Figues (salade, confiture et biscuits)

Depuis que je suis dans cette maison (5 ans) le figuier donnait chaque année quelques figues mais là c’est la folie !! Il y a deux ans j’avais fait un billet sur les figues mais là voici quelques autres idées !

Les autres recettes chez Syl !

Une salade fraîcheur : de figues, des champignons, de la salade, des œufs durs et des olives. Une petite vinaigrette et voilà !

De la confiture (avec la bassine en cuivre de ma grand-mère récupérée chez ma mère !)

Des biscuits déjà présentés dans mon précédent billet mais cette fois j’ai fait une photo 🙂 Ces biscuits sont hyper bons, ils viennent du toujours excellent blog Un déjeuner de soleil.

Et voilà mon figuier !

Publié dans Mes gourmandises | 10 commentaires

Carpaccio de saumon

La dernière semaine d’août j’étais en Bretagne, dans le Finistère Nord, dans un lieu magnifique et sauvage. Nous avons acheté du saumon délicieux et ma belle-mère m’a montré comment elle faisait le carpaccio de saumon. C’est hyper bon et c’est beau en plus !!

Les cuisines sont à nouveau ouvertes et les autres recettes sont chez Syl… plein de bonnes idées pour se remettre à cuisiner 🙂

Ingrédients :

  • filet de saumon (environ 150g par personne)
  • 4 citrons verts
  • huile d’olive
  • aneth
  • baies roses
  • 3 échalotes (c’est dans la recette mais je n’en avais pas)

Préparation :

Placer le saumon au congélateur quelques heures avant, le sortir et attendre environ 20 à 30mn. Il est alors idéal à couper finement ! (super astuce)

Mélanger le citron vert et l’huile (1/3 de citron pour 2/3 huile), ajouter 2 cuillères à soupe de baies roses et en écraser quelques-unes et de l’aneth en quantité. Recouvrir les tranches de saumon mises dans des assiettes individuelles.

Laisser de 1 à 3h au frigo avant de servir.

Publié dans Mes gourmandises | 7 commentaires

Canicule

J’avais beaucoup aimé Lost Man de Jane Harper et, même si j’ai trouvé Canicule un tout petit peu moins réussi, je n’ai pas boudé mon plaisir !

On est toujours en Australie, dans la petite bourgade rurale de Kiewarra, à plusieurs kilomètres de Melbourne, terrassée par une sécheresse sans précédent et un drame terrible : Luke Hadler semble avoir massacré sa femme Karen et son fils Billy avant de se donner la mort. Le père de Luke fait venir Aaron Falk, ancien ami de Luke, parti vingt ans plus tôt et devenu flic à Melbourne et lui demande de creuser l’affaire.

L’intrigue est impeccable et l’ambiance poisseuse et sombre à souhait : on étouffe parce qu’on ressent non seulement les 40° à l’ombre constamment mais aussi les haines et rancœurs Vingt ans plus tôt, Ellie Deacon, amie de Luke et Aaron avait été trouvée noyée et tous les soupçons s’étaient portés sur Aaron car on avait trouvé son nom de famille sur un papier dans la poche d’Ellie. Harcelés par tout le village, Aaron et son père avaient dû quitter Kiewarra précipitamment. On peut imaginer que certains ne sont pas ravis de le voir réapparaître…

Un très bon polar !

Publié dans littérature étrangère, romans policiers | 2 commentaires

Chien-Loup

« Paix assurée » dit l’annonce trouvée par Lise sur internet. Ce gîte du Lot, sur le mont d’Orcières, est encore plus paumé que tout ce qu’ils auraient pu imaginer. Et puis manifestement cette vieille maison est louée pour la première fois. En tout cas si Lise semble s’y épanouir dès leur arrivée ce n’est pas le cas de son mari Franck, réalisateur parisien de cinéma sur le déclin, paniqué par l’absence totale de réseau, l’arrivée par un chemin très escarpé, et les bruits de bêtes la nuit…

Le roman alterne le récit des trois semaines passées par Lise et Franck en 2017 et l’été de 1914 sur ce même endroit, le début de la guerre, le départ de tous les hommes et l’obligation pour les femmes d’assurer tous les travaux du village. Seul un homme est resté, un Allemand dompteur de fauves, caché avec ses huit tigres et lions sur le mont d’Orcières…

L’écriture est assez extraordinaire, aussi dense et touffue que les bosquets environnant la maison et distillant une inquiétude et une tension permanentes. Le chien-loup du titre arrive assez vite auprès de Lise et Franck, à la fois bienveillant et menaçant il symbolise toute la dynamique du roman.

J’ai beaucoup aimé !

Publié dans littérature française | 3 commentaires

Nuggets de poulet

Gros succès de cette recette auprès de mon fils qui m’en demande maintenant toutes les semaines !! et c’est vrai que c’est super bon, c’est sur le blog Papilles et Pupilles que j’ai trouvé l’idée et j’en ai fait au moins 4 fois cet été !!

Bonne reprise à notre brigade des Gourmandes du dimanche !

Ingrédients :

  • des filets ou aiguillettes de poulet
  • 1 oeuf
  • 25 g de farine
  • 50 g de cornflakes
  • 20 g de beurre
  • 1 bonne pincée de paprika
  • 1 petite pincée de piment d’espelette
  • 1 pincée de sel

Préparation :

Préparer trois bols : un avec la farine et les épices, un avec l’oeuf battu et le troisième avec les corn-flakes écrasés grossièrement.

Tremper les morceaux de poulet successivement dans ces trois bols.

Faire revenir quelques minutes à la poêle à feu moyen/fort et servir avec du riz, il faut que je trouve des sauces (l’autre jour j’ai ajouté vite fait une sauce yaourt/curry, qu’on voit sur la photo, mais si vous avez d’autres idées, dites-moi en commentaire !! je prendrai avec plaisir !)

