Le goût du bonheur : Gabrielle (tome 1) et Adélaïde (tome 2)

gabrielleJ’ai découvert – et beaucoup aimé – Marie Laberge avec son roman Ceux qui restent. Quand j’ai vu qu’elle avait écrit une trilogie, j’ai réservé les trois romans à la médiathèque. J’ai été bien surprise quand je les ai récupérés : 3 énormes pavés (dommage que le challenge « pavé de l’été » chez Brize soit terminé…) Et si je ne poste plus de billets lecture depuis le 19 novembre, c’est que je suis plongée, j’allais dire corps et âme, dans cette saga familiale géniale. J’ai englouti les deux premiers tomes et j’en suis au milieu du troisième.

Franchement, ça fait longtemps que je n’ai pas été prise de la sorte par un livre, que je n’ai pas autant vibré à ce qui arrive aux personnages, que je ne me suis pas sentie aussi proche d’eux, au point d’avoir crié et me sentir presque en deuil lorsque l’un d’eux est mort.

adelaideAlors l’histoire d’abord : celle d’une famille québécoise, des années 30 (au début du premier tome) aux années 60 (fin du 3e). Gabrielle est le pivot de la famille : un caractère de cochon, cette femme hors du commun a choisi, contre la volonté de sa famille, son mari Edwards, portée par un sentiment amoureux puissant. Le roman s’ouvre sur ce couple heureux, marié depuis 10 ans et dont l’harmonie est autant basée sur une intimité émotionnelle et intellectuelle que sexuelle. Ce « goût du bonheur », Gabrielle l’inculque aussi à ses trois enfants Adélaïde, 7 ans, et les 4 suivants, Fabien, Béatrice, Rose et Guillaume. Et pourtant, ce n’est pas simple : l’auteur brosse parfaitement l’ambiance lourde pour les femmes, le carcan religieux, la soumission aux hommes, sur fond de crise de 1929. Que cette femme est attachante, elle et tous les personnages qui gravitent autour d’elle, ses enfants, ses sœurs, le séduisant ami d’Edward, Nic Mac Nally et le petit Florent, fils des domestiques et grand amour d’Adélaïde… On a juste envie d’être avec eux, dans cette grande maison familiale sur l’Ile, de partager leur bonheur et aussi leurs chagrins, qui sont parfois poignants.

Le second tome raconte avec beaucoup de justesse le début de la Seconde guerre, le départ des hommes et tout ce que cela bouleverse pour les femmes. Ce tome est centré sur Adélaïde dont je ne raconterai rien du tout pour ne rien vous dévoiler si vous décidez de lire ce magnifique roman !

Tout est raconté au présent, de manière simple mais profonde, tous les personnages, même ceux qui sont secondaires, deviennent incroyablement proches au lecteur et l’histoire entière est portée par un souffle généreux. On trouve des expressions québécoises délicieuses (une séance de « placotage » par exemple pour « papotage ») qui sont suffisamment discrètes pour ne pas gêner la lecture d’un lecteur français.

Un gros coup de cœur… d’ailleurs, trève de placotage, je vous laisse, je retourne au troisième tome, « Florent »🙂

Publié dans littérature étrangère | Tagué , , , | 13 commentaires

virus de la lecture : 4e épisode

Suite à un commentaire reçu dernièrement, je poste un article sur les derniers livres lus et aimés par Fiston (10 ans et demi)

  • Timothée de Fombelle, Tobbie Lolness (2 tomes) et Vango (2 tomes) : beaucoup aimé (lu aussi et adoré ! une valeur sûre et de la qualité question écriture)
  • Alison Goodman, Eon et le douzième dragon : pas lu, Antoine a aimé mais moins que Eragon qui reste son préféré jusqu’à aujourd’hui.
  • Erik L’Homme, Le livre des étoiles (3 tomes) : bien aimé
  • Les 39 clés : il a adoré ! Le principe : il y a 3 séries, et chacun des tomes (les tomes ne sont pas tous écrits par le même auteur) est centré sur une aventure et sur un pays et sur internet on peut jouer et gagner des clés après la lecture de chaque tome.
Publié dans les livres d'Antoine, littérature jeunesse | 1 commentaire

courge spaghetti

logo-noel-2016Coucou ! Un peu en retard, un plat très sympathique, goûteux et de saison. Un accompagnement pour Noël ?

Chez Syl un cake menthe-chocolat (et d’autres liens vers des recettes very Christmas), et chez Nahe des biscuits de Noël en pain d’épices. Un dundee cake (au whisky !) chez Hilde.

Ingrédients :

  • une courge spaghetti
  • un oignon
  • des lardons
  • sel, poivre, muscade
  • parmesan

Préparation :

Couper la courge en deux et faire cuire au micro-ondes 10 mn puis 5 mn. Enlever ensuite l’intérieur à la fourchette, c’est toujours marrant à faire car ça fait des fils comme des spaghetti.

Dans une poêle, faire revenir oignon et lardons, y ajouter la courge, laisser mijoter 10 mn. Servir bien chaud, accompagné de riz et de salade et saupoudré de parmesan.

Miam !

courge-spaghetti1

courge-spaghetti2

courge-spaghetti

Publié dans Mes gourmandises | Tagué | 5 commentaires

Couleurs de fin d’automne

Juste pour le plaisir de partager avec vous la lumière de cette fin d’après-midi ici… on est allés faire une petite heure de balade derrière chez nous. Bon allez, je me remets à mes copies !

chemin-27-novembre

Publié dans à sauts et à gambades | Tagué , | 10 commentaires

Muffins poires / chocolat – et quelques macarons…

quebecennovembre_600-300x200Je ne sais pas vous, mais moi, novembre et décembre sont des mois sucrés. Donc encore des desserts ce dimanche, deux d’un coup ! Je ne sais pas si les muffins sont québécois mais je suis sûre qu’ils en font aussi. Y’a qu’à remplacer le miel par le sirop d’érable !! Syl a testé – elle aussi avec enthousiasme – les pets de soeur et Nahe a fait des étoiles à la cannelle. Du salé chez Hilde !

