Des livres en cuisine

Impossible de résister à l’appel de ce challenge proposé par Bidib et Fondant… Il s’agit, durant toute l’année, de partager les découvertes culinaires trouvées dans les films, livres ou séries…

Je pense, en vrac, à certains livres découverts ces dernières années où la cuisine joue un rôle essentiel, Mangez-moi d’Agnès Desarthe, Le restaurant de l’amour retrouvé, les polars de JF Parot avec Nicolas Le Floch et les savoureuses recettes de Catherine, ou Le moineau rouge de J. Matthews, entrecoupé de recettes.

J’aurai sûrement l’occasion de publier quelques billets sur ce thème-là !

Publié dans à sauts et à gambades | 3 commentaires

Apéro soleil

Pour le lendemain de Noël, histoire de faire encore un peu la fête, j’ai fait un soleil apéritif, vous connaissez le principe ? Il suffit de regarder les photos pour comprendre ! 🙂 J’ai fait 24 parts avec 4 goûts différents : roquefort (roquefort + crême fraîche), saumon (saumon fumé, philadelphia et poivre 5 baies), pesto (pesto et parmesan) et tapenade.

C’est facile, très bon et joli ! Quoi de bon chez Syl ? Allons voir…

Publié dans Mes gourmandises | Tagué | 17 commentaires

Le ciel par-dessus le toit

Je n’avais encore rien lu de cette auteure : quel beau roman, porté par une écriture forte, poétique et intense ! « Le ciel est, par-dessus le toit, / Si bleu, si calme ! » est un vers de Verlaine écrit en prison suite à son histoire avec Rimbaud. Et c’est en prison aussi que se retrouve pour quelques jours le jeune Loup, 17 ans. Un clin d’oeil au « on n’est pas sérieux quand on a 17 ans » de Rimbaud ?! En tout cas Loup prend la voiture de sa mère, sans permis, et frôle un grave accident. Tout ça pour voir sa soeur Paloma, partie de la maison depuis dix ans. Loup, Paloma et leur mère Phénix. Ces trois-là sont des cabossés de la vie et peu à peu l’auteur, par touches, complète le puzzle, éclaire les traumatismes, les blessures, les souffrances.

C’est un roman très court mais qui m’a marquée et je lirai du coup volontiers ses autres romans, par exemple Tropique de la violence.

L’avis de Mumu dans le Bocage, très complet et avec lequel je suis tout à fait en accord !

Et voilà pour la catégorie « lieu » du Petit Bac

Publié dans littérature française | 12 commentaires

Bûche chocolat-mangue

Cette bûche était vraiment bonne mais améliorable, je mets donc toutes les améliorations que je prévois pour l’an prochain entre parenthèses ! J’ai fait un mélange entre deux recettes, celle d’Edda et une autre.

Et même si ce n’est plus Noël j’utilise une dernière fois le joli logo de Syl, et ce sera quand même ma première recette de l’année 2020…

Bonne année à tous ! Les autres recettes ICI.

Insert aux fruits exotiques :
  • 300 g de mangue
  • 1 petite banane (la prochaine fois, pas de banane !)
  • 130 ml de jus de fruits de la passion (la prochaine fois, ne pas l’oublier :))
  • 30 g de sucre
  • 2 g d’agar agar
  • Graines d’une gousse de vanille
  • quelques framboises congelées
Pour le biscuit joconde au cacao
  • 80 g de poudre d’amandes
  • 80 g de sucre semoule ou de canne blond
  • 2 œufs entiers (100-120 g sans la coque) + 2 blancs (60-70 g)
  • 25 g de farine ou d’amidon de maïs type Maïzena
  • 20 g de cacao en poudre non sucré
Pour le praliné croustillant :
  • 120 g de pralin
  • 60 g de crêpes dentelles (Gavottes) émiettés finement à la main (ou celles déjà émiettées)
  • 50 g de chocolat au lait
Pour les deux mousses
Pour le crémeux au fruit de la passion :

Préparation

La veille (le matin, faire le 1. et le reste le soir)

  1. réaliser l’insert fruits exotiques : mixer les fruits ensemble avec la vanille, et mettre sur feu moyen dans une casserole. Faire chauffer en ajoutant le sucre et l’agar agar, allez jusqu’à ébullition et faire cuire deux minutes en remuant bien. Verser dans des moules à glaçon, dans chaque moule ajouter une framboise congelée et laisser prendre au congélateur une fois que c’est à température ambiante.