Publié dans Mes gourmandises | 15 commentaires

Trop de morts au pays des merveilles

Alors effectivement… il y a un peu trop de morts dans ce roman et aussi pas mal d’exagérations et de coïncidences, surtout dans l’explication de la fin…

Mais cela dit, j’ai quand même eu du mal à lâcher ce polar centré sur la disparition d’une jeune femme, Alice. Cela fait trois ans, et le suspect principal reste son mari, Christian Andersen. Par ailleurs, un serial killer tue plusieurs femmes qui toutes ressemblent de manière troublante à Alice…

Ce qui fait le charme de ce roman ce sont toutes les références aux contes, du nom d’Andersen à Alice au pays des merveilles, et à quelques personnages bien troussés comme Diane, la boxeuse ex-flic.

J’ai quand même préféré De bonnes raisons de mourir.

Publié dans littérature étrangère | 3 commentaires

L’eau rouge

Le 23 septembre 1989 aura été le dernier jour de vie normale pour Vesna, Jakov et leurs deux enfants jumeaux, Mate et Silva. Le lendemain, Silva a disparu…

L’eau rouge, lu suite à l’avis positif d’Aifelle, est un polar croate étonnant. Chaque chapitre est centré sur un personnage lié à Silva, depuis 1989 jusqu’en 2015. En parallèle le lecteur est plongé dans le quotidien des Croates, la guerre, le changement de pays, le développement du tourisme.

L’écriture est sobre, tout est écrit au présent et à la troisième personne, de manière assez factuelle mais peu à peu on s’attache à quelques personnages en particulier Mate, le frère jumeau, qui inlassablement recherche sa sœur, suit toutes les pistes, au détriment bien sûr de son couple… Alors évidemment la rencontre par hasard de la seule personne à avoir vu Silva vivante le lendemain de sa disparition ne le laisse pas indifférent.

Publié dans littérature étrangère, romans policiers | 1 commentaire

Les détectives du Yorkshire tome 3 : rendez-vous avec le mystère

On avait laissé nos détectives à la fin du tome 2 avec un sacré problème : l’ex-mari de Delilah voulait récupérer le chien, Calimero, qui était à son nom ! Catastrophe pour Delilah, et Samson qui s’est pris d’affection pour lui. Je vous laisse découvrir la manière hilarante pour Samson règle la question !!!

Le vrai mystère c’est celui qui se pose à la mort de Mme Thornston, qui lègue la moitié de ses biens à sa fille Livvy… morte 24 ans plus tôt !

C’est toujours aussi drôle, vif et enlevé, on sent que Delilah et Samson se tournent autour, évidemment, et que le sombre passé de Samson est sur le point de le rattraper… Bref, pour penser à autre chose qu’à la canicule hier, qui empêchait de faire quoi que ce soit, et à la fièvre post-2e injection c’était parfait ! Vivement le tome 4 ! (je poste ce billet en réalité plus de 2 semaines après l’avoir écrit !!)

Publié dans littérature étrangère, romans policiers | 3 commentaires

A malin, malin et demi

L’été c’est parfait pour les pavés… et après avoir tant apprécié Un homme presque parfait de R. Russo, je me suis évidemment laissé tenter par la suite !

On retrouve dans ce roman tous les personnages de Un homme presque parfait, une petite dizaine d’années plus tard. Bath est toujours la ville des loosers plus ou moins sympathiques… en pire et en plus drôle encore !! Le roman se déroule sur quelques jours avec pas mal de retours en arrière et le moins qu’on puisse dire c’est que Bath en voit des vertes et des pas mûres… un mur entier de la vieille usine s’est écroulée et une puanteur infâme s’abat sur la ville, le flic Raymer s’évanouit dans la tombe du juge dont on célèbre l’enterrement et suite à un trafic totalement illégal de serpents venimeux un cobra s’est échappé semant la panique… Quant au protagoniste de Un homme presque parfait, Sully Donovan, il a beau avoir hérité de la vieille Miss Beryl, il habite toujours dans une vieille caravane pourrie et il semble ne lui rester qu’une année à vivre. Il a avec lui un chien (celui de la couverture !) qu’il a appelé comme son ami, Rub, ce qui donne évidemment lieu à des scènes savoureuses.

Avec ces ingrédients, Richard Russo réussit à dresser un portrait à la fois tendre, caustique et très drôle de tous ces personnages. Je crois que je l’ai encore préféré au premier !

Et ce sera mon troisième (et sûrement dernier) pavé de l’été !

R. Russo, A malin, malin et demi, 720 pages !

Publié dans littérature étrangère | 9 commentaires

Les détectives du Yorkshire tome 2 : Rendez-vous avec le mal

Début du mois d’août, il fait chôôôô !! parfait pour se plonger dans la suite des aventures de Samson et Delilah dont j’ai lu le premier tome il y a quelques mois.

Samson est devant deux enquêtes délicates : la disparition d’un bélier reproducteur (c’est glamour, hein ? Mais on est à Bruncliff en pleine cambrousse anglaise) et le décès inexpliqué d’une vieille dame dans la maison de retraite où vit le père de Samson, Joseph O’Brien…

J’ai dévoré avec délices ce second tome, que j’ai préféré au premier, c’est plein d’humour, de péripéties et les personnages sont délicieux : j’ai particulièrement aimé cette bande de vieux dans la maison de retraite qui se serrent les coudes et veulent absolument participer aux investigations et bien sûr ma tendresse va au chien à l’anxiété légendaire, Calimero, qui fait malgré lui avancer (ou reculer parfois !) l’enquête.

Publié dans romans policiers | 7 commentaires