Quiche chèvre/potimarron

Cette semaine j’ai testé la recette d’Isabelle, qui l’a elle même tirée d’un livre, j’ai suivi à la lettre ses instructions et c’était un pur délice ! Je n’ai eu que des compliments au point même que je la referai sûrement pour Noël ou en tout cas pour les fêtes ! Je vous renvoie au blog d’Isabelle pour les ingrédients et la préparation et voici juste les photos (qui ne sont pas terribles, j’avoue…)

D’autres recettes chez Syl, bien sûr !

Publicités
Publié dans Mes gourmandises | Tagué , , | 7 commentaires

Galettes de pommes de terre au four

Coucou tout le monde ! Comment allez-vous en ce premier dimanche de décembre ? Hier j’avais préparé dans l’entrée trois calendriers de l’Avent, un pour moi, un pour mon compagnon et un pour mon fils !

Et ce dimanche, j’ai testé les galettes de pommes de terre au four : pas gras du tout et très goûteux !

Chez Syl… c’est déjà un peu Noël 😉

Ingrédients :

  • 700 g de pommes de terre
  • 100 g d’oignons
  • 2 gousses d’ail
  • 2 cuillères à soupe de farine
  • 1 oeuf
  • 3 tranches de raclette
  • ciboulette, sel, poivre

Préparation :

J’ai mis les pommes de terre et l’oignon dans le robot (40 s V4) puis j’ai rajouté tout le reste et mixé (25 s V4). j’ai formé des galettes à la main que j’ai posées sur la plaque. A ce moment là j’ai pensé qu’elles allaient être ratées car elles s’effritaient ! Et puis finalement, 40 mn plus tard à 200° (il faut les retourner à mi-cuisson), elles étaient croustillantes et parfaites avec une salade !

 

 

Publié dans Mes gourmandises | Tagué | 11 commentaires

Craquelés au citron

J’avais envie de gâteaux au citron et ces craquelés se sont révélés délicieux… C’est le dernier dimanche québécois et chez Syl vous trouverez d’autres recettes de là bas ! Bon dimanche à tous !

Ingrédients :

  • 100 g de sucre
  • 80 g environ de sucre glace
  • 100 g de beurre
  • 1 oeuf
  • 250 g de farine
  • 1 cuillère à café de levure
  • 1 citron

Préparation :

Je les ai faits au robot mais on doit pouvoir les préparer à la main aussi. Mélanger sucre, beurre et œuf, puis pétrir avec la farine et la levure. Former un boudin avec la pâte et laisser une petite heure au congélateur.

Couper des tranches fines, former de petites boules dans la main et les poser sur une plaque. Les rouler dans le sucre glace.

15 minutes au four à 180° et voilà !

Publié dans Mes gourmandises | Tagué , | 12 commentaires

Leurs enfants après eux

Ce roman me faisait de l’œil depuis un moment avec sa couverture magnifique et ce beau titre, et j’ai eu la curiosité de découvrir ce prix Goncourt.

On est à Heillange une petite ville de banlieue semblable à bien d’autres, dans l’Est de la France, avec ses usines en train de fermer et la détresse sociale, et on apprend à connaître plusieurs personnages, Anthony, un ado obsédé par le sexe et la moto, son père alcoolique et sa mère un peu soumise et effrayée, Hacine, de la cité un peu plus loin, qui gère plus ou moins le trafic de drogue, Steph, d’un milieu plus bourgeois. Des adolescents qui s’ennuient, boivent des bières et rêvent d’un avenir meilleur loin d’Heillange, loin de la routine et des compromissions. L’histoire se déroule entre 1992 et 1998, sur 4 étés, ce qui donne l’impression à la fois que le temps passe vite et qu’en même temps rien ne change : mêmes lieux, même météo, mêmes personnages, même impossibilité à s’échapper, à s’enfuir.

