Sa préférée

Je n’avais pas entendu parler du livre et j’ai commencé sans avoir lu la 4e de couv, de temps en temps c’est génial d’être dans la pure découverte et là ça commençait fort… « Tout à coup il a un fusil dans les mains. La minute d’avant, je le jure, on mangeait des pommes de terre. » Lui c’est le père, un monstre, un vrai, à l’alcool mauvais, qui tyrannise sa femme et ses deux filles, Emma l’aînée et Jeanne la cadette. C’est elle la narratrice et elle raconte, les dents serrées, l’estomac en vrac, mais lucide et affutée, les coups, les insultes, les stratégies, cette danse macabre dont elle connaît par cœur chaque mouvement, le docteur Fauchère qui vient soigner les blessures de Jeanne à huit ans et détourne le regard lorsqu’elle s’écrit « c’est mon père »…

Elle raconte comment elle réussit à s’extraire de ce lieu sinistre de montagne au cœur du Valais, pour l’internat de Lausanne, le bonheur d’apprendre à nager dans le lac Léman et la fascination pour les filles surtout celles qui sont à l’opposé du monde de son enfance…

C’est triste et très fort, écrit en phrases souvent courtes, nerveuses et sombres, ça se lit d’une traite, au plus père des tentatives de Jeanne pour fuir cet univers terrible. Les différents sens du titre se dévoilent jusqu’à la fin.

« Je vivais sur mes gardes, je n’étais jamais tranquille, j’avais la trouille collée au corps en permanence. Je voyais la faiblesse de ma mère, la stupidité et la cruauté de mon père. Je voyais l’innocence de ma sœur aînée. Je voyais tout. Et je savais que je n’étais pas de la même trempe qu’eux. Ma faiblesse à moi, c’était l’orgueil. Un orgueil qui m’a tenue vaillante et debout. Il m’a perdue aussi. J’étais une enfant. Je comprenais sans savoir. »

Un grand merci à ma collègue qui m’a glissé ce court roman dans le casier ! Après avoir eu une classe de seconde particulièrement pénible durant deux heures vendredi après-midi dernier c’était parfait pour décompresser et passer à autre chose !

Publicité
Cet article a été publié dans littérature française. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

6 commentaires pour Sa préférée

  1. aifelle dit :

    Lapsus ? : « ça se lit d’une traite, au plus père des tentatives » 😉 Je l’ai dans le collimateur depuis sa sortie. J’ai écouté l’autrice chez Laure Adler avec Emma Marsantes (Une mère éphémère). C’était costaud.

  2. kathel dit :

    Brrr, trop triste et sombre pour moi, je pense…

  3. Athalie dit :

    Ca me fait un peu froid dans le dos, mais l’extrait que tu as choisi montre un style très efficace. Je retiens alors ce titre pour une plongée future dans « autre chose ».

  4. dasola dit :

    Bonjour Sandrion, ce roman a reçu le prix du roman Fnac cette année. Je le lirais certainement. Bonne après-midi.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s