Eleanor Olifant va très bien

J’ai découvert ce livre un peu par hasard et en lisant quelques articles sur les blogs : bonne pioche ! Après Station Eleven, autre coup de cœur !

Eleanor Oliphant a 30 ans, travaille comme employée dans une petite entreprise, vit seule depuis des années dans le même appartement une vie réglée comme du papier à musique, le soir mots croisés, et le week-end pizza et vodka. Toujours seule. Personne n’est jamais rentré chez elle. Elle n’a manifestement pas les codes sociaux, s’étonne de choses que tout le monde trouve banales, et ses émotions profondes semblent tout à fait gelées. Tout le récit est raconté à la première personne et le lecteur entre vraiment dans la tête de cette jeune femme manifestement un peu barrée… on se demande au départ si elle est autiste, si elle a des TOC puis peu à peu on se rend compte qu’elle a dû vivre un traumatisme, enfant, et même si elle se dit aller « très bien » comme ça, on comprend vite que ce n’est pas le cas… Les indices sont semés peu à peu de manière très naturelle, l’allusion à un incendie, son obsession pour un musicien connu, les discussions tous les mercredis soirs avec sa mère qui est en prison et qui révèlent une relation très malsaine… je n’en dirai évidemment pas plus !

Un peu par hasard, elle fait la connaissance de Raymond, qui travaille au service informatique et qui semble tout le contraire d’Eleanor : négligé, un peu enrobé, drôle et naturel, gentil mais pataud. Ensemble ils sauvent la vie d’un vieil homme tombé dans la rue, Samuel. Ces deux rencontres vont perturber la vie bien ordonnée d’Eleanor et lui permettre peut-être de s’ouvrir enfin à la vie.

C’est un livre vraiment prenant, drôle (ah l’épisode de l’épilation du maillot !!), émouvant, et la fin est magnifique… Aifelle a aimé aussi comme Une comète et Brizé.

« Une question philosophique : si un arbre s’écrase à terre dans une forêt sans qu’il y ait personne pour l’entendre, fait-il du bruit en s’effondrant ? »

Et je termine ma seconde ligne du Challenge Petit Bac 2018 organisé par Enna avec « oliphant » pour l’animal !

 

Publicités
Cet article a été publié dans littérature étrangère. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

6 commentaires pour Eleanor Olifant va très bien

  1. aifelle dit :

    J’espère que le poche va donner une deuxième vie à ce roman qui le mérite largement. Quel personnage Eleanor ! On ne l’oublie pas de sitôt.

  2. keisha41 dit :

    Argh je veux le lire depuis longtemps. Faut que je le trouve, quoi (OK, rien à la bibli, et quant aux librairies;..)

  3. Syl. dit :

    C’est si bien ? Je le note alors…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s