C’est magnifiquement écrit, une langue acérée, originale, qui épouse tellement bien le langage des jeunes, saisit leurs états d’âme, leurs aspirations, leurs angoisses. Alors bien sûr j’ai aimé. Mais j’ai trouvé que c’était vraiment désespérant ces jeunes qui tournent en rond, ces adultes dont les ailes se sont trouvées rognées par le réel, les rêves mis à mal… Une menace sombre et lourde pèse sur le roman et je crois que je n’avais pas envie d’être confrontée à cette noirceur ni d’avoir ainsi le cœur serré tout le long de ma lecture…

Dans les remerciements, il adresse un clin d’oeil à deux amis écrivains, Benoît Minville (j’ai lu l’an dernier Nos belles vies, un roman ado très sympathique) et Marion Brunet et j’ai justement pensé, en lisant, à L’été circulaire d’elle, un peu sur le même thème. Je me rends compte d’ailleurs que je n’ai pas rédigé de billet sur cette lecture.

D’autres avis : Kathel – sur Babelio, plusieurs avis, le premier est particulièrement intéressant ! – Sur Telerama un article très chouette à partir d’interviews de l’auteur.

Publié dans littérature française | Tagué , , , | 11 commentaires

Lasagnes aux blettes

J’ai piqué la recette à Isabelle qui l’avait elle-même piqué à Bidib… Je vous invite à aller regarder sur son blog car je n’ai rien changé à la recette et j’ai bien fait car c’était absolument délicieux !!

D’autres recettes chez Syl !

Dimanche dernier, le jardin était splendide !

Publié dans littérature étrangère | 6 commentaires

Miniaturiste

J’ai mis quelques pages à entrer dans l’histoire mais ensuite je ne l’ai plus lâchée (je me suis endormie très tard pour finir les 100 dernières pages d’ailleurs… :)). On est à Amsterdam au XVIIe, la jeune Petronella, dite Nella, emménage chez son nouvel époux Johannes Brandt, mais l’accueil est bien différent de ce qu’elle imaginait… un mari fantôme qui n’a toujours pas honoré sa couche au bout de quelques jours, une belle-sœur hautaine et désagréable, une servante qui n’a pas la langue dans sa poche et un serviteur noir. Comme cadeau de mariage, Johannes lui offre une maison de poupée et Nella va passer commande auprès d’un miniaturiste. Mais lorsque les objets et poupées miniatures arrivent, Nella se rend compte qu’ils ressemblent trait pour trait à leurs modèles vivants…

Le roman, mêlant fantastique et roman historique est haletant et on s’attache très facilement à cette jeune et courageuse Nella qui doit trouver sa place dans cette drôle de famille dont elle percera un à un les secrets, mais aussi dans une société régie par l’argent, la morale et l’hypocrisie religieuse.

L’auteur s’est inspirée de la vraie Petronella Oortman qui a dépensé une fortune pour meubler une maison de poupée qu’on peut voir aujourd’hui au Rijksmuseum à Amsterdam.

Publié dans littérature étrangère | Tagué , , , | 16 commentaires

Dix-sept ans

Une lecture qui ne me marquera pas longtemps mais qui a fini par m’émouvoir quand même, un récit autobiographique qui met au centre le lien d’amour difficile entre une mère et son fils. L’auteur tente de comprendre pourquoi il n’a pas réussi à aimer sa mère, Lina, il revient sur les traces de celle qui lui a donné la vie et tente de comprendre ce qui s’est réellement passé autour de sa naissance.

Lina a 17 ans et elle est enceinte de deux mois… Sa mère va prendre tout en charge, éloigner Moshé, le jeune père, étudiant juif marocain, tenter de séparer la mère du bébé en le confiant à une nourrice puis en monopolisant l’amour du nourrisson. Difficile dans ces conditions de développer une relation d’amour sereine entre mère et fils…

Dans ce roman qui fait des va-et-vient entre le présent et le passé, un fils interroge de manière lancinantes les raisons de son peu d’amour pour sa mère en retournant à Nice, là où il est né mais n’est resté que très peu de temps. L’écriture m’a laissée un peu en-dehors, peut-être parce que je sature un peu de l’autofiction et parce que le style ne m’a pas vraiment convaincue. Mais j’ai quand même fini par être vraiment touchée par l’histoire de cette jeune fille mère célibataire de 17 ans, soumise malgré elle à la société, à ses parents, forcée de faire des choix déchirants.

Publié dans littérature française | Tagué | 3 commentaires