Cramique (pour le mois belge)

Avril est aussi le mois belge, chez Anne, ici ! Alors voici une recette de cramique délicieuse et qui s’approche de très près des bons cramiques que j’ai pu déguster à Bruxelles…

Et comme je pars demain pour quelques jours en vacances et que je ne serai pas là dimanche, je poste mon billet un peu en avance…

Ingrédients :

  • 150 g de raisins secs
  • 200 g de lait
  • 20 g de levure fraîche
  • 500 g de farine
  • 100 g de beurre
  • 2 oeufs
  • 1 pincée de sel

Préparation :

Faire tremper les raisins. Dans le bol mixeur, mettre lait et levure, chauffer à 37° V2 1 minutes. Ajouter farine, sel, oeufs, sel et beurre et malaxer 3minutes.

Ajouter les raisins et mélanger, puis faire lever 1 h.

Placer dans un moule à cake et faire à nouveau lever 1h.

Enfourner à 200° 10 minutes puis baisser à 180° et cuire encore 30 mn.

MIAM !!

Et comme j’avais trop de pâte j’ai fait des versions « mini » !

Publicités
Publié dans Mes gourmandises | Tagué , | 5 commentaires

Projet 52 (15)

Le thème ? « Lumière »… ça tombe bien le soleil est revenu et joue avec les feuilles vert tendre des arbres…

Publié dans Projet 52 | 4 commentaires

poulet sauce teriyaki

Cette fois-ci je participe au mois « Japon » organisé par Hilde et Lou, avec une très bonne recette… toute simple !

D’autres recettes japonisantes chez SylIsabelleBéa – ou moins : Rosa – Les conteuses –

Ingrédients :

  • des filets de poulets coupés en lamelles
  • de la sauce teriyaki toute prête (acheté dans un magasin asiatique)
  • de l’huile de sésame
  • cébette
  • du riz

Préparation :

Laisser mariner le poulet dans un mélange sauce teriyaki, huile de sésame, la cébette coupée très finement et un peu de sauce de soja pendant une heure.

Faire revenir à feu très vif les filets égouttés dans le wok, puis quand ils sont bien grillés, baisser le feu et rajouter la marinade. Laisser cuire à feu doux quelques minutes.

Et voilà !!

et en prime, une photo du tilleul qui ouvre ses feuilles… elles me font penser à des milliers de gouttes de pluie vertes, c’est beau ! + le cerisier

Publié dans Mes gourmandises | Tagué , | 7 commentaires

Songe à la douceur

Quel chouette roman, original, pétillant, poétique (et quel beau titre) ! Je ne connaissais pas encore Clémentine Beauvais mais j’ai du coup très envie de lire ses autres romans.

Une histoire d’amour, c’est banal oui, mais celle-ci sort du lot : tout en saisissant avec une grande justesse les émois amoureux, à 15 comme à 30 ans, Clémentine Beauvais renouvelle la forme en utilisant toutes les ressources de la poésie : vers libre, alexandrins, rimes ou pas, calligrammes, etc. Elle mêle aussi à l’histoire d’amour entre Tatiana et Eugène sa propre présence d’auteur. Le tout avec un style vif, enlevé et beaucoup d’humour.

Apparemment elle reprend l’histoire d’Eugène Oneguine de Pouchkine et Tchaikovsky, l’histoire du dandy Eugène, 17 ans, dont la jeune Tatiana 14 ans tombe follement amoureuse. Une dizaine d’années plus tard ces deux là se retrouvent par hasard… et la flamme se rallume. On comprendra peu à peu ce qui a occasionné la séparation.

La poésie n’est pas que dans la forme mais aussi dans les métaphores comme le portable qui « grelottait au fond d’une poche comme une quinte de toux de petit animal » ou le mari « gentil comme un soufflé au fromage » ou « elle finirait par s’effilocher cette capuche de tristesse, par perdre de ci de là deux trois brins fins comme des cils ».

« Comme lorsque sur la chaise de l’ophtalmologiste, un petit disque de verre soudain ajuste nos yeux au monde, désencotonne notre univers et qu’on s’écrie jamais j’aurais pensé qu’on pouvait voir si clair c’est incroyable tous ces détails je sais même pas quoi en faire, Eugène eut l’impression d’une existence enfin focalisée. »

Je suis allée lire les avis de Jérôme et Noukette.

Publié dans littérature française | Tagué , , | 9 commentaires

Que faisions-nous le 4 avril à 4h04 ?

Je sais, vous brûlez de savoir ce que je faisais à 16h04 et bien voilà : je faisais les courses ! Si vous tenez absolument à voir le contenu de mon caddy (passionnant n’est ce pas !) rendez-vous sur le billet d’Enna !

Publié dans Que faisions-nous le... ? | Laisser un commentaire

Projet 52 (14)

Le thème de la semaine : « cache-cache »… Certains animaux adorent ce jeu !

Publié dans Projet 52 | Laisser un commentaire

Le pacte des Marchombres

Mon fils a su être persuasif : il a dévoré ces derniers temps tous les bouquins de Pierre Bottero, La quête d’Ewilan, Les mondes d’Ewilan (il est en train de finir le tome 3) les 3 tomes autour du personnage d’Ellana, et L’autre et m’assurait que j’adorerais Ellana. Je viens donc de terminer le premier tome et… il avait raison !

On rentre dès le premier chapitre dans cet univers complet, riche, vaste qu’a imaginé Bottero et très vite on s’attache à cette petite fille qui perd ses parents dès le début lors d’une bataille contre des monstres, les Raïs, et que sa mère a caché avant le combat dans une trappe de leur caravane. Elle est sauvée par des « Petits », des êtres qui se cachent dans les arbres et qui l’élèvent comme leur fille, mais à l’adolescence elle les quitte pour suivre sa propre route et croise celle de celui qui deviendra son maître, Jilano, qui l’amène à devenir une « Marchombre », chemin risqué mais libre !

Ellana est un personnage habité par l’énergie, la détermination, l’audace, et les mondes qu’elle traverse sont incroyablement bien décrits. C’est un très bon roman pour la jeunesse qui fonctionne aussi pour les adultes, pas de doute !

J’ai beaucoup aimé ceci : la mère d’Ellana lui apprend à donner à toute question deux réponses, « celle du savant » et « celle du poète ».

[…] Je viens de terminer les deux tomes suivants : Ellana L’envol et Ellana La prophétie, et j’ai l’impression d’avoir vécu durant quelques jours deux vies : une vie banale et une autre, absolument trépidante aux côtés d’Ellana !

Publié dans les livres d'Antoine, littérature jeunesse | Tagué , | Laisser un commentaire