Les grandes marées

Le Puget Sound c’est un bras de mer de l’Océan Pacifique, au Nord-Ouest de l’Etat de Washington. C’est là, dans une vieille maison branlante sur pilotis, qu’habite le jeune Miles O’Maley. Le livre raconte à la première personne l’été de ses 13 ans, l’été des grandes marées…

Une nuit, dans la baie, il découvre un incroyable spécimen, un calamar géant et devient bien malgré lui la vedette locale, surtout lorsque quelques jours plus tard, il tombe nez à nez avec un autre créature qu’on ne voit normalement que dans le ventre des cachalots. Il n’en faut pas plus pour que les journalistes se pressent dans ce petit coin paumé et que tous les illuminés accourent voir le prodige. Miles, lui, est passionné d’exploration maritime, mais il est aussi complexé par sa taille, timide, en proie au désir pour la fille du juge Stegner et désespéré de voir l’imminence du divorce de ses parents. Sa meilleure amie ? Une vieille femme, Florence, menacée par une maladie dégénérative qui lui prédit l’arrivée imminente de la plus grande marée du siècle…

« – Comment se fait-il que tu sembles toujours découvrir des choses incroyables dans cette baie ? insista-t-elle. Je remarquait le petit micro argenté dans sa main et fixai la caméra derrière elle. – Parce que je suis toujours en train de regarder, et qu’il y a tant de choses à voir.« 

 « Peut-être que la Terre essaie de nous dire quelque chose » dit Miles à la journaliste, il a bien raison… Cette fable écologique et roman initiatique à la fois m’a fait découvrir un univers fascinant (j’ai appris plein de choses sur des créatures marines assez extraordinaires comme le nudibranche, sorte de limace des mers aux couleurs chatoyantes mais qui a un goût immonde, ou le régalec, un hareng géant de cinq mètres de long) et je me suis attachée au personnage de Miles qui découvre peu à peu la vie adulte cet été-là…

Encore une découverte de ce super éditeur, Gallmeister et la couverture est, comme souvent aussi, magnifique !

L’avis de LecturissimeA l’horizon des mots (très joli billet ! quel dommage qu’elle ait fermé son blog l’an dernier…)

Cet article a été publié dans littérature étrangère. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

9 commentaires pour Les grandes marées

  1. keisha41 dit :

    J’avais abandonné Face aux vents, mais là peut-être que ça m’irait mieux?

  2. kathel dit :

    Lu en anglais il y a quelques années, j’avais beaucoup aimé ce roman. J’en ai d’ailleurs un autre dans ma pile à lire !

  3. krolfranca dit :

    Je ne connais pas mais ça m’irait bien ! Et puis Gallmeister !

  4. Jerome dit :

    ça change de ce que cet éditeur propose d’habitude je trouve. Raison de plus pour s’intéresser à ce roman 😉

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s