Les furtifs

Comment parler de ce bouquin si touffu ??

Disons tout de suite que je l’ai préféré à La zone du dehors, lu sur les conseils de mon fils, mais… pas chroniqué (pourtant je croyais l’avoir fait !!) mais j’ai été pourtant gênée par les mêmes choses dans les deux romans.

Ce roman d’anticipation se déroule en 2040 : bienvenue dans une société qui est la nôtre mais poussée à l’extrême… Les grandes villes ont été vendues à des sociétés privées, le contrôle des populations est pratiquement total, l’Education Nationale est en faillite, tout le monde ou presque possède une bague recueillant toutes les données. L’aliénation est devenue un « self serf-vice », chacun se sentant en sécurité dans son « technococon », son « moa » (My Own Assistant, sorte de double artificiel miroir des désirs de chacun), sa « réul » (sorte de réalité augmentée).

Lorca, la quarantaine, a perdu sa fille Tischka, 3 ans, ce qui a fait exploser son couple avec Sahar. Lui est persuadé qu’elle n’est pas morte, mais a été enlevée par des furtifs, c’est pour cela qu’il est devenu chasseur de furtifs. Les furtifs sont des créatures que beaucoup croient chimériques, dont on ignore la véritable nature, qui ont le pouvoir de se métamorphoser et d’échapper à tous les regards. Quand les chasseurs en attrapent un, il se céramifie de telle sorte qu’il est impossible d’en tirer quoi que soit.

On suit donc Lorca, bientôt suivie par Sahar ainsi que le groupe de chasseurs (Agüero, Toni, Saskia et Nèr) dans leur quête folle de Tischka. Ce qui est extraordinaire dans ce roman, c’est d’abord la narration : on passe sans transition d’un de ces six personnages à l’autre, et chacun est identifié par sa façon de parler mais aussi par une typographie particulière, qui au départ est assez déconcertante. En plus, les furtifs ont leur langue à part ce qui donne lieu à des explications fascinantes et une originalité incroyable dans l’écriture. Et l’amour qui lie les parents à cette petite fille à la nature hybride est magnifique et donne lieu à des passages vraiment beaux et poignants.

J’ai aussi aimé cette présentation glaçante de notre société et l’invention de ces « furtifs » mais j’ai trouvé que c’était vraiment trop long et parfois on a de très longs passages un peu trop démonstratifs et didactiques, c’est dommage.

Un gros pavé de 689 pages ! Ma première participation au challenge du pavé de l’été 🙂

Cet article a été publié dans littérature française. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

14 commentaires pour Les furtifs

  1. Brize dit :

    Bravo pour cette belle participation et ce challenge déjà réussi 👏 ! (de mon côté, j’ai le bouquin dans ma liseuse depuis sa parution, shame on me 😁 !)

  2. keisha41 dit :

    J’ai lu environ 400 pages, oui c’est longuet. Mais intéressant.
    Bravo pour le challenge!

  3. Claudine Cavalier dit :

    Je l’ai commencé après avoir lu ton billet, et pour le moment j’aime beaucoup. Les longueurs ne me dérangent pas. Merci pour la découverte!

  4. krolfranca dit :

    Je l’ai abandonné très vite. Impossible d’entrer dedans. En revanche, mon fils a beaucoup aimé mais a préféré La horde du contrevent et il insiste pour que j’essaie à nouveau cet auteur avec celui-ci.

  5. Une Comète dit :

    Coucou ! Je l’ai commencé ( j’en suis au chapitre 6) donc je survole ton billet … on est dans le génie ça c’est sûr! Je suis épatée … bon dimanche ♥️♥️♥️

  6. Ju dit :

    Super livre perso j’ai adoré 🙂 j’adore le mood dans ton article, et super blog, hésites pas à venir faire un tour sur mon site Intel-blog.fr et à t’abonner si ça te plaît 😀

  7. Ingannmic dit :

    J’ai découvert Damasio avec La Horde du Contrevent, qui a été une véritable révélation, notamment stylistique. J’ai poursuivi avec ces Furtifs que j’ai beaucoup aimé, mais je garde une préférence pour le 1er, qui se rapproche davantage de la fantasy et nous emmène dans un autre univers. A lire, vraiment = si tu as apprécié l’écriture inventive de Damasio, je trouve qu’elle est encore plus belle, plus intense, dans La Horde.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s