Muffins poires / chocolat

Ingrédients :

Pour le mélange 1 :

  • 250 g de farine
  • 100 g de chocolat
  • 1/2 sachet de levure chimique
  • 1 bonne pincée de sel

Pour le mélange 2 :

  • 200g de sucre
  • 2 oeufs
  • 100g de beurre ramolli
  • un peu de vanille liquide
  • 1 cuillère à soupe de miel
  • 1 cuillère à soupe de lait
  • 3 poires

Préparation :

Préparer le mélange 1 (sec) dans un saladier.
Battre les œufs avec le sucre dans un autre saladier jusqu’à ce que le mélange blanchisse un peu. Ajouter le beurre, la vanille et le miel, et bien mélanger.
Couper les poires en petits morceaux et les incorporer au mélange 2 avec un peu de lait.
Verser le mélange liquide (2) dans le mélange sec (1) en remuant très très peu, juste de quoi mouiller la farine.
Verser dans des moules en les remplissant aux 2/3 et enfourner 20 mn à thermostat 6 (180°C).

J’ai fait 12 muffins avec cette recette et ils ne sont pas restés longtemps dans la cuisine !!

muffins-poire-chocolatEt comme j’avais plein de blancs d’oeufs dans le frigo, une horrible envie de macarons (mais je n’ai pas fait les deux recettes le même jour, hein !) et que j’ai maintenant la recette inratable pour les faire (cliquer ici :)), j’en ai préparés fourrés au lemon curd et au caramel au beurre salé… C’était une tuerie ! 32 macarons qui ont fait… 3 jours🙂

macarons-boiteComment ça je suis un bec sucré ?!!

Publié dans Mes gourmandises | Tagué , , , | 16 commentaires

Saumon au sirop d’érable et pets de soeur

quebecennovembre_600-300x200Le sirop d’érable c’est typique du Québec non ?

Par hasard j’ai trouvé ici une recette salée que j’ai testée et bien m’en a pris ! Ce matin, j’ai également mis à jour ma liste des gourmandises🙂

Syl a fait des boulettes de boeuf qui donnent l’eau à la bouche et Estellecalim un joli quatre quarts d’automne !

Ingrédients :

  • 2 beaux pavés de saumon
  • 60ml de sirop d’érable
  • 3 cuillères à soupe de gingembre frais râpé
  • 3 cuillères à soupe de jus de citron
  • 1 cuillère à soupe de sauce soja

Préparation :

Mélanger les 4 derniers ingrédients. Poser les pavés de saumon sur une feuille d’alu et recouvrir de marinade.

Au four à 180° pendant 15 à 20 mn.

saumon-sirop-derable2saumon-sirop-derableC’est surprenant et savoureux !

Vous prendrez bien un petit dessert ? J’ai trouvé cette recette chez Enna : c’est tellement facile que j’ai testé… Et bien ces pets de sœur sont… divins🙂

pets-de-soeur

pets-de-soeur3

pets-de-soeur2

Publié dans Mes gourmandises | Tagué , | 14 commentaires

Regarde les lumières mon amour

regarde-les-lumieres-mon-amourAprès Mémoires de fille, que j’ai beaucoup aimé, j’ai eu l’occasion de lire ce court essai, écrit par A. Ernaux de novembre 2012 à octobre 2013 : sous forme de journal, elle a relaté la plupart de ses passages à l’hypermarché Auchan du centre commercial Les trois fontaines, à Cergy-Pontoise. Et c’est une réussite, vraiment.

D’abord, il faut dire que pour moi c’était particulièrement fascinant car j’ai habité pendant 12 ans à quelques kilomètres de cet endroit et j’ai traversé cet Auchan quelques fois. Ce qu’Annie Ernaux en dit, entre enquête sociologique, réflexion sur l’écriture, documentaire, récit autobiographique, est d’une incroyable justesse. J’ai été happée par ces quelques pages qui donnent vie à ces gens que j’ai pu croiser là-bas, sans jamais les voir vraiment, ce poissonnier fier d’avoir passé des années à vendre son poisson, la jeune maman qui dit à sa petite fille « regarde les lumières mon amour », et puis elle, Annie Ernaux… J’aime aussi son regard aigu et intelligent sur les hypermarchés et ce qui s’y joue, mais jamais méprisant. « Est-ce que venir dans le centre n’est pas une façon d’être admis au spectacle de la fête, de baigner réellement – non au travers d’un écran de télé – dans les lumières et l’abondance. De valoir autant que les choses. On peut, dans cet endroit, se sentir désorienté, mal à l’aise, mais jamais dégradé. » « En quittant le rayon, je m’aperçois de l’étrange plaisir que j’y ai pris. L’attente aux caisses, ce soir, est interminable. Je m’y résigne. Je tombe dans une espèce de torpeur où le bruit de fond de l’hyper à cette heure d’affluence me fait penser à celui de la mer quand on dort sur le sable. »

Sur Babelio, les billets sont particulièrement intéressants : Severine2611 est caissière dans un hypermarché et donne son point de vue, certaines critiques sont assassines et d’autres très laudatives. Un essai qui ne laisse pas indifférent ! Et vous, vous l’avez lu ? apprécié ou non ?

Publié dans essais | Tagué , , | 9 commentaires