Les oubliés du dimanche

J’avais vraiment beaucoup aimé de Valérie Perrin, Changer l’eau des fleurs. J’ai retrouvé cette ambiance douce-amère avec Les oubliés du dimanche, qui m’a toutefois moins emballée.

Justine Neige a 21 ans, elle vit avec ses grands-parents et son cousin devenu son presque frère car son père et son oncle accompagnés de leur femme, se sont tués tous les 4 dans un accident de voiture quand elle était petite. Elle travaille dans une maison de retraite, et elle les aime ses petits vieux, et elle s’est attachée tout particulièrement à Hélène qui lui raconte peu à peu son histoire… qui est un vrai roman et que Justine écrit dans un cahier bleu… Hélène et Lucien Perrin (apparemment elle a dû s’inspirer de son vrai grand-père), leur amour si particulier et leur histoire dramatiquement imbriquée dans la grande Histoire, celle de la seconde guerre.

Le quotidien de la maison de retraite est rapporté avec un joli regard plein d’humanité, on s’attache aussi à l’histoire d’Hélène, poétique et sensible, et pourtant il a manqué un je-ne-sais-quoi pour que je sois complètement conquise même si j’ai dévoré le bouquin en deux jours !

« Mais je ne sais pas à partir de quand on est vieux. Madame Le Camus, ma chef de service, dit que c’est à partir du moment où on ne peut plus s’occuper de sa maison tout seul. Que ça commence quand il faut laisser la voiture dans le garage parce qu’on devient un danger publie et que ça finit quand on se casse le col du fémur. Moi je pense que ça commence avec la solitude. Quand l’autre est parti. Pour le ciel ou pour quelqu’un. Ma collège Jo dit qu’on devient vieux quand on commence à radoter et que c’est une maladie qui peut s’attraper très jeune. Maria, mon autre collègue, que ça vient avec la sourde oreille et les clés qu’on cherche dix fois par jour. J’ai vingt et un ans et je cherche mes clés dix fois par jour. »

Cet article a été publié dans littérature française. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

7 commentaires pour Les oubliés du dimanche

  1. Emma dit :

    Je vais commencer par Changer l’eau des fleurs et je verrai ensuite si je continue.

  2. aifelle dit :

    Je ne suis pas tentée par cette auteure, mais on parle tellement d’elle que je vais finir par la lire. Le dernier est semble-t’il très bon.

  3. keisha41 dit :

    Une auteur très lus, en tout cas à ma bibli je crois, mais rien ne presse.

  4. Christine Dupuy dit :

    Le problème (pour moi) avec Valérie Perrin, c’est que, bercée par l’atmosphère douce-amère que tu évoques si bien et charmée par ses personnages, je dévore (comme toi) le roman mais l’impression est éphémère et volatile… j’ai lu « Les oubliés du dimanche  » et… j’ai tout oublié ! Mon souvenir de « Changer l’eau des fleurs » résiste mieux 😘

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s