Sidérations

Décidément Richard Powers est un grand bonhomme… L’arbre-monde m’avait enchantée, et celui-ci m’a… sidérée. Encore une fois, il nous emmène dans quelque chose de vaste et de fort, à travers deux personnages très attachants, l’astrobiologiste Théo, qui a perdu sa femme quelques années plus tôt, et son fils Robin, 9 ans, autiste au QI exceptionnel qui a du mal à supporter le monde tel qu’il est. Pour l’endormir, tous les soirs, son père embarque son fils (et le lecteur en même temps) dans des voyages vers d’incroyables planètes et parfois même, comme au début du roman, dans la nature sauvage sous le ciel étoilé. La relation père-fils est magnifique, et Robin un enfant hypersensible à tout ce qui l’entoure, au vivant, aux menaces climatiques qui pèsent sur la Terre. Théo refuse de le médicamenter malgré les pressions fortes de l’école et la solution viendra d’un ami de sa femme Alyssa, qui propose à Robin un traitement par une machine basée sur la technique du neurofeedback, une technique d’intelligence artificielle permettant de mieux décrypter le cerveau, de la cartographier, de canaliser les émotions. Ainsi Robin réussit à se mettre en phase avec le cerveau de sa mère, fervente militante écologiste dans une empathie avec le vivant telle qu’elle lui a coûté la vie.

A travers le parcours du personnage de cet enfant si émouvant, c’est un vibrant cri d’alarme contre la destruction de notre planète, pour la préservation des espèces menacées et de la Vie avec un grand V que lance l’auteur. J’ai été bouleversée dès les premières pages jusqu’à la fin, poignante…

Cet article a été publié dans littérature étrangère. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

13 commentaires pour Sidérations

  1. keisha41 dit :

    Un très beau roman, en effet, je ne savais comment en parler (donc pas de billet)

  2. Je n’ai jamais lu cet auteur et je viens de commander Le temps où nous chantions…… Apparemment excellent :-!

  3. Athalie dit :

    L’arbre monde me regarde depuis un moment du haut de mes étagères … Il me fait un peu peur, mais je vais bien finir par me décider !

  4. kathel dit :

    Il faut que je revienne vers Richard Powers, j’ai été épatée par Le temps où nous chantions et L’arbre-monde et je compte bien lire celui-ci.

  5. krolfranca dit :

    L’arbre-monde m’avait laissée quelque peu perplexe… mais je sens qu’il faut que je lise celui-ci…

  6. Hilde dit :

    Ton billet me donne envie de découvrir ce roman, je le note. 🙂

  7. Je l’ai fini en larmes. Superbe !

  8. Mon livre préféré en 2021 ! Puissant, bouleversant.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s