Projet 52 (3)

Thème de la semaine chez Millie : « un livre que j’aime »…

Le choix étant impossible, car infini, je prends en photo ce matin l’excellent roman d’Alice Zeniter (billet à venir), L’art de perdre, agrémenté d’un Yogi Tea dans une de mes tasses préférées 🙂 La photo est sombre car c’était tôt et tout était noir dehors… mais avec le temps pourri qu’il fait (je suis comme Mind, je recherche le soleil comme une droguée en manque…), à l’instant où j’écris (presque 8h30) il fait encore GRIS version brumeux dehors… bonne journée à tous !

Publicités
Publié dans Projet 52 | 1 commentaire

Sablés arméniens

Ce dimanche, on voyage du côté des épices ! Syl m’a gentiment fourni un de ses recettes tirée d’un livre de recettes arméniennes. Elle aussi a cuisiné arménien avec une tourte aux épinards qui m’a l’air fameuse !

SylBéaEnnaSharon (plus dans une cuisine thématique du début janvier) –

Ingrédients :

  • 100g de sucre
  • 125g de beurre
  • 200g de farine
  • quelques amandes
  • sucre glace

Préparation :

C’est celle des sablés : mélanger beurre et sucre, y ajouter la farine (j’ai fait tout ça avec mon robot magique… que c’est facile !!) J’ai rajouté une pincée de mélange « quatre épices » pour rester dans la thématique « épices ». Mettre au frais et ensuite, former des cercles et des « S » qui sont censés porter chance en Arménie apparemment…

15 mn à 180° et voilà !! Y’a plus qu’à saupoudrer de sucre glace et c’est très bien pour un dimanche après-midi pluvieux et des tonnes de copies à corriger…

Très bons ces sablés, plus croquants que des sablés classiques !

Publié dans Mes gourmandises | Tagué | 14 commentaires

Le camp des autres

Pour l’instant je n’ai jamais été déçue par les romans de Thomas Vinau, Ici ça va, La part des nuages ou Nos cheveux blanchiront avec nos yeux. Le camp des autres est dans la même veine et je retrouve avec bonheur cette écriture dense, pleine, entre sublime et grotesque, prosaïque et poétique. Pour l’avoir rencontré l’an dernier évidemment j’ai une affection toute particulière pour cet auteur avec lequel quelque chose de beau s’était tissé, entre mes élèves et lui.

On est en 1907, Gaspard (c’est le nom d’un des fils de T. Vinau mais j’ai aussi pensé à Gaspard Hauser, l’enfant sauvage) a fui un père violent et alcoolique, il se débrouille comme il peut (mal) dans la forêt, avec un chien qu’il a sauvé et qui l’a sauvé. A son tour il est sauvé par Jean-le-blanc, un débrouillard, herboriste un peu sorcier qui connaît les secrets de la forêt « devenue le refuge de ceux qui se refusaient à l’homme et de tous ceux que l’homme refusait. Elle est l’autre camp. Le camp des autres. » « La forêt est une langue, une science et une oeuvre d’art. Tout peut te sauver ou t’achever. Ici il n’y a pas de maître. » Il fait aussi la connaissance d’une troupe haute en couleurs de gens appartenant à la bande de la « Caravane à Pépère » (troupe qui a effectivement existé, dirigée par un certain Capello) et regroupant des parias en tout genre, prostituées au grand cœur, nomades, voleurs, anarchistes et autres, qu’il suit durant un temps.

C’est un très beau récit, qui fait largement écho avec les laissés pour compte d’aujourd’hui, les sans-abri ou les sans-papier, mais qui est aussi une ode à la nature, la liberté, l’indépendance, la dignité.

« La nuit est notre règne, la forêt notre patrie. Nous sommes les fils des bois perdus, de la route, de la boue des chemins. Nous sommes les fauves en exil. Les apatrides. Les moins que chien. Nous sommes les rats et les renards, les hérissons, les ailes tranchantes du grand-duc. Nous sommes les yeux de la mule aux flancs lacérés. La chair à canon et à usine, la viande pour leurs grosses dents. Nous sommes les invisibles, le choléra, le nègre, l’ongle noir de Satan. Nous sommes la famille de vos sacrifices, les cornus, les sauvages, les bouffeurs sombres, les récalcitrants. Nous sommes le vent qui souffle sur les braises, les morts pour rien dans la brume de l’Empire, la rage des chiens. Venez avec moi, je vous offre l’outrage, la brûlure, la ruade, le galop. Je vous offre la liberté des flammes sans lumière. »

Aifelle en a fait aussi un coup de coeur ! Noukette  aussi. L’avis de Keisha  plus mitigé, et Brizé n’a pas aimé !

Publié dans littérature française | Tagué , , | 8 commentaires

Projet 52 (2)

Cette semaine, le thème est « motivation »… Justement, en ce début de semaine de reprise, je n’avais aucune, mais alors aucune motivation… Et je me suis demandé : qu’est-ce qui me motive dans la vie ? Grande question existentielle, je ne pensais pas que ce projet allait m’amener vers ce genre de réflexion 🙂 J’ai trouvé quand même une réponse : la musique, en particulier le chant. Et pour donner un peu, tous les jours, un petit coup de pouce à la motivation : une bonne tasse de café bien chaud :))

Publié dans Projet 52 | 4 commentaires

Les disparus du Clairdelune

Il m’a fallu quelques pages pour me rappeler du premier tome, lu il y a quand même plus d’un an mais j’ai très vite retrouvé avec bonheur cet univers incroyablement riche, qui s’étoffe encore dans ce second tome. Ophélie, la passe-miroir capable de lire les objets (entendez connaître les pensées des gens qui les ont tenus entre leurs mains), est toujours sur l’arche de Pôle, ce monde construit sur les illusions, les conflits d’intérêts entre plusieurs « familles », les complots et les coups montés… Autant dire qu’Ophélie risque souvent sa vie, surtout qu’elle a une fâcheuse tendance à la maladresse, aux catastrophes ou à la timidité qui l’handicapent souvent. Ceux qui l’entourent sont-ils ses alliés ou peuvent-ils se retourner contre elle ? Thorn, son fiancé au caractère rigide et ombrageux, capable de violence comme de sens moral, Archibald le séducteur et manipulateur qui sait aussi aider de manière efficace, les personnages sont souvent dotés d’une personnalité riche et complexe.

Dans ce tome, des gens de la cour disparaissent et Ophélie, nommée tout dernièrement vice-conteuse par Farouk (un « esprit de famille » particulièrement fascinant…), a vingt-quatre pour mener l’enquête.

Je ne vous en dis pas plus mais je vous conseille vivement de vous plonger sans hésitation dans ce monde fabuleux inventé par Christelle Dabos, dont le site est vraiment bien fait.

Publié dans littérature française, littérature jeunesse | Laisser un commentaire

Le 01/01 à 01h01

Le rendez-vous mensuel de certaines blogueuses ! C’est chez Enna 🙂

Publié dans Que faisions-nous le... ? | 2 commentaires

Projet 52 (1)

Le thème cette semaine : couleurs

Ces vacances les couleurs ont été le gris à l’extérieur et les couleurs chaudes à l’intérieur… En illustration ci-dessous !

Publié dans à sauts et à gambades, Projet 52 | 3 commentaires