Une datcha dans le Golfe

Bahreïn vous connaissez ? Moi j’en avais vaguement entendu parler mais de là à le situer sur une carte alors là… L’auteur, journaliste, n’en savait pas grand-chose non plus avant de partir y rejoindre sa compagne mutée pour raisons professionnelles. Mari d’expatriée durant deux ans, entre 2014 et 2016, il en profite pour découvrir cet étrange pays tout en contradictions, discutant avec les uns et les autres, visitant, notant ses impressions.

Le résultat est étonnant dans un genre à la frontière entre le récit de voyage et le reportage documentaire. On y apprend énormément de choses passionnantes sur ce petit royaume du Golfe Persique, à travers de petits exposés sur la complexité par exemple des tensions religieuses dans le pays, mais aussi d’anecdotes personnelles, d’interviews de différentes personnes sur place et aussi à l’étranger, en particulier lorsqu’il s’agit de membres exilés de l’opposition. Il est question de l’hypocrisie d’une dictature qui soigne son image grâce au sport et en invitant des personnalités auxquelles elle montre le côté doré du pays, et qui exploite des « esclaves » asiatiques et torture ses opposants…

« Quand vous arrivez, vous êtes frappé par tous ces gens qui marchent le long des routes et ne se déplacent pas en voiture individuelle, toute cette population de travailleurs, maintenue dans un statut d’esclave. Mais le pire, c’est que, très vite, vous le prenez pour un fait accompli. Et vous ne les voyez littéralement plus, ils deviennent des fantômes. Vous critiquez le système mais vous y participez. »

C’est un peu fourre-tout et par moments inégal mais passionnant et superbement traduit par Myriam Chirousse, experte en la matière ! C’est elle, que je suis sur IG, qui m’a évidemment donné envie de lire ce roman !

Et je coche la case « objet » (un gros objet certes !) du challenge Petit Bac !

Cet article a été publié dans littérature étrangère. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

7 commentaires pour Une datcha dans le Golfe

  1. keisha41 dit :

    Déjà repéré ce livre, qui pourrait être du genre d’Intime Arabie, cette fois l’arabie saoudite et uen femem d’expat’

  2. aifelle dit :

    Un monde bien éloigné du mien ! Pourquoi pas si je le croise, mais je n’en ferai pas une priorité.

  3. Myriam Chirousse dit :

    Merci pour le commentaire sur la traduction ! Je me souviens de la découverte que ça été pour moi quand ce livre est arrivé sur mon bureau : un voyage complètement inattendu, dans un pays auquel je n’aurais jamais pensé m’intéresser un jour… et tout ça en pleine pandémie/ confinement/ restrictions ! Et rapidement, en le lisant, j’ai été happée. Une vraie exploration de l’être humain, de sa complexité, de ses paradoxes. Je suis très heureuse qu’il t’ait plu. Bisous

  4. doudoumatous dit :

    Bonjour. Je suis passée par le site de Keisha et je suis arrivée ici. Je ne connaissais pas grand chose de Bahreïn non plus avant de lire le récit d’Emilio Sánchez Mediavilla. J’ai aimé le livre mais je ne peux pas dire qu’il m’ait donné envie de vivre dans le Golfe.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s