfants et il est clair que son livre comporte des éléments autobiographiques, ou en tout cas elle s’est forcément inspirée de destins de femmes de sa connaissance.

Le titre anglais est bien plus parlant encore : A Woman is No Man. Voilà ce que martèle Farida à sa petite-fille Deya et à ses trois sœurs. Deya a 18 ans, elle est née à Brooklyn et voudrait bien aller à l’université. Mais voilà : c’est une fille et « là d’où je viens, on nous apprenait à dissimuler notre condition. On nous apprenait à nous réduire nous-mêmes au silence« , dit Deya dans le prologue. Les femmes sont là pour servir les hommes, obéir, vivre dans la honte et se sentir coupables si leur mari les bat. 

C’est ce qui arrive à Isra, que ses parents marient en 1990 en Palestine à Adam, qu’elle a à peine rencontré. A 17 ans, elle débarque en Amérique chez sa belle-mère Farida. Elle et Adam vivent au sous-sol de la maison, Adam travaille dans une supérette et Isra découvre son quotidien. Elle qui pensait que tout changerait en Amérique… Et comble de malchance, elle accouche d’une fille, puis de trois autres… Adam et surtout Farida la tiennent pour responsable.

« Voilà, déclare-t-elle enfin. Isra risqua un coup d’œil au miroir : la moindre trace de honte, la moindre trace de bleu, de violet et de rouge avait disparu. Alors qu’ elle se retournait pour quitter la chambre, Farida la retint par le coude et la tira à elle pour lui mettre le flacon de fond de teint entre les mains. « Ce qui se passe entre un mari et sa femme ne regarde qu’eux. Toujours. Quoi qu’il arrive. » » : glaçant non ? La seule chose qui tient Isra debout : les livres, que sa belle-sœur Sarah, la fille rebelle de Farida, lui fait passer en cachette : « Elle avait fini par se dire que tant qu’à être une âme en peine, mieux valait l’être avec des livres que sans.« 

En parallèle, on suit sa première fille, Deya ; on est en 2008 et ses parents sont morts dans un accident de voiture. Le poids de son sexe pèse sur elle, Farida lui fait rencontrer prétendant sur prétendant et la pression du mariage se fait de plus en plus forte. Mais Deya fait une rencontre qui va bouleverser sa vie et ses certitudes…

C’est un livre bouleversant centré autour de ces trois femmes qui réagissent chacune à leur manière à cette malédiction qui pèse sur leur vie, un livre aussi sur le pouvoir de la parole et de la littérature.

Cet article a été publié dans littérature étrangère. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

11 commentaires pour Le silence d’Isra

  1. Lorouge dit :

    Très bonne année Sandrion !! Espérons qu’elle soit plus douce que 2020 😥 bisous 💕 ( par rapport au roman il me tenterait assez, je l’avais noté aussi.)

  2. aifelle dit :

    Je l’avais noté et puis un peu oublié ; je renote, mais j’ai peut-être intérêt à attendre le poche maintenant.

  3. krolfranca dit :

    Ah oui j’ai beaucoup aimé ce roman, il est d’ailleurs dans mon bilan de fin d’année.

  4. Une Comète dit :

    Coucou Sandrion ce roman est très tentant tu démarres bien l’année ;))) bisous et tous mes vœux pour cette année qui commence, pour toi et ta petite famille !

  5. kathel dit :

    C’est chouette de démarrer l’année avec un coup de coeur (je compte bien le lire en 2021, à sa sortie en poche). Belle année à toi !

  6. Violette dit :

    pour ces femmes, je le lirais bien. Belle année à toi, qu’elle te comble à tous points de vue !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s