2. Préparer les deux mousses (mais faire de plus grandes quantités !!) et laisser au frigidaire toute la nuit.

3. Préparer le biscuit : Préchauffer le four à 180°C. Mélanger la moitié du sucre avec la poudre d’amandes, la farine et le cacao. Tamiser le tout. Poser une feuille de papier cuisson sur une plaque. Fouetter les blancs d’oeuf avec l’autre moitié du sucre d’abord à petite vitesse puis moyenne jusqu’à ce qu’ils deviennent fermes et brillants. Fouetter les oeufs entiers jusqu’à ce qu’ils deviennent gonflés, mousseux puis incorporer le mélange de farine en mélangeant délicatement. Ajouter ensuite en deux fois les blancs montés, par mouvements circulaires en soulevant doucement la préparation. Verser la pâte sur la plaque de cuisson et la lisser avec une spatule de manière à obtenir une épaisseur homogène. Enfourner pendant 8 à 10 minutes le temps que la pâte se raffermisse et devienne souple au toucher. Faire sortir, mouiller très légèrement le dessous de la feuille, laisser tiédir une minute puis couper un rectangle des mêmes dimensions que le moule à bûche ou à cake. Décoller délicatement utiliser de suite ou garder jusqu’au lendemain dans du papier cuisson recouvert de film alimentaire.

4. Préparer le praliné croustillant : dans une casserole mettre le praliné et le chocolat et faire fondre délicatement en mélangeant. Éteindre et ajouter les Gavottes en mélangeant. Poser cette sorte de pâte sur le biscuit joconde et l’étaler sur toute la surface.

5. Procéder au montage : dans un moule à cake recouvert de film alimentaire, mettre la mousse, l’insert aux fruits sorti du congélateur, et terminer par le biscuit. Laisser au congélateur toute la nuit.

Il n’y a plus qu’à sortir la bûche du congélateur 4 ou 5 h ‘mais laisser au frigo) avant de servir…

Publié dans Mes gourmandises | Tagué | 10 commentaires

Le dernier hiver du Cid

Le roman s’ouvre sur un été radieux de 1959, à Ramatuelle, Gérard Philippe est avec sa femme Anne et ses deux enfants tout jeunes encore. Déjà le si jeune comédien solaire ( il a 37 ans) est exténué, rongé par un mal mystérieux… Tout le roman raconte la progression foudroyante d’un cancer du foie rare qui mènera Gérard Philippe à sa mort brutale fin novembre de la même année.

« On ne soigne pas un jeune dieu, se dit le grand médecin, pour tenter de soulager sa peine et sa conscience, tandis que sa femme toque à la porte et lui propose de dîner. Peut-être est-il allé si haut parce qu’il pressentait qu’il tomberait vite. Les vies brèves, qui ignorent les pathologies ordinaires, ont un éclat insoupçonné. » : dès que le verdict tombe, lors d’une opération qu’on croit bénigne, sa femme Anne choisit de ne rien dire à son mari pour ne pas ternir ses derniers jours…

D’une écriture pleine de lyrisme et d’émotion, Jérôme Garcin (qui est, je l’ai appris après, le mari d’Anne-Marie, la fille de Gérard Philippe, qui avait 5 ans au moment de sa mort) fait revivre le comédien chéri des Français, enterré dans le costume du Cid (j’avais, enfant, écouté si souvent sa voix sur le disque du Petit Prince…) mais aussi l’homme tant aimé par Anne et ses enfants. « L’homme qu’elle a aimé ne portait pas de pourpoint, il ne parlait pas en alexandrins, il avait la peau douce, des doigts longs et fins, des lèvres d’enfant, des dents qu’on aurait dit de lait, une fossette mutine au menton, les oreilles un peu décollées, un cœur qui battait la chamade et la voix acidulée du Petit Prince. » D’ailleurs l’auteur cite à leur propos une citation de Nieztsche qui m’a bien plu : « le mariage est une longue conversation« …

Et ce sera parfait pour la catégorie « personne célèbre » du Petit Bac…

Publié dans littérature française | 1 commentaire

Challenge Petit Bac 2020

Je rempile donc cette année pour ce challenge organisé de main de maître par Enna !!

Voici les catégories :

  1. Prénom
  2. Lieu
  3. Animal
  4. Objet
  5. Couleur
  6. Crime et justice
  7. Personne célèbre
  8. Amour et relations amoureuses
  9. Mot au pluriel
  10. Son
  11. Gros mot

Publié dans à sauts et à gambades | 1 commentaire

Bonne année !

D’après mon frère, diplômé en shiatsu, l’année 2020 sera celle de la stabilité après 2019 riche en perturbations diverses… alors je vous la souhaite telle, les amis ! Et pour illustrer ce voeu, voici la table mise dans le jardin de mon père et de ma belle-mère, le 31 décembre à midi, « sous le soleil exactement » !

Bonne année à toutes et à tous et un 20/20 en amour, en soleil, en sourires, en lectures, en amitié et en découvertes en tout genre !

 

Publié dans à sauts et à gambades | 11 commentaires