Faire corps

Sans le billet de Lire&vous je n’aurais sûrement pas découvert ce beau premier roman sur la GPA.

Sandra a 40 ans, célibataire et sans enfants, n’en souhaitant pas. Son meilleur ami Romain tente depuis des mois d’en avoir un pour son mari Marc et lui, toutes les tentatives échouent et finalement, non sans réticences, Sandra accepte de porter son enfant.

C’est très fin, subtil, le roman n’élude aucune des contradictions que traverse Sandra enceinte, oscillant entre rationalisation froide et envie de s’enfuir avec le bébé quand il sera né. 

« Est-ce bien raisonnable, savent-ils vers quels lendemains ils l’emmènent ? Mais cela, quel parent peut prétendre le savoir ? m’a répliqué Romain quand j’ai cru bon de le lui demander. Cela, Sandra, il ne faut pas y songer sinon on ne fait pas d’enfant. Il faut s’en tenir à son désir égoïste et se préparer à des années d’abnégation, à des années à s’accommoder de la présence et de la dépendance d’un autre qu’on a voulu mais pas choisi.« 

J’aime beaucoup cette dernière phrase que je trouve très juste…

Cet article a été publié dans littérature étrangère. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Faire corps

  1. Oh merci pour ce joli retour !!! Je suis très heureuse de l’avoir mis sur ton chemin ☺️

  2. Claude dit :

    Ta chronique donne envie d’en savoir plus…
    Merci pour ce partage. et bonnes lectures « Folio » pour la rentrée 😉

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s