La huitième vie

Pour un « pavé de l’été », c’en est un !! Avec ses 955 pages et ses 1,2 kg j’appréhendais un peu de m’y lancer mais j’avais le défi du challenge proposé chaque année par Brizé et c’était un cadeau de ma belle-sœur estonienne… Et bien, je ressors un peu sonnée de ce roman aux motifs chatoyants et au souffle puissant.

La narratrice c’est Niza, née en Géorgie et vivant en Allemagne ; elle écrit à sa nièce Brilka restée au pays et qui vient de fuguer pour rejoindre sa tante, afin de lui raconter toute l’histoire de la famille Iachi depuis 1917. En parallèle c’est aussi l’occasion pour l’auteure, comme Niza née en Géorgie et vivant en Allemagne, de raconter l’histoire de son pays, largement mêlée à celle de la Russie. Pour quelqu’un qui ne connaît pas du tout la Géorgie c’était vraiment intéressant et j’ai appris énormément de choses. Quant à la saga familiale des Iachi, racontée sur 7 longs chapitres, chacun centré sur un personnage, elle est fascinante, remplie de tragédies et de secrets. Elle commence par un chocolatier dont la recette du chocolat chaud, qui se transmet de génération en génération, procure à la fois l’extase et la malédiction… Quant à Brilka, elle est celle qui porte les espoirs de Niza, celle dont l’histoire reste à écrire puisque le roman se clôt par la mention « livre VIII : BRILKA » suivie d’une page blanche… :  « Passe à travers toutes les guerres. Passe à travers toutes les frontières. Je te dédie tous les dieux et tous les rosaires, toutes les brûlures, tous les espoirs décapités, toutes les histoires. Passe au travers. Tu en as les moyens, Brilka. Pense au huit. Nous serons tous reliés à jamais dans ce chiffre, nous pourrons nous écouter les uns les autres à jamais, par-delà les siècles. Tu en seras capable. Sois tout ce que nous avons été et n’avons pas été. Sois lieutenant, funambule, marin, comédienne, cinéaste, pianiste, amante, mère, infirmière, écrivain, sois rouge, et blanche, et bleue, sois le chaos et sois le ciel, sois eux et sois moi, et ne sois rien de tout cela, danse surtout d’innombrables pas de deux. Passe à travers cette histoire, laisse-la derrière toi. »

Un très beau roman qui m’a plongée dans un autre monde et une autre époque et c’est bien ce que j’aime dans la lecture d’un gros pavé !

Publicités
Cet article a été publié dans littérature étrangère. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

17 commentaires pour La huitième vie

  1. lcath dit :

    Il fait partie de mes livres à lire pour un autre challenge mais l’épaisseur du livre me faisait douter …

  2. keisha dit :

    J’ai déjà eu ce livre en mains, j’hésitais, mais la Géorgie, ça pourrait m’intéresser!

  3. kathel dit :

    Très tentant, effectivement, enfin, s’il était un peu plus court, il me tenterait plus… 😉

  4. aifelle dit :

    Une bonne grosse saga à réserver pour l’été .. c’est vrai que le nombre de pages est dissuasif, mais pas impossible.

  5. Brize dit :

    Un beau pavé, dis donc, et bien choisi puisqu’il t’a beaucoup plu !

  6. lorouge dit :

    Bon, c’est déjà le gros pavé quoi, parfait pour le challenge de Brize ;0) J’aime bien moi aussi être dépaysée, c’est quelque chose qui te pousse en effet à ne pas abandonner un pavé. Bisous

    • sandrion dit :

      Exactement !! je me suis vraiment régalée… bonne fin d’été, l’Or, gros bisous !

      • lorouge dit :

        Belle fin d’été à toi aussi Sandrion. Moi aussi je me régale avec le pavé que je lis pour le challenge de Brize ; La prisonnière du temps. J’y suis depuis quelques semaines déjà mais ce n’est pas parce qu’il n’est pas passionnant mais plutôt parce qu’en été je suis occupée à d’autres choses .0)

  7. Jérôme dit :

    Plus de 900 pages, ça commence à faire ! Je n’ai pas lu de pavé cet été, ce n’est que partie remise pour l’an prochain.

    • sandrion dit :

      Oh oh, d’habitude tu t’y lances pourtant !! Merci pour ton passage ici, j’ai lu dernièrement un titre qui a fait partie d’un de tes coups de coeur… billet bientôt ! 😉

  8. ningcaichen dit :

    La citation choisie ainsi que ton résumé donnent très envie de le lire. C’est trop tard pour moi pour cet été (où j’ai lu, en dehors de tout challenge, un autre pavé, qui fait également bien voyager, Le livre des enfants d’Antonia Byatt) mais je le note pour d’autres vacances.

    • sandrion dit :

      Merci pour ton passage ici !! Effectivement c’est un peu tard pour entamer un pavé de ce genre pour l’été… mais je note ton titre aussi !